Content: Home

Morceaux choisis

En lien direct avec sa recette, Barbara Polla nous dévoile deux extraits de son nouvel ouvrage, "Tout à fait femme".

Cette merveille, que les hommes existent

Oui, cette merveille. Mais pourquoi ne le disons-nous pas, pourquoi ne le peignons-nous pas, pourquoi ne le photographions-nous pas? Les musées sont pleins de femmes nues, s’énervent certaines féministes, pas d’hommes nus. Oui. Alors, que ce vibrant appel soit entendu par les plasticiennes : représentez l’homme, cette merveille; représentez le sexe de l’homme, cette deuxième merveille indissociable de la première ; rattrapez toutes ces années d’ignorance, voire de mépris de la représentation du sujet-objet de notre désir : cette merveille encore. Quelles artistes femmes peignent la beauté du sexe de l’homme avec la même ferveur que l’homme peint, photographie, représente, la splendeur de celui de la femme ?
Même les pornographes ne savent trop comment s’y prendre et se plaignent du désert des représentations du désir féminin. Les Dorcel & Cie se sont pourtant penchés avec la plus grande sollicitude sur la question de savoir comment créer des films pornographiques qui plaisent aux femmes (50% du marché potentiel tout de même…). Longue discussion avec Dorcel père à ce sujet : les recherches du groupe dans cette direction n’ont pas vraiment abouti, pour l’instant du moins, malgré l’intérêt porté à la question et les investissements consentis. Les femmes elles-mêmes, quand elles se penchent sur le désir féminin, semblent peiner à le représenter dans sa globalité, optant le plus souvent pour des représentations qui, pour intéressantes qu’elles soient, restent fragmentaires, tel le punk-trash-sex d’une Virginie Despentes (pour qui le « postporno » est une nouvelle étape de la révolution féministe), la proctologie d’une Charlotte Roche (Zones humides) ou encore l’eau de rose qui a prévalu si longtemps. Un nouvel espoir se dessine avec les militantes des Marches de salopes, qui prônent une sexualité libre, déculpabilisée et « morale » et qui, dans la lignée d’une Gayle Rubin, pionnière des Women’s Studies à l’Université du Michigan, affirment que l’émancipation des femmes passe aussi par leur épanouissement érotique actif. Un épanouissement qui ne va pas sans l’autre ni sans l’affirmation de notre désir pour lui.

(pp. 62-63)

Eloge du célibat

«Institution religieuse, le mariage est aussi une institution sociale qui prive la femme de son autonomie.» LACLOS , 1783.

Je suis contre le mariage. Comme les maisons, qui en sont une concrétisation architecturale, le mariage est une prison pour les femmes. Pour hommes aussi. Le mariage, comme les maisons, cherche avant tout à mettre les choses « à leur place » - à leur place, au service du GPS. Alors, libertine !
La libertine comme je l’entends – celle que j’aimerais que nous soyons toutes et toujours – s’inspire du libertin de Michel Onfray tel qu’il le décrit dans sa Théorie du corps amoureux. Pour une érotique solaire. Comme lui, elle ne contracte jamais au-dessus de ses moyens, elle ne place jamais rien au-dessus de sa liberté ; elle ne promet jamais rien qu’elle ne puisse tenir ; elle ne se fourvoie pas dans des promesses qui l’engagent pour l’éternité ; elle n’a jamais fait miroiter à l’autre des édens auxquels elle-même ne croit pas ; elle n’hypothèque jamais le futur, ni ne parle pour les années à venir ; elle dit ce qu’elle va faire et fait ce qu’elle a annoncé ; elle ne sacrifie aucunement aux mythologies et aux fantasmes familialistes de sa civilisation ; elle ne parle pas de foyer, d’exclusivité, ni de fidélité ; elle tient ce qu’elle a promis un jour : la volonté farouche de donner et de prendre du plaisir, et la détermination à rompre le contrat, ou accepter que l’autre en prenne l’initiative, dès que le projet paraît irréalisable ou dès qu’il le devient.

(pp. 141-142)

 



Photographe
  Super   Commentaires  0

 Imprimer  Envoyer

Pour en savoir plus

Un livre à découvrir

"Tout à fait femme", Barbara Polla, Odile Jacob, 195 p., CHF 32.40

Recettes liées

 

A lire

 


Rédiger un commentaire


0 Commentaires

  • Vous avez déjà signalé ce commentaire