26 novembre 2018

Dans la peau d’une cheffe

À quoi ressemble le quotidien d’une femme cadre? Lors de la journée «Futur en tous genres», huit jeunes filles ont suivi différentes dirigeantes Migros. Nora et Kyra nous racontent leur expérience.

À quoi ressemble le quotidien d’une femme cadre? Lors de la journée «Futur en tous genres», huit jeunes filles ont suivi différentes dirigeantes Migros.
Huit femmes dirigeantes du groupe Migros ont ouvert la porte de leur quotidien professionnel à des jeunes étudiantes intéressées. (Photo: Daniel Winkler)

Nora, 13 ans, élève du secondaire, raconte sa journée avec Eliana Zamprogna, Chief Technology Officer pour la M-Industrie. «À l’école, j’aime bien prendre l’initiative, par exemple dans les travaux de groupe. Le programme ‹Un jour en tant que cheffe› me correspond donc bien. J’étais intéressée par Migros, car je vais souvent faire des courses avec ma mère dans le magasin de notre quartier. Je connais aussi la Banque Migros, je sais que Migros organise des événements culturels et que l’on ne vend pas d’alcool dans ses supermarchés. Par contre, je n’avais jamais entendu parler du métier de ‹Chief Technology Officer›. Eliana me l’a expliqué en détail et j’ai pu les accompagner, elle et son assistante, à des entretiens importants. C’était passionnant! J’ai remarqué que les gens parlaient tout bas, contrairement à mes copines et moi, qui parlons toujours fort.

Nora, 13 ans, élève du secondaire, a passé la journée avec Eliana Zamprogna, Chief Technology Officer pour la M-Industrie. (Photo: Daniel Winkler)

L’après-midi, j’ai même assisté à une réunion où les gens discutaient en anglais. J’ai compris pas mal de choses; c’était une expérience très cool. La journée avec Eliana a été plus intéressante que prévu. Beaucoup de gens participent aux prises de décisions, ce qui m’a étonnée. Je pense que cette carrière pourrait me plaire. Bien sûr, c’est parfois difficile. Eliana est souvent en déplacement et son emploi du temps est toujours plein. Mais elle gagne sa vie en faisant un métier qu’elle aime, et je trouve que c’est important. J’ai aussi apprécié notre dîner avec toutes les cheffes. Le repas était raffiné et la table bien décorée, mais Eliana m’a dit que ce n’était pas toujours comme ça.»

C’était intéressant d’entendre comment Nora s’imagine Migros dans vingt ans: un lieu de rencontre, d’échange et de savoir

Eliana Zamprogna

Andrea Ming a présenté son travail à Kyra, le temps d’une journée. (Photo: Daniel Winkler)

Kyra, 12 ans, élève du secondaire, raconte sa journée avec Andrea Ming, responsable de la Direction Coordination des Écoles-clubs et des centres de loisirs à la Fédération des coopératives Migros (FCM).

«Je pense que s’il n’y avait pas de cheffes, ce serait le chaos. Il faut donc des métiers comme celui d’Andrea, qui consistent à encadrer des personnes et à beaucoup communiquer. Sans femmes comme elle, les gens ne feraient que ce qu’ils veulent. Quand Andrea m’a montré son emploi du temps, j’ai été un peu surprise: le mien est moins strict! D’abord, je l’ai accompagnée à une réunion – la première de ma vie –, et c’était apparemment un rendez-vous assez importante, car le directeur de Migros, M. Zumbrunnen, était là. Je n’ai pas tout compris, mais Andrea m’a expliqué que le but était de présenter des projets et de discuter de ce qu’il fallait faire. À la fin, il a seulement été décidé que tous les projets seraient poursuivis. Puis il y a eu une pause-café pendant laquelle j’ai bu de l’eau.

Ensuite, Andrea m’a expliqué ses tâches et m’a parlé des domaines qui faisaient partie de son département. Avant, je connaissais surtout la branche alimentaire de Migros, mais je savais aussi que le groupe possédait d’autres entreprises et parrainait des événements. J’avais envie d’en savoir plus. C’est pour cette raison que je me suis inscrite au projet ‹Un jour en tant que cheffe›. Le travail d’une dirigeante était un peu un mystère pour moi. Maintenant, je sais qu’Andrea assiste à beaucoup de réunions avec des personnes haut placées, qu’elle doit être très bien organisée et qu’elle travaille parfois le soir. C’était vraiment très intéressant de la suivre et de mieux connaître Migros par la même occasion. Par exemple, je ne savais pas que le groupe était propriétaire de terrains de golf, qu’il proposait un tas de cours et qu’il détenait aussi un magasin de sport.

Je suis très contente d’avoir pu vivre cette expérience, même si je ne sais pas du tout ce que je veux faire plus tard. Je deviendrai peut-être dirigeante un jour, mais pour l’instant, je ne tiens pas en place, et ce n’est pas très pratique avec toutes ces réunions. Heureusement, Andrea est beaucoup plus calme que moi!»

C’était très enrichissant et une expérience complètement nouvelle pour moi de regarder mon travail à travers les yeux attentifs et intéressés de la jeune Kyra

Andrea Ming

Benutzer-Kommentare

Articles liés

La photo gagnante de la semaine A gagner

Concours clin d’œil

Informationen zum Author

Citterio, le producteur de salami milanais, applique désormais les directives suisses en matière de protection animale. Lors d’une visite sur place, Migros a pu constater l’ampleur des efforts consentis par son fournisseur.

Pour des animaux heureux

Informationen zum Author

Grâce au programme de l’EPER «MosaïQ», une passerelle vers l’emploi destinée aux migrants qualifiés du canton de Vaud, le Kosovar Musa Jashari vient de trouver un travail qui lui permet de contribuer à l’économie suisse.

Un pas vers l’insertion

Sarah Kreienbühl,

«L'engagement de Migros se mesure aux actes et non aux paroles»

Informationen zum Author