19 mars 2018

De bons œufs de plein air

À l’avenir, Migros ne proposera plus que des œufs issus d’élevages en plein air respectueux des animaux. Une excellente nouvelle pour des agriculteurs tels que Marc Peter, qui applique par conviction les normes de production les plus exigeantes.

Dans l’élevage en plein air, chaque poule a droit à une surface de prairie de 2,5 m2 pour se dégourdir les pattes en toute liberté.
Dans l’élevage en plein air, chaque poule a droit à une surface de prairie de 2,5 m2 pour se dégourdir les pattes en toute liberté.
Temps de lecture 4 minutes

Marc Peter est passionné par son métier. Avec son épouse Silvia, il exploite une ferme à Wiesendangen, un village charmant au nord-est de Winterthour – une tradition qui perdure dans sa famille depuis cinq générations. «C’est un privilège que de pouvoir travailler au rythme de la nature et de produire des biens essentiels à la vie», confie l’aviculteur. Et d’ajouter: «Le plus important, pour moi, c’est de réussir à vivre exclusivement de mon activité.»

Afin de préserver son mode de vie agricole, la famille Peter s’est toujours efforcée d’innover. Le changement le plus radical est intervenu en 2015, lorsque Marc a abandonné la production laitière pour se consacrer entièrement à l’élevage de poules pondeuses. Une décision courageuse qui s’est révélée payante: «Aujourd’hui, les poules représentent de loin notre principale source de revenus», indique-t-il. En effet, si la récolte de la plantationde cerisiers est incertaine, les poules lui offrent davantage de sécurité financière. «Mais nous avons aussi dû réaliser certains investissements.»

De vraies athlètes de haut niveau

Le nouveau poulailler est situé à quelques minutes en voiture de l’exploitation familiale. Cette installation moderne abrite environ 18 000 poules et quelques coqs. En plus de la vaste structure intérieure et du jardin d’hiver, les volailles disposent de 45 000 m² de pâturage pour picorer, gratter le sol et caqueter en toute quiétude. Au plus tard dans l’après-midi, les poules doivent être dans les pâturages, sauf en cas de basses températures ou de très mauvais temps. «Les poules apprécient cet environnement varié et la possibilité de se déplacer librement», souligne Marc Peter. Bien que les volatiles élevés en plein air soient exposés à certains risques, notamment aux attaques de rapaces ou de renards, l’aviculteur n’envisage pas de changer de mode de travail. «Le bien-être animal figure en tête de nos priorités.» Ses poules lui expriment leur gratitude à leur manière: la performance de ponte est supérieure à 90% (presque toutes les volailles pondent un œuf par jour). «Ce sont de vraies athlètes de haut niveau!»

L’agriculteur Marc Peter s’engage avec Migros pour la production en plein air (photo: Paolo Dutto).

Le bien-être animal figure en tête de nos priorités

Marc Peter

Deux fois par jour, matin et soir, le paysan collecte les œufs, contrôle la propreté, vérifie l’état de leur coquille et les conditionne par alvéoles de trente unités qu’il empile les unes sur les autres. Celles-ci sont ensuite stockées sur des palettes retirées trois fois par semaine par les négociants, avant d’être finalement distribuées dans les magasins de Migros Zurich.

Une collaboration équitable

Les œufs de Marc Peter sont destinés exclusivement à Migros. «Il est très agréable de travailler avec une entreprise digne de confiance», affirme l’aviculteur, qui apprécie les conditions «équitables et transparentes» de la collaboration avec le détaillant. Il se réjouit en outre que son partenaire accorde lui aussi l’exclusivité aux œufs de plein air. «Ce n’est pas par hasard si ce mode d’élevage correspond aux normes de production les plus exigeantes.» Outre les sorties régulières dans les pâturages, les volatiles bénéficient en effet d’un accès illimité à leur mangeoire.


En décidant de miser de façon systématique sur un élevage en plein air respectueux des animaux, Migros répond à une demande croissante de la part de ses clients. Et ces derniers en tirent un avantage supplémentaire: le retrait des œufs issus d’un élevage au sol des rayons
de l’enseigne induit une baisse du prix des œufs de plein air. Les producteurs comme Marc Peter continueront cependant de percevoir la même rémunération.

Les œufs pondus sont conditionnés sur place pour le transport (photo: Paolo Dutto).