26 juin 2017

Deux pieds, pour marcher

Les Suisses sont un peuple de marcheurs. Ce n’est donc pas un hasard si près de 65 000 kilomètres de chemins balisés quadrillent le pays.

Temps de lecture 2 minutes

Nulle part ailleurs sur la planète, il n’est possible de se perdre au fin fond de nulle part et malgré tout retomber très vite sur un chemin bien indiqué. Une ribambelle de bénévoles œuvrent d’ailleurs à leur entretien avec une régularité tout helvétique. Partant de là, l’amour de la promenade, la balade, la course doit être inscrit dans nos gènes.

Dans nos vies par trop sédentaires, la marche constitue le plus sûr moyen de nous maintenir en forme. En forme physiquement, mais pas seulement. Elle est également un excellent antidote à la pression, au stress, au manque d’enthousiasme. Elle est aussi notre dernier moyen de ne pas perdre le contact avec la nature, avec notre environnement extérieur. Enfermés dans nos bureaux, trains, voitures, logements, nous contemplons le monde à travers des vitres. Un peu à la manière dont nous observons les animaux au zoo.

La marche permet tout l’inverse, se confronter à la nature et en même temps à ses propres limites.

Sportif du dimanche, je suis à chaque fois étonné par le sentiment de bien-être qui gagne l’esprit une fois la «machine» mise en marche.

Lors des premiers kilomètres, à plus forte raison en montée abrupte, je me demande souvent pourquoi j’ai encore eu cette drôle d’idée de partir de si bon matin. Et puis subitement, la respiration, le corps et la tête se mettent au diapason. A partir de ce moment-là, le plaisir prend le dessus sur l’effort.

Il est alors temps de laisser libre cours à ses pensées, de profiter du moment présent. Statistiquement, un peu moins d’un habitant du pays sur deux pratique la marche, un chiffre en progression depuis des années. L’ancien conseiller fédéral Pascal Couchepin nous explique comment la marche lui permettait de se libérer l’esprit et de retrouver la sérénité après ses séances à Berne . Comme pourrait le dire un slogan marketing: la marche, l’essayer, c’est l’adopter.

Benutzer-Kommentare

Plus sur ce thème

Sarah Marquis en train de marcher