17 février 2018

«Pas de bêtes chatières en magasin»

Le chat-chat à son pépère

Alain Portner et sa squatteuse aux dents longues. (Photo: Yago Hernandez)
Alain Portner et sa squatteuse aux dents longues. (Photo: Yago Hernandez)
Temps de lecture 2 minutes

L’autre jour, je suis allé dans mon animalerie préférée pour acheter une chatière. Perdu dans les rayons (c’est une habitude chez moi), j’étais près à lancer une fusée de détresse quand une bonne âme m’a pris par la main pour me ramener dans le droit chemin. C’est-à-dire face à l’objet de mes désirs. Enfin, les objets, car il y en a pléthore… En gros, la gamme comprend une demi-douzaine de modèles différents, sans tenir compte du choix de coloris évidemment.

Perplexe, j’ai hélé un vendeur qui s’est précipité – j’exagère à peine – pour me porter secours. «Monsieur désire?» J’ai hésité à lui déballer ce qui me passait par la tête: «Une chatière pour que ma squatteuse aux dents longues puisse sortir et vaquer librement à ses occupations, parce que j’en ai marre de jouer les portiers, d’autant que cette bestiole est un poil avare question pourboires!». A la place, je lui ai sobrement répondu: «Une chatière, une bête chatière.»

«Ouh là là mon cher Monsieur, nous n’avons malheureusement pas de bêtes chatières en magasin, seulement des modèles de qualité, dûment testés et approuvés!» On ne plaisante avec le personnel. J’ai donc fait le dos rond et me suis laissé guider. «Vous avez de la chance, nous venons justement de recevoir le nec de la chatière, un petit bijou de technologie. Elle scanne le numéro d’identification de la puce que le vétérinaire a implantée sous la peau de votre animal. Du coup, il n’y a que lui qui peut entrer et sortir de chez vous.» Le chat, pas le vétérinaire!

Le prix – 239,95 francs! – me laisse pantois et muet. Lui interprète mon silence comme une invitation à poursuivre cette visite commentée. «Dans le même style, nous avons encore plus sophistiqué (je pense plus cher évidemment). Il s’agit d’un système intelligent conçu pour les propriétaires de plusieurs chats ou petits chiens (ouf, ça n’est pas mon cas!). Grâce à lui, vous pouvez autoriser les allées et venues de certains animaux, tout en empêchant d’autres de sortir.» J’ai toujours rêvé d’être maton.

Comme en musique, on descend gentiment dans la gamme. «Pour 169,95 francs seulement, nous avons la chatière à infrarouge. A l’instar des précédentes, elle empêche les animaux indésirables – chats errants, matous insistants… – de s’introduire dans votre domicile. Moyennant tout de même un inconvénient: le port d’un collier. Tout comme la chatière magnétique qui ne coûte, elle, que 85,95 francs.»

De guerre lasse, constatant que ses arguments ne portent pas, il pointe enfin le bas du rayon d’un index dédaigneux. «Non, je ne me rabaisserai pas à vous présenter le modèle manuel, basique, sans intérêt à part son prix.» Prix qu’il tait de peur sans doute de s’étouffer. Je me penche pour regarder l’étiquette collée sur l’emballage carton: 39,95 francs. «Euh, je vais réfléchir.» En fait, c’est déjà réfléchi et nous le savons tous les deux.

Benutzer-Kommentare

Articles liés

Question nourriture, ma chatte Zouc est-elle difficile? (Photo: Yago Hernandez)

Le chat-chat à son pépère

Quand Zouc rencontre son nouveau pire ennemi! (Photo: Yago Hernandez)

Le chat-chat à son pépère

Visite agitée chez le vétérinaire. (Photo: Yago Hernandez)

Le chat-chat à son pépère

Alain Portner et sa chatte Zouc.

Bête comme chat