25 juin 2018

Dix conseils pour ne plus avoir peur en avion

Fabienne Regard, ancienne aérophobe qui anime depuis vingt-cinq ans des stages de désensibilisation, vient en aide aux voyageurs inquiets avec quelques astuces concrètes qui les aideront déjà à se sentir mieux.

peur en avion
Fabienne Regard tient à le souligner: l'avion est l’endroit où vous avez le moins de risques de mourir au monde! (Illustration: Amélie Buri)
Temps de lecture 5 minutes

Sueurs, rythme cardiaque affolé, sensation d’étouffement, jambes tremblantes ou encore estomac noué et remontées acides: environ le quart des voyageurs qui prennent l’avion a peur. Et c’est sans compter tous ceux qui sont tellement terrifiés qu’ils préfèrent simplement ne pas le prendre. Peur des espaces restreints, de l’accident, du problème technique, des trous d’air: chacun cultive sa vision de la situation, plus ou moins cauchemardesque. «Et pourtant, c’est l’endroit où vous avez le moins de risques de mourir au monde! souligne Fabienne Regard, ancienne aérophobe qui anime depuis vingt-cinq ans des stages de désensibilisation, intitulés «S’envoler sans s’affoler». Une statistique révèle d’ailleurs qu’il faudrait prendre l’avion tous les jours pendant 132 000 ans pour être victime d’un accident aérien, c’est tout dire!»

L'avion, c’est l’endroit où vous avez le moins de risques de mourir au monde!

Fabienne Regard

Si ces chiffres peuvent déjà en rassurer certains, d’autres, conscients que leur peur est irrationnelle, auront besoin d’un stage de plusieurs jours pour pouvoir enfin dompter les divagations de leur esprit. Quant à ceux un brin inquiets, quelques conseils malins et concrets les aideront déjà à se sentir mieux. Fabienne Regard nous dévoile dix astuces importantes:

1. Apprivoiser l’aéroport 

Avant votre départ, prenez le temps de venir apprivoiser l’aéroport. Venez faire votre shopping, asseyez-vous sur les marches qui font face à la piste, offrez-vous un verre sur une terrasse dominant le tarmac et observez les avions qui décollent et atterrissent. «Faites des photos d’eux, donnez-leur un nom et notez combien ont un problème au décollage et à l’atterrissage, conseille Fabienne Regard. Puis revenez quelques jours plus tard et recommencez le même jeu – jusqu’à ce que vous considériez comme normal que tout se passe bien.»

2. Choisir la compagnie et la place qui vous conviennent

Choisissez une compagnie en qui vous avez confiance. Ce n’est pas la peine d’économiser 50 francs et de ne plus dormir pendant les deux mois avant votre voyage.

Une fois que vous avez sélectionné votre compagnie, votre vol et votre avion, choisissez la place qui vous convient le mieux.

Fabienne Regard

Le hublot conviendra aux les claustrophobes, et l'aile aux personnes qui ont peur des turbulences et de l’altitude.

Puis, chaque jour, regardez sur le Web des photos de votre avion, de l’aménagement intérieur, de la position des sièges, etc. Il vous deviendra ainsi agréablement familier.

3. Abandonner l’idée d’anticiper la météo

Arrêtez de regarder la météo une semaine à l’avance: cela ne changera rien au temps qu’il fera le jour du vol – mais augmentera en revanche chaque jour votre angoisse!

4. Prévoir des occupations

Préparez-vous un planning pour ne pas être inoccupé(e) durant le vol. Allez sur le site de la compagnie aérienne et repérez les films dans votre langue, puis choisissez ceux qui vous aideront à passer le temps agréablement.

Il existe aussi sur chaque vol des musiques de relaxation: repérez-les pour pouvoir directement les sélectionner à votre arrivée dans l’avion.

Fabienne Regard

Ceci vous permettra de renforcer votre sentiment de confiance et de familiarité.

Lors du vol, préférez des passe-temps de type jeux de société, car ils permettent d’être en lien avec quelqu’un d’autre, avec un contact visuel, auditif et tactile. Diversifiez vos activités, car si elles durent trop longtemps, vous recommencerez à ressasser.

5. Tripler les systèmes de réveil

La nuit précédant le départ, pour dormir tranquille sans craindre de rater le vol, triplez les systèmes de réveil en programmant l’alarme sur votre téléphone portable, votre réveil de voyage et en demandant à la réception de l’hôtel de vous téléphoner. Cela vous semble saugrenu? Sachez que dans le domaine de l’aéronautique, cette redondance est systématique pour toutes les actions qui servent ensuite à faire voler un avion!

6. Faire un massage

Si vous avez le temps, faites à votre chéri(e), conjoint, enfant, etc. un beau massage environ deux heures avant le vol. Cela permet de se recharger.

7. Accumuler les couches

Prévoyez de vous vêtir selon la technique de l’oignon: enfilez d’abord une pièce réconfortante, qui est confortable voire qui porte votre odeur. Puis d’autres, qui vous permettront de moduler votre habillement selon la température de la cabine.

8. Partir en avance

Partez largement en avance, trois heures avant au minimum. Si votre avion décolle très tôt le matin, n’hésitez pas à vous offrir une chambre d’hôtel près de l’aéroport.

9. Faire la danse du ventre

Lors du décollage, installez-vous bien au fond de votre siège et faites discrètement la danse du ventre. «Cela permet de passer du système nerveux sympathique au parasympathique, ce qui induit un relâchement des tensions et une sensation de relaxation, explique la spécialiste. Résultat: vous allez ressentir le décollage totalement différemment!»

10. Communiquer avec l’équipage

Faites-vous des alliés à bord: les flight attendants sont précieux, ils sont dans l’avion comme à la maison et adorent leur job. Parlez-leur de ce que vous ressentez et observez-les, joyeux et actifs en train d’effectuer leurs tâches. «Du fait qu’ils portent un uniforme, qu’ils sourient et qu’ils sont souvent debout, ils représentent l’autorité et aussi la protection maternelle, remarque Fabienne Regard. Profitez: il n’y a qu’ici que quelqu’un est sans cesse à votre disposition, à vous apporter repas et café!»

Si l’hôtesse sourit, ce n’est pas pour simuler que tout va bien et si elle ne sourit plus, cela ne signifie pas qu’elle sait qu’il va arriver quelque chose sous peu

Fabienne Regard

La spécialiste souligne en outre que l’équipage est bien sûr formé aux premiers secours. Et qu’il peut faire appel si nécessaire aux passagers médecins, puisqu’on en compte en moyenne cinq par
vol sur les moyens et longs courriers!

Benutzer-Kommentare