31 mars 2018

Le véto

Le chat-chat à son pépère

Quand Zouc rencontre son nouveau pire ennemi! (Photo: Yago Hernandez)
Quand Zouc rencontre son nouveau pire ennemi! (Photo: Yago Hernandez)
Temps de lecture 3 minutes

La souris est morte (lire épisode précédent ). Sa dépouille repose au fond d'une petite boîte qu'emporte sa maîtresse éplorée et rongée de culpabilité. Pas bon pour son karma d'avoir écrasé ce rongeur. "C'était un accident!", répète-t-elle en boucle. "Elle aurait pu le donner à bouffer à mon Attila", rigole le rappeur en tapotant la tête de son rottweiler. La réceptionniste le fusille du regard. Le boutonneux se tasse sur son siège, son chien rentre la tête dans sa collerette.

La dame au chihuahua disparaît dans l'antre du vétérinaire. Puis, c'est au tour d'Attila et de son crétin de maître d'aller consulter. Un homme placide prend place à la salle d'attente. À ses côtés, un gros lézard darde la langue à travers les barreaux de sa cage. Zouc se recroqueville encore un peu plus au fond de sa geôle en plastique. Enfin, c'est notre tour!

Mon cœur bat la chamade, mon estomac se noue et j'ai les jambes qui flageolent comme quand je vais chez le dentiste. C'est la peur du docteur, la phobie de la blouse blanche. Inspirez profondément, expirez lentement. Encore et encore jusqu'à ce que la tension baisse. Mais elle continue de monter, monter, monter…

Le véto a une allure d'athlète complet, de gendarme français: coupe de cheveux réglementaire, regard bleu acier, dents blanches et alignées, corps svelte et athlétique. Punaisées aux murs, des photos de ses exploits sportifs. Lui à Sierre-Zinal. Lui à la course de l'Escalade. Encore lui au marathon de Boston. Je lui tends une main moite, il la serre comme dans un étau. Dans ce rapport de force, la balance penche très nettement en sa faveur.

"Nom, âge et sexe?" Je le regarde bêtement. "De votre chat!" "Ah oui! Zouc, neuf mois, féminin." "Elle vient d'où?" "De la frontière entre la Glâne et la Gruyère." " Houla mon pauvre monsieur, mais il y a encore la leucose dans le canton de Fribourg, va falloir contrôler tout ça." Il extirpe ma chatte de son abri, la scrute sous toutes les coutures, la tâte sans façon, la pèse, la rase et la pique. Et hop que je t'envoie une triple dose de vaccins - typhus-coryza-leucose - dans le buffet.

Comme il est plutôt du genre taiseux, je le questionne sur l'état de santé de la bête. "R.A.S.", me répond-il en langage militaire. Avant d'ajouter: "Vous voulez prendre un rendez-vous pour qu'on la puce et la stérilise?". "Euh, pas tout de suite, je vais réunir un conseil de famille pour qu'on en débatte. C'est peut-être mieux, non?" A voir son regard, je me dis qu'il préfèrerait une bonne dictature à notre mode de vie démocratique. Du coup, je n'insiste pas.

"Vous pouvez passer à la caisse!". J'évite de lui tendre la menotte et quitte son cabinet sur la pointe des pieds. La dame de la réception me présente la note: 129 francs. J'extirpe mon porte-monnaie et sors une carte. "Ici, on paie en espèces!" Par chance, j'ai assez de liquide sur moi. Sinon, elle aurait été capable de garder Zouc en otage. Or, je n'ai pas l'intention de la laisser, ne serait-ce qu'une minute de plus, dans l'antre de son nouveau pire ennemi (l'ancien, c'était moi).

Benutzer-Kommentare