5 mars 2020

Un métier de chien

Sauvetage, gardiennage, thérapie ou incendie, même à l’ère de la robotique et de l’intelligence artificielle, «Médor» reste dans bien des domaines toujours le meilleur assistant de l’homme. La preuve par six auxiliaires à quatre pattes aussi fidèles qu’efficaces.

Olive est la précieuse assistante de Rachel Lehotkay lors de séances de psychothérapie à Genève.

Le chien, meilleur ami de l’homme? C’est peu dire. Non seulement il serait le premier animal domestiqué par Homo sapiens, mais ce compagnonnage de 45 000 ans a porté ses fruits jusque dans nos sociétés modernes. Les toutous, toutes races confondues, sont devenus indispensables à de nombreuses professions. Ils jouent les experts sur les lieux de crimes, les thérapeutes dans les hôpitaux, les défenseurs de la patrie, les sauveteurs dans les avalanches… Ils nous prêtent leur flair, leurs oreilles, leurs crocs et parfois même leurs yeux.

Plus d’un demi-million de chiens vivent aujourd’hui en Suisse. La grande majorité assument un rôle social, les autres, après une formation spécifique, deviennent des auxiliaires incontournables, de vrais pros à l’image de ces six héros du quotidien dont nous brossons le portrait dans ces pages. Et dans le sens du poil évidemment… MM

Taïga

Âge: 10 ans
Race: Labrador retriever, femelle
État civil: en binôme avec Charles-André Roh à Founex (VD)
Profession: chienne guide d’aveugle


Formation: quand le chiot a neuf semaines, la Fondation romande pour chiens guides d’aveugles le confie à une famille d’accueil, qui se charge durant une quinzaine de mois de le socialiser et de lui donner une bonne éducation de base. La vraie formation démarre à son retour. Un instructeur professionnel lui apprend alors pendant huit à neuf mois toutes les ficelles de son futur métier de guide ainsi qu’une cinquantaine de mots – indications et ordres – en italien (langue utilisée pour les chiens d’aveugles). Ensuite, le binôme – personne aveugle ou malvoyante et chien – est formé. Binôme qui doit encore suivre un cours d’instruction de trois semaines avant d’être lâché dans la nature…


Mission: accompagner son maître partout où il va, chez le médecin, dans le bus, au magasin... En lui servant en quelque sorte de «lunettes», en l’aidant à éviter les obstacles et à se déplacer en toute sécurité, elle contribue à son indépendance et à sa mobilité. En fait, elle veille en permanence sur lui, le réconforte même quand il n’a pas le moral. Sa seule présence est déjà rassurante et il a «une confiance absolue en elle».


Signes particuliers: «Une boule d’amour qui bosse à l’affectif et adore le travail bien fait.» Aime manger comme tous les
Labradors et doit donc suivre un régime strict pour ne pas prendre de poids.

Zippo

Âge: 9 ans et demi
Race: Labrador, mâle
État civil: fait la paire avec le sergent Éric, gendarmerie vaudoise
Profession: chien spécialisé RPAI (recherche de produits accélérateurs d’incendie)

Formation: dès trois mois, le chiot est socialisé et amené sur des lieux d’incendie, où il s’habitue à porter des chaussons.
Son premier jouet: un bringsel, sorte de bâton contenant des capsules remplies de molécules pures. Soit douze produits référencés, de l’essence au white spirit, en passant par l’alcool à brûler. En ramenant le jouet dans sa gueule, le chiot mémorise les odeurs. À 2 ans, le chien est apte à travailler.

Mission: repérer les produits accélérateurs de feu dans les incendies criminels ou indéterminés. Zippo intervient dans deux à trois cas par mois sur toute la Suisse romande et parvient à déceler des odeurs jusqu’à huit mois après les faits.

Signes particuliers: gentil, très calme et obéissant. Comme la plupart des museaux longs, c’est un bon nez pour la spécialisation. Il est d’autant plus motivé si une récompense l’attend après le travail.

Choulou

Âge: 6 ans
Race: Border collie croisé Berger australien, mâle
État civil: fait la paire avec Christine Oguey aux Giettes sur Monthey (VS)
Profession: chien de sauvetage OCVS, breveté pour les avalanches, les crevasses et la recherche en surface.

Formation: pour les avalanches, il a dû réussir un test d’obéissance et suivre une semaine de formation sur le terrain, à renouveler chaque année. La spécialisation en crevasses se prépare par un week-end à Zermatt où le chien apprend à travailler encordé à son maître et à aboyer pour signaler les odeurs qui remontent des gouffres. Quant à la recherche de personnes en surface, il faut trois à quatre ans de formation dans les éboulis ou en forêt, le chien doit apprendre à se détacher de son maître tout en lui obéissant.

Mission: rechercher une odeur de référence. Dans les avalanches, il gratte dès qu’il sent une odeur humaine dans la neige. En été, dans la recherche de personnes disparues, il collabore avec des chiens qui font du mantrailing (toutous entraînés à pister une odeur précise).

Signes particuliers: il a les yeux séparés verticalement, bleu d’un côté et vert-brun de l’autre. Côté caractère, c’est un crocheur, il ne lâche rien tant qu’il n’a pas trouvé. Il adore travailler… «mais avec ses 25 kilos, il est lourd à porter quand il faut le ménager dans les longues descentes!»

Jack-Pot

Âge: 6 ans
Race: Berger belge malinois, mâle
État civil: vit et fait équipe avec le soldat conducteur de chien Natacha Tissot à Genolier (VD)
Profession: chien de défense de l’Armée suisse

Formation: ce type de chien est soumis à un «dressage 100% mordant et obéissance». Il apprend à être docile, à obtempérer aux ordres de son maître sans broncher, à patrouiller sans grogner, à faire preuve de calme et de maîtrise de soi-même lorsqu’il y a des coups de feu et à user de sa force, de sa rapidité et de ses crocs (il les plante dans les bras ou les jambes) pour faire face aux agresseurs, les maîtriser et les empêcher de fuir. Il exerce également son flair pour débusquer les personnes qui se planquent dans des bâtiments. Après l’école de recrues, il fait ses cours de répétition comme les autres chiens de milice et a encore l’obligation de s’entraîner au minimum une fois par semaine pour rester à niveau.

Mission: surveillance, garde, protection et sécurité en tandem avec son conducteur. La dernière fois que Jack-Pot et le soldat Tissot ont été mobilisés, c’était lors du WEF, le Forum économique mondial de Davos. «Comme c’est une manifestation très médiatisée, nous devions être irréprochables.»

Signes particuliers: «Un chien de caractère, curieux, sensible et qui donnera tout – y compris sa vie – pour moi. Nous avons un lien très fort, nous sommes connectés, nous formons vraiment un binôme inséparable.»

Olive Ayana Sweethearts Von Gruben

Âge: 4 ans et demi
Race: Teckel américain miniature à poil court, femelle
État civil: en partenariat avec Rachel Lehotkay, psychologue psychothérapeute FSP et zoothérapeute ASZ à Genève. Présidente de l’Association suisse de zoothérapie et la Société pour la recherche et l’éducation en relation homme-animal.
Profession: chienne de thérapie dans l’unité de psychiatrie du développement mental des HUG, à Genève

Formation: il faut réunir deux qualités pour devenir chien de thérapie: être bien dans ses pattes et surtout aimer le contact avec les humains. Il n’y a pas de formation spécifique. Olive, par exemple, a passé avec succès deux tests: le TMC (test de maîtrise de comportement pour les chiens de thérapie) et le TACT (test d’aptitude du chien de thérapie). Autrement, elle a appris des tours – «Quand je fais ‹pan!›, elle fait la morte…» – sur le tas.

Mission: participer en tant qu’assistante à des séances de psychothérapie sous la conduite de sa maîtresse, spécialiste en zoothérapie. Plus précisément, jouer le rôle de médiatrice entre le patient (ici, des adultes avec handicap intellectuel) et le thérapeute. «Avec elle, qui est très câline, je travaille la relation d’attachement, l’estime de soi, la responsabilisation ou encore la motricité fine.»

Signes particuliers: «C’est une lady très précieuse! Elle est intelligente, attentive, très attachée, affectueuse et douce.»

Nuno

Âge: 3 ans
Race: Patou ou chien de montagne des Pyrénées, mâle
État civil: en tandem avec Jean-Pierre Vittoni à La Forclaz (VD)
Profession: chien de protection de troupeau

Formation: il faut trois ans pour qu’un Patou soit opérationnel. Il naît et grandit au milieu des moutons qu’il considère comme ses compagnons. Tout jeune, il est mis en situation avec les chiens plus âgés pour qu’il procède par imitation. Son maître doit aussi le socialiser, lui apprendre à s’arrêter aux barrières, à ne pas attaquer les promeneurs.

Mission: protéger et garder les moutons contre tout intrus, personnes, loup, lynx ou chiens errants. Il aboie et mord au besoin. Comme ils sont souvent plusieurs pour garder le troupeau avec le berger, ils s’organisent d’eux-mêmes: certains restent au milieu des bêtes, tandis que d’autres patrouillent à l’extérieur.

Signes particuliers: il est indépendant, mais aussi docile, calme et bien posé. On le reconnaît à son pelage blanc et à ses quelques poils gris sur les oreilles.

Benutzer-Kommentare

Articles liés

«Il faut de la discipline et créer soi-même un cadre»

Antoine Lavorel (à gauche): «Les gens oublient souvent de regarder autour d’eux. Pourtant, tout est source d’émerveillement!»

La nature entre quatre yeux

L’éternelle acrobate

Ils font tourner La Manivelle