2 février 2018

Comment mettre la grippe en quarantaine

Une fois de plus, l’épidémie d’influenza frappe fort cet hiver. Comment diminuer les risques de contagion? Voici un petit rappel des bons gestes d'hygiène élémentaire.

la grippe
La grippe saisonnière est inséparable sous nos latitudes de la mauvaise saison. (Photo: iStock)

Le ciel et une nouvelle baisse des températures le rappellent: en ce début février, nous n’en avons pas fini avec l’hiver. Ni avec la grippe saisonnière, inséparable sous nos latitudes de la mauvaise saison. Seules son intensité, sa durée et les souches virales varient d’une année à l’autre.

Pour mieux informer sur l’évolution d’influenza d’octobre à avril, l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) publie un rapport hebdomadaire de la situation dans le pays. On y apprend ainsi que pour la quatrième semaine 2018, la propogation de la grippe est qualifiée de «largement répandue», avec, selon le retour des médecins du système de surveillance Sentinella, près de 44,7 cas d’affections grippales pour 1000 consultations.


La propagation du virus s’avère particulièrement problématique auprès des personnes en mauvaise santé, dans les hôpitaux ou les établissements médicaux sociaux. D’où la double recommandation à l’intention du personnel: se faire vacciner, voire rester chez soi aux premiers signes d’état grippal. Le port du masque s’avère également obligatoire en période d’épidémie.
Si la grippe n’est pas sans incidence négative sur l’économie suisse et la santé des plus faibles, ne faudrait-il pas rappeler quelques règles d’hygiène de base? Et aussi davantage pousser les employés à ne pas revenir travailler avant d’être rétabli, inciter au port du masque de protection comme c’est largement l’usage en Asie, voire à la généralisation d’un vaccin annuel déjà pris par 300 millions d’individus à travers le monde?

Et vous, que faites-vous pour vous protéger de la grippe?

«Quelques mesures d’hygiène réduisent le risque d’infection et de transmission»

Dre Catherine Lazor, médecin chef au sein du service de Médecine du personnel du CHUV à Lausanne.

Où en est-on actuellement avec la grippe saisonnière? Peut-il y avoir une seconde vague avant la fin de l’hiver?

En Suisse, le pic de la vague de grippe pour la saison hivernale 2017/2018 a été atteint mi-janvier 2018. Selon les données de l’Office Fédéral de la Santé Publique (OFSP), la propagation de la grippe était encore largement répandue dans toute la Suisse. Après une tendance à la baisse dans certaines régions, notamment en Romandie, l’OFSP vient tout juste d’annoncer le début d’une nouvelle recrudescence.

Un retour au travail prématuré constitue-t-il ou peut-il constituer un facteur de propagation?

Le risque de contagion est le plus élevé au début de la maladie, c’est-à-dire au moment où les symptômes de la grippe sont bien présents: sensation de malaise général, abattement, brusque poussée de fièvre (>38°C), frissons, toux, maux de tête, douleurs musculaires et articulaires. Une fois la fièvre tombée et avec l’amélioration des symptômes, la contagiosité diminue significativement.

Dans quel cadre de travail faudrait-il éviter de venir travailler en cas de symptômes grippaux?

Au plus fort des symptômes de la grippe et durant la période fébrile, il est conseillé de rester à la maison pour éviter la propagation de la maladie. Cette mesure s’applique en particulier pour les personnes qui travaillent auprès de personnes âgées, de nourrissons, de femmes enceintes ou de personnes souffrant d’une baisse de l’immunité importante et qui ont un risque plus élevé de faire des complications graves de la grippe.

Comment distinguer la grippe d’un refroidissement par exemple?

Durant la saison hivernale et pendant la période d’épidémie de grippe, il y a aussi de nombreux autres virus respiratoires qui circulent et qui sont responsables de refroidissements. Lors de refroidissements, les symptômes apparaissent graduellement, sont plus légers (la fièvre est généralement modérée ou absente) et principalement localisés au niveau des voies respiratoires supérieures (nez bouché, éternuements, toux, maux de gorge). La grippe se distingue des refroidissements par son apparition soudaine, des symptômes plus intenses et une baisse de l’état général marquée.

La généralisation du port du masque de protection, comme en Asie ou désormais dans les hôpitaux, serait-elle bénéfique?

Même si la transmission des virus de la grippe s’effectue directement par des gouttelettes projetées par une personne infectée quand elle éternue ou tousse, à ce jour il n’y a pas d’études disponibles pour montrer qu’une telle mesure au sein de la population générale permettrait d’éviter une épidémie de grippe. De plus, la transmission des virus de la grippe s’effectue aussi indirectement par le contact avec des surfaces contaminées (poignées de porte ou écrans tactiles par exemple), sur lesquelles les virus sont susceptibles de survivre un certain temps. Dans tous les cas, le meilleur moyen de prévention reste la vaccination.

Peut-on rappeler les quelques gestes d’hygiène élémentaires?

Durant la période de circulation des virus de la grippe, tant les personnes en bonne santé que les personnes atteintes de la grippe devraient appliquer les règles d’hygiène qui permettent de réduire à la fois le risque de transmission et d’infection: se laver soigneusement les mains avec de l’eau et du savon plusieurs fois par jour; tousser et éternuer dans un mouchoir en papier à jeter dans une poubelle après usage et se laver les mains avec de l’eau et du savon. Ou dans le creux du coude, geste plus hygiènique que dans le creux de la main.

Benutzer-Kommentare

Articles liés

Un bébé en train de faire de la physiothérapie avec une spécialiste

Physiothérapie pour enfants

Informationen zum Author

tendon d'achille

Le tendon d'Achille: solide, mais il a aussi ses limites

Informationen zum Author

medbase

Tenir ses bonnes résolutions

Contribution de lecteur

RESPIRE