26 août 2017

Mâle ou femelle? Peste ou choléra?

Le chat-chat à son pépère

Alain Portner et sa squatteuse aux dents longues. (Photo: Yago Hernandez)
Temps de lecture 2 minutes

Foin des risques d’allergie -après tout, les tests subis par notre chérubin n’étaient pas probants-, nous allons finalement adopter un chat fribourgeois (non, non, ne cherchez pas sur Internet! Il ne s’agit pas d’une nouvelle race qui miaule en boucle le «Ranz des vaches», c’est juste qu’il est né là-bas, quelque part entre Bulle et Romont). Un bête chat de gouttière donc, sans particule ni pedigree mais pas forcément sans… puces.


Enfin, ça pourrait être une chatte aussi. Parce qu’on n’a pas encore décidé du sexe de la bestiole. Mâle ou femelle? Renseignements pris, les deux sont bourrés de défauts –les qualités, s’il y en avait, je les ai déjà oubliées– que je m’empresse évidemment de divulguer entre la poire et le fromage. Devoir d’information objective oblige et surtout ma dernière chance d’éviter que l’on commette l’irréparable (pour celles et ceux qui l’ignoreraient encore, je ne veux pas d’intrus(e) chez moi!).


«Voilà, je leur ai dit, vous pouvez choisir entre la peste et le choléra! Entre une midinette qui, lorsqu'elle est en chaleur, pousse des miaulements plaintifs et lancinants, et un fieffé coureur de jupons qui vocalise, lui aussi, comme une casserole et est prêt à mettre sa vie en danger juste pour un flirt. Et vous imaginez bien que ce chant des sirènes se termine généralement en accouplements sauvages et grossesses non désirées.» Mes interlocuteurs restent stoïques.


Pas encore à court d'arguments, j'enchaîne: «Ah, pis j'allais oublier le plus beau, les femelles adorent ramener des souris à la maison et les matous pissent partout dans l'appartement pour marquer leur territoire (un truc de mâle commun à de nombreux félins, mais pas que…).»


«Bon, pour éviter ces désagréments (sauf les souris évidemment), on peut castrer et stériliser», ai-je conclu assez fier de moi. Silence et effroi autour de la table familiale. Serais-je enfin parvenu à instiller le doute dans les esprits, à retourner la situation en ma faveur? Que nenni. «Il y a une autre solution papa, la pilule!» Argument aussi imparable que difficile à avaler. Du coup, vous l'aurez deviné, on a pris l’option femelle.

Benutzer-Kommentare