30 décembre 2019

Une thérapie au poil

Avec ses deux chiens, la physiothérapeute Paola Giraldo dispense des séances de rééducation pas comme les autres. Ensemble, ils viennent en aide aux personnes neurolésées aux Hôpitaux universitaires genevois (HUG).

Temps de lecture 3 minutes

Trois fois par semaine, deux petites boules de poils débarquent à ­l’hôpital Beau-Séjour de Genève, sous le regard curieux et attendri des patients. L’une se nomme Coco, un teckel nain de 9 mois, et l’autre, Roxy, un Jack Russell de 3 ans. Mais méfiez-vous des apparences: ces toutous qui trottinent joyeusement au milieu des blouses blanches sont en fait de grands professionnels. Avec leur maîtresse, la physiothérapeute Paola Giraldo, ils aident à remettre sur pied les personnes souffrant d’une atteinte du système nerveux et de troubles moteurs. Avec une telle équipe, chaque séance de physio se transforme en cour de récréation.

Durant 45 minutes, les patients lancent la balle à l’énergique Roxy qui la rattrape en plein vol, coiffent et caressent la câline Coco, ou encore nourrissent les deux toutous spécialement dressés pour ­travailler en milieu hospitalier. Autant de gestes, souvent complexes à exécuter pour les personnes concernées, qui mêlent mouvement, équilibre et coordination. «Ces rendez-vous s’adressent d’abord à celles et ceux qui ont des difficultés à participer aux séances standards, explique Paola Giraldo. Roxy et Coco amènent en plus une bonne ambiance dans un milieu perçu comme hostile.» Et c’est un succès! «Certains patients qui ne pouvaient faire que 15 minutes de rééducation font désormais le double.» Paola Giraldo, seule à proposer de telles séances, aimerait voir la pratique s’étendre.

8h - Admirer le paysage

«Lorsque j’arrive le matin, je me rends à mon poste de travail avec Coco et Roxy. Je consulte alors mes dossiers et mes e-mails pendant que les chiens regardent par la fenêtre.»

11h - Zoothérapie

«Aujourd’hui, j’ai deux séances avec les chiens. Je ne peux pas en faire plus avec eux, car légalement il est interdit de les faire travailler plus de deux heures par jour. Là, nous avons rendez-vous avec M. Rodriguez qui a perdu une partie de sa mobilité côté gauche, suite à un AVC. Selon ses dires, ces rendez-vous lui apportent beaucoup.»

12h - Balade dans la nature

«À midi, j’adore partir en balade avec les chiens dans le périmètre très vert de l’hôpital. J’ai toujours aimé les animaux, et ­aujourd’hui ils apportent en plus beaucoup de sens et de plaisir à mon travail.» 

12h30 - Donne la patte!

«Je consacre quotidiennement une trentaine de minutes pour dresser les chiens. Roxy a déjà passé son test TMC, un examen du comportement pour valider qu’elle peut travailler en milieu hospitalier. De mon côté, j’ai dû suivre une formation de deux ans en zoothérapie.»

13h - Des chiens au yoga

«Une fois par semaine, une professeure de yoga vient à ­l’hôpital pour donner un cours aux membres du personnel. ­Durant la séance, les chiens se posent à côté de moi.»

14h - Rapport de stage

«En plus de mon activité de physiothérapeute en neuro­rééduction que j’exerce depuis dix ans aux HUG, je forme des étudiants de la Haute École de physiothérapie de Genève. Aujourd’hui, je rends le rapport de stage à Florian que j’ai accompagné pendant deux mois.»

17h - Retour à la maison

«C’est toujours en vélo et avec une charrette fixée dessus que je me déplace avec mes deux chiens du domicile à l’hôpital. Temps de trajet? Douze minutes
seulement.»

Benutzer-Kommentare

Articles liés

Daniel Koch

«Les magasins d’alimentation resteront toujours ouverts»

Informationen zum Author

Antoine Lavorel (à gauche): «Les gens oublient souvent de regarder autour d’eux. Pourtant, tout est source d’émerveillement!»

La nature entre quatre yeux

Un métier de chien

Des patients singuliers et... pluriels