22 avril 2013

Comment récupérer après une césarienne?

Subi ou désiré, cet acte chirurgical est de plus en plus pratiqué. Mais après? Nombreuses sont les femmes à se sentir démunies face à cette cicatrice. Des ateliers proposent d’apprendre à se réapproprier son corps.

Photo: Getty Images
Temps de lecture 3 minutes

C’est une cicatrice de 10 à 15 centimètres invisible pour les autres mais pourtant bien présente. Une relique indélébile de ce moment fondamental dans la vie d’une femme qu’est le jour où elle donne naissance à son enfant.

A mi-chemin entre l’acte chirurgical et l’accouchement, la césarienne tient une place ambiguë. Noyées au milieu du flot d’émotions provoquées par l’arrivée d’un bébé, l’intervention et ses conséquences sont souvent laissées au second plan.

Maman de jumeaux nés par voie haute et thérapeute en technique de massages actifs (TMA) à Lausanne, Julia Litzen en a fait l’expérience. Sans nier sa nécessité, elle dit avoir été surprise par le manque d’information suite à son opération.

Personne n’est venu me parler, ni m’expliquer ce que je devais faire avec cette cicatrice. Hormis des anti-douleurs, on ne m’a donné aucun conseil.

Face à l’absence d’offre en matière de suivi, elle décide de mettre sur pied trois ateliers de deux heures chacun destinés à récupérer physiquement et psychologiquement. Depuis l’année dernière, les femmes qui le souhaitent peuvent suivre l’entier ou l’un des trois modules lors de cours collectifs ou privés à Lausanne et à Genève.

Entre sentiment d’échec et dégoût face à cette cicatrice

Car si certaines vivent très bien cette intervention, d’autres ont plus de peine à l’accepter: sentiment d’échec, d’avoir «raté» son accouchement, insensibilité dans le ventre, dégoût face à cette cicatrice font partie des impacts physiques et psychologiques. Julia Litzen:

Beaucoup n’osent pas toucher leur cicatrice parce qu’elles ne savent pas comment s’y prendre. Une fois rentrées à la maison, elles se sentent perdues,

L’avis est partagé par Heike Emery, sage-femme indépendante à Genève. «Il y a une vraie lacune concernant l’information aux patientes, un peu comme si ce n’était pas important», regrette-t-elle. Elle-même mère de trois enfants nés par voie haute elle a lancé en 2006 cesarienne.net , un site d’information et d’échange où l’on trouve aussi bien des témoignages que des conseils quant au soin de la cicatrice.

Gynécologue à Lausanne, le Dr Philippe Bracher reconnaît le manque d’offre quant au suivi post-opératoire à moyen et long terme de cette intervention pourtant lourde.

La césarienne est devenue tellement banale qu’on a tendance à oublier qu’il s’agit d’une grosse chirurgie. Mais on sait qu’il faut parfois plusieurs mois pour récupérer.

Toutes les femmes ne sont toutefois pas égales face à leur cicatrice, précise-t-il. «C’est davantage une question de peau que de technique de fermeture; certaines cicatriseront mieux que d’autres, mais il est vrai que le massage régulier de la cicatrice aide à une bonne cicatrisation.»

«L’impression qu’une partie de mon ventre n’existait plus»

Plus qu’un soin, les massages aident aussi à reprendre possession de son corps. «Après ma césarienne, j’avais l’impression qu’une partie de mon ventre n’existait plus, raconte Carole Bommottet Fanchini, maman d’un garçon et de jumeaux nés par voie haute qui a suivi l’atelier de Julia Litzen. Les massages m’ont aidée à retrouver des sensations dans mon ventre. On n’en parle pas, mais c’est très déroutant.»

Sans compter le choc psychologique qu’une telle intervention peut produire lorsqu’elle n’est pas anticipée ou souhaitée. «On doit faire le deuil d’un événement que l’on imaginait se dérouler autrement, témoigne Caroline Tejeda. En parlant avec d’autres femmes, je me suis rendu compte que certaines étaient dans une réelle détresse.

Et même si je suis de nature optimiste, il y a une tristesse indéniable, celle de savoir que je ne donnerai jamais naissance naturellement à un enfant.

Car souvent, une première césarienne en entraîne une deuxième et cette dernière encore plus probablement une troisième.

Benutzer-Kommentare