4 novembre 2017

La chasse au tigre

Le chat-chat à son pépère

Alain Portner et sa squatteuse aux dents longues. (Photo: Yago Hernandez)
Alain Portner et sa squatteuse aux dents longues. (Photo: Yago Hernandez)
Temps de lecture 2 minutes

En voiture Simone! Aujourd’hui, nous allons à la chasse au tigre. Enfin, au… chaton. Direction la ferme fribourgeoise qui sert d’abri à Zouc. Joie et bonne humeur dans l’habitacle. Comme les mâles des mantes religieuses avant l’accouplement, nous ne savons pas encore ce qui nous attend…

La maîtresse des lieux nous invite à entrer. Il y a déjà moins de félins de poche que lors de notre précédente visite. En fait, il n’en reste plus que deux qui gambadent innocemment dans le salon. Un café plus tard, nous passons aux choses sérieuses: la capture du fauve!

Nous nous approchons subrepticement de Zouc, qui nous regarde avec des yeux ronds avant de filer sous le canapé. Pour la faire sortir de là, notre hôte secoue un paquet de croquettes. Sans succès. «Comme elle a déjà vu partir quelques membres de sa fratrie, je pense qu’elle a juste un peu peur.»

Tu parles! Elle est complètement terrorisée et sort ses petites griffes dès qu’on fait mine d’approcher. Après vingt minutes de siège, nous décidons de soulever le lourd sofa et de donner l’assaut final. Plus facile à dire qu’à faire! Le satané animal passe entre nos jambes, glisse entre nos doigts jusqu’à ce que l’un de nous le saisisse par la peau du cou et l’enferme à double tour dans la cage de transport.

Nous repartons de là un peu penauds et honteux, avec la boule au ventre et un nouveau passager à nos côtés: une petite pelote de poils toute mignonne et toute tremblante…

Benutzer-Kommentare