20 avril 2013

Diablox9, le Romand star de YouTube

Benoît Moreillon, alias Diablox9, est une véritable star du web. Sa chaîne YouTube dédiée aux jeux vidéo compte plus d’un million d’abonnés. Un record qui vaut au jeune homme de 20 ans de figurer parmi les Suisses les plus influents.

Benoît Moreillon, alias Diablox9: «Je suis complètement autodidacte. J’aime le revendiquer.»
Temps de lecture 8 minutes

Au début de l’année 2012, vous avez quitté l’école de commerce pour vous consacrer à 100% à votre chaîne YouTube. Une décision qui demande un certain courage…

C’était un choix cornélien. Je sentais que mes vidéos commençaient à occuper une très grande partie de mon temps. Plutôt que de mener de front deux activités, en fournissant pour toutes deux un travail de qualité moyenne, j’ai préféré me consacrer entièrement à ma passion.

Quelle a été la réaction de vos parents?

Depuis très jeune, je fais preuve d’une grande indépendance. Agé de presque 19 ans, je me sentais prêt à gérer mon affaire. Mes parents m’ont donc fait confiance et m’ont encouragé.

Comment cette passion a-t-elle débuté?

Depuis l’âge de 12 ans, je fréquente les sites web consacrés aux jeux vidéo. J’y ai découvert les «gaming live»: on filme l’écran pendant qu’on joue, on y ajoute des commentaires audio et on poste la vidéo sur internet. Cela m’a tout de suite donné envie de faire de même! A 13 ans j’ai donc créé une première chaîne sur Dailymotion. (Visionner l'une des premières vidéos de Diablox9.) Je filmais mon écran d’ordinateur ou ma TV à l’aide d’un petit appareil photo 8 mégapixels, posé sur un tas de livres. La toute première vidéo est encore accessible d’ailleurs. C’est très drôle à revoir, je n’avais pas encore mué! Ensuite j’ai commencé à me faire une réputation de testeur, en postant aussi des articles sur jeuxvideo.com. Puis, en février 2010, j’ai créé ma chaîne YouTube.

Où avez-vous appris à réaliser des vidéos?

Je suis complètement autodidacte: je filme, monte et publie mes vidéos moi-même. J’aime le revendiquer! Mais cela ne m’empêche pas de collaborer avec un ami sur certains projets.

Visionner une épisode de Dead Space 3 (Source: Youtube, canal Diablox9)

Un succès pour le moins rapide. Comment l’expliquez-vous?

D’abord parce que je réalise ces vidéos par pur plaisir. C’est un peu ma marque de fabrique, et j’imagine que cela doit se ressentir. Et aussi parce que les autres internautes postaient jusque-là des vidéos avec une bande audio en français, mais qui apparaissent sur YouTube avec des titres et des descriptions rédigés en anglais. Une stratégie pour capter un public plus large… Moi j’ai fait le choix inverse et je me suis consacré uniquement au public francophone. Et ça a marché! L’audience est montée lentement puis a explosé de manière exponentielle, pour atteindre aujourd’hui 1,2 million d’abonnés. C’est alors que j’ai pu collaborer avec les grands éditeurs de jeux vidéo comme Electronic Arts et Ubisoft.

De quelle manière êtes-vous entré en contact avec les géants du jeu vidéo?

Je ne suis pas le mec qui va gratouiller, je n’ai donc pas voulu appeler les maisons d’édition. Ce sont elles qui m’ont approché, avec plus ou moins de subtilité. En général, ils désirent seulement me présenter leurs nouveaux jeux pour que je réalise une vidéo à leur sujet. Cela fait ainsi presque deux ans que je collabore avec EA France. Une relation qui est autant amicale que professionnelle.

Un travail qui implique donc de fréquents déplacements…

J’ai en effet énormément bougé l’année passée. D’abord pour l’E3, le grand salon du jeu vidéo à Los Angeles au mois de juin. Puis en novembre je me suis rendu à San Francisco pour visiter les studios de développement du jeu Dead Space 3. Aucune caméra n’y était entrée auparavant!

Visionner l'une des trois vidéos tournées par Diablox9 dans les studios de Dead Space 3 (Source: Youtube, canal Diablox9)

Comment expliquez-vous ce privilège?

Mon nombre d’abonnés sur YouTube y est bien sûr pour quelque chose. Et puis les développeurs savent que mes critiques sont toujours très honnêtes. Jamais je ne me force à dire du bien d’un jeu, ou à l’inverse de le détruire. En général, on aime ma façon de travailler.

Pourquoi?

Ma force, c’est que la plupart des joueurs me font confiance. J’ai une certaine légitimité, car j’ai une grande expérience. Cela vaut bien sûr pour les personnes qui connaissent déjà Diablox9 sur le web. Et puis il y a les autres, ceux qui tombent par hasard sur mes vidéos et apprécient leur côté professionnel, posé, pour expliquer les choses.

Il vous arrive fréquemment de vous mettre en scène vous-même dans ces vidéos. Pourquoi ce choix?

Les gens adorent ça! Cela demande plus de travail mais au final cela amène un plus par rapport aux vidéos où seule une voix off est ajoutée sur des séquences de jeux. Je le fais surtout pour présenter les jeux un peu fun. Pour tester Just Dance avec le Kinect (ndlr: une caméra destinée à la Xbox 360 qui permet de contrôler des jeux grâce aux mouvements de son corps). Je sais déjà que les internautes seront morts de rire!

Donc on peut gagner sa vie en postant des vidéos sur YouTube?

Oui, grâce aux publicités de quinze secondes qui énervent tout le monde au début des vidéos! (rires). Mais quand on sait que le film qui suit a nécessité des heures de travail, on apprend à accepter de patienter un peu. Grâce à YouTube, j’ai commencé à me faire un peu d’argent dès l’âge de 18 ans. Mais j’ai toujours considéré cela comme une sorte de bonus. A aucun moment je me suis fixé d’objectif de recettes. Mais il se trouve qu’aujourd’hui j’ai la chance de pouvoir vivre de ma passion.

«Aujourd’hui, j’ai la chance de pouvoir vivre de ma passion.»
«Aujourd’hui, j’ai la chance de pouvoir vivre de ma passion.»

J’imagine que vous avez des arrangements avec les maisons d’édition, pour recevoir par exemple les nouveaux jeux gratuitement?

Je reçois automatiquement les nouveaux jeux d’Electronic Arts et d’Ubisoft. Mais j’ai toujours été très clair avec eux: à aucun moment je ne me forcerai de dire du bien d’un de leurs produits! Cela m’arrive parfois de les critiquer ou même de ne pas du tout en parler.

Cela demande-t-il certains efforts pour garder cette indépendance?

Notre relation est basée sur la confiance. Lorsque j’émets des critiques à propos d’un de leurs jeux, ils sont très souvent en accord avec mon point de vue. Ce qui est génial dans l’univers des jeux vidéo, c’est que même les dirigeants de ces maisons d’édition sont aussi des joueurs dans l’âme!

Avec une audience aussi énorme, arrive-t-il qu’on vous reconnaisse dans la rue?

Dans ma région, la plupart des gens savent déjà ce que je fais. Je suis donc plutôt tranquille. Mais lorsque je me balade en France par exemple, on m’accoste beaucoup plus fréquemment. Il arrive qu’on me reconnaisse juste en entendant ma voix! Certains osent venir me parler et me demandent parfois de poser en photo avec eux. Un jour où je suis allé chercher mon petit frère à l’école, ses camarades m’attendaient pour que je leur signe des autographes. Ça m’a beaucoup touché.

Selon vous, quel sera l’avenir des jeux vidéo?

Certains pensent que les nouvelles consoles qui arriveront bientôt sur le marché (ndlr: c’est le cas de la PlayStation 4 qui est annoncée pour la fin de l’année) ne se vendront pas aussi bien que les précédentes. Moi je pense qu’il s’agit seulement d’une question de génération. Les jeunes qui ont entre 12 et 16 ans aujourd’hui se réjouissent autant de l’arrivée de ces consoles que je me suis réjoui moi-même de l’arrivée de la PS3. Plus âgé aujourd’hui, je perçois seulement ces nouvelles machines avec plus de distance.

Faut-il s’attendre à de belles avancées tout de même?

Elles amèneront des graphiques plus aboutis bien sûr. Mais les bons PC d’aujourd’hui sont déjà plus puissants que ces consoles qui ne sont même pas encore sur le marché. Je regrette aussi que ces nouvelles machines soient conçues pour être raccordées davantage aux réseaux sociaux. On ne pourra bientôt plus jouer à un jeu sans que la Terre entière en soit informée! Je ne comprends pas pourquoi ils mettent autant d’énergie pour des gadgets qu’au final très peu utilisent…

«On ne pourra bientôt plus jouer à un jeu sans que la Terre entière en soit informée.»
«On ne pourra bientôt plus jouer à un jeu sans que la Terre entière en soit informée.»

Au niveau des supports des jeux aussi, les changements pourraient être conséquents.

Nous sommes en plein dans ce qu’on nomme la «dématérialisation du jeu vidéo». Il y a longtemps que le processus a démarré sur PC. En ce qui concerne les consoles, la machine est en marche. Sony a parlé par exemple d’intégrer une nouvelle technologie pour qu’un jeu ne puisse être lu que par une seule console. Cela veut dire qu’on ne pourra plus prêter ses jeux à ses amis. Et que la plupart des magasins de jeux vidéo, qui font une grosse partie de leurs recettes grâce au marché de l’occasion, pourront mettre la clé sous la porte.

On parle beaucoup des smartphones, qui concurrenceraient le marché des consoles. Croyez-vous à cette hypothèse?

Un véritable fan de jeux vidéo ne va pas se contenter de jouer à Angry Birds toute la semaine sur son téléphone! Ces jeux ne servent qu’à se divertir lorsqu’on est hors de la maison, par exemple dans les transports. A aucun moment je ne jouerais avec mon smartphone chez moi.

Quels sont vos projets aujourd’hui?

Je réfléchis à l’amélioration de la qualité de mes vidéos. J’aimerais aussi revoir la présentation de ma chaîne YouTube et donc changer son design et son logo. Sinon l’autre objectif est bien sûr de réaliser de nouveaux voyages!

Et dans quelques années, comment imaginez-vous votre profession?

Aujourd’hui mon travail me passionne. Il est difficile d’imaginer autre chose pour l’instant. L’idée est bien sûr de me professionnaliser davantage dans la démarche et je verrai bien où cela me mène! Dans tous les cas, je saurai rebondir sur quelque chose d’intéressant.

Visionner la rencontre de Benzema et Diablox9 à Madrid. (Source: Youtube, canal Diablox9)

Photographe: Christophe Chammartin

Benutzer-Kommentare