10 avril 2017

Dix conseils avant d’adopter un lapin

Elena Grisafi Favre, présidente de l’association romande La Colline aux lapins, déplore le nombre important de ces petites bêtes abandonnées chaque année. Afin d’endiguer le phénomène, elle donne quelques conseils aux acheteurs potentiels.

Un lapin n’a rien à voir avec un chat ou un chien. Si ces derniers sont des prédateurs, lui réagit en animal de proie.
Temps de lecture 4 minutes

Elena Grisafi Favre, présidente de l’association La Colline aux lapins.

Un lapin n’a rien à voir avec un chat ou un chien. Si ces derniers sont des prédateurs, lui réagit en animal de proie. «Il vit dans un autre univers, fait de timidité et de prudence, avec 98% de langage non verbal», souligne ainsi Elena Grisafi Favre, présidente de l’association romande La Colline aux lapins et responsable du refuge du même nom, à Cernier (NE).

«Pour lui, être porté, par exemple, signifie être saisi par un prédateur. Ce n’est que si l’on accepte cette réalité qu’on peut découvrir son univers. Cela exige de la patience, de la tolérance et de la persévérance. Et de bien se renseigner au préalable, car ce n’est pas un doudou!»

Cette dernière déplore ainsi que les trois refuges chapeautés par La Colline aux lapins recueillent chaque année entre 250 et 300 lapins abandonnés. Et souligne que les acheteurs potentiels doivent savoir que:

On s’engage à long terme

Un lapin… n’est pas un hamster à la brève existence. Il a une espérance de vie de 8 à 12 ans, ce qui veut dire qu’on s’engage à moyen ou long terme lorsqu’on en adopte un. Sinon, ainsi que le préconise la spécialiste: «Si vous désirez juste un instant de plaisir, choisissez-le plutôt en chocolat!».

Il vaut mieux en prendre deux

L’Office vétérinaire fédéral souligne que les lapins doivent avoir un contact visuel et olfactif avec leurs congénères. Un chat, un chien ou un cochon d’Inde ne seront donc pas des compagnons potentiels. Et il faudra prendre au moins deux lapins de sexe différent mais naturellement castrés/stérilisés pour éviter toute prolifération. Car si vous choisissez deux mâles ou deux femelles et qu’il y a des tensions entre eux un jour, vous pourrez ensuite difficilement les remettre ensemble.

Ce sont des herbivores stricts

Les lapins ne consomment que des végétaux. Donc de l’herbe ou du foin, ainsi que des légumes frais. Attention, les graines à base de céréales sont bannies! Avant de s’engager, vérifier aussi que l’on n’est allergique ni aux graminées qui peuvent être contenues dans le foin, ni à la litière, ni aux poils, ni à la poussière. Il faudra ensuite accepter de faire régulièrement les courses au rayon légumes…

Ils ont besoin de soins vétérinaires

Les lapins exigent un contrôle vétérinaire des dents et du poids tous les six à douze mois, ainsi que des soins spécifiques. Ces derniers prennent souvent plus de temps du fait que l’animal est petit. En outre, il faut savoir que les lapins manipulés génétiquement sont souvent plus fragiles (par exemple: les lapins «satin» ou «toy»).

Ils ont besoin d’un habitat convenable

Les lapins sont très curieux, et ont besoin d’espace et d’activités. Il est donc conseillé de préparer un enclos de 6 m2 minimum pour deux individus, qu’on déposera à un endroit pratique et protégé. On y aménagera l’espace de manière à ce que ces derniers puissent avoir la possibilité de creuser et se cacher, de grignoter des objets faits pour, d’utiliser une caisse où faire ses besoins, d’avoir des écuelles pour l’eau et la nourriture, etc.

Il faut les faire castrer ou stériliser

Les lapines pourraient porter une fois par mois. Il est donc nécessaire de les faire stériliser: on leur évite ainsi des grossesses nerveuses et le risque d’un cancer de l’utérus. Quant au mâle, la castration vers 2 mois empêchera qu’il ait un comportement agressif et une adolescence trop rebelle – qui, pour les femelles comme les mâles, commence dès 3-4 mois et se traduit par des jets d’urine un peu partout, des attaques et parfois des coups de dents.

Il faut les éduquer

Les lapins sont des animaux très propres, qui aiment retourner au même endroit pour faire leurs besoins. Il faut donc favoriser cette habitude en leur préparant un coin adéquat et en leur apprenant à y aller. Lorsqu’ils entrent en adolescence, il faut aussi tenir bon et leur montrer qu’on ne se laisse pas faire, avec douceur mais fermeté. Si on n’est pas content, on peut par exemple taper du pied en soulignant ce geste par un NON! Bref, agir comme eux, en observant ce qu’ils font – et en se montrant plus malin et plus persévérant qu’eux.

On doit aussi s’en occuper pendant les vacances

Les lapins n’aiment pas trop être déplacés. Il faut donc réfléchir à l’avance à la manière dont on pourra les faire garder durant les vacances. Il existe de bonnes pensions, mais l’idéal est de faire venir quelqu’un pour s’en occuper sur place.

Il y a des frais d’entretien

Entre l’achat d’une alimentation de bonne qualité, les soins vétérinaires, une bonne litière, des jeux et des objets à grignoter qu’il faut renouveler régulièrement, une pension de vacances éventuelle, etc., il faut compter un minimum de Fr. 1000.- de frais d’entretien par an.

Ils ne sont pas destinés aux enfants

Les lapins ne jouent pas comme un chien ou un chat et n’aiment pas être portés: ils ne sont donc pas adaptés aux enfants en bas âge ou à la recherche d’un doudou. Ces derniers s’en lasseront d’ailleurs très vite, et risquent de les laisser tomber et de les blesser en voulant les prendre dans les bras.

Texte © Migros Magazine – Véronique Kipfer

Illustrations: Amélie Buri

Benutzer-Kommentare