9 mai 2018

Douze conseils pour calmer son bébé

Face aux pleurs lancinants de son enfant, il est parfois difficile de ne pas perdre pied. Rachel Nerny, doula et maman de trois enfants, dévoile ses astuces pour favoriser le retour au calme.

Dessin humoristique de parents au lit berçant leur enfant de loin avec un système de poulie
Les pleurs du nourrisson mettent parfois les nerfs des parents à rude épreuve (illustration: Amélie Buri).
Temps de lecture 5 minutes

Un bébé, c’est fascinant, craquant et extraordinaire – mais ça pleure, aussi. Beaucoup. Et les parents ne sont pas préparés à cette situation aussi récurrente qu’usante pour les nerfs.

Lorsque bébé hulule, il s’agit donc d’abord de vérifier qu’on a fait tout ce qu’il fallait pour son bien-être. S’il est changé, qu’il a mangé, qu’il a fait son rot et qu’il n’est ni fatigué ni malade... restent toutes les autres hypothèses possibles quant à sa crise de larmes.

Rachel Nerny, doula à Froideville (VD) et maman de trois enfants, conseille ainsi de favoriser le plus souvent possible le contact «peau à peau» entre parents et bébé, aussi précieux pour créer des liens d’attachement lorsque l’accouchement a été difficile que pour stimuler le bébé à téter ou pour apaiser parent et enfant lors de moments de tension.

Par ailleurs, «il n’y a pas de solution miracle, souligne-t-elle. Mais les astuces présentées ci-dessous, testées et approuvées par de nombreux parents, peuvent s’avérer bien utiles lorsque la tension monte. Toutefois, il faut se montrer persévérant et créatif, car

une méthode efficace un jour peut s’avérer tout à fait inutile trois jours plus tard!

Rachel Nerny

1) Porter son enfant en écharpe

Dès qu’on le peut, porter son bébé en écharpe – ou, à défaut, dans un porte-bébé – à la maison. Cela rassure beaucoup ce dernier d’être contenu, et de sentir la chaleur et l’odeur de ses parents. Il entend aussi le bruit du cœur, comme il l’entendait dans le ventre de sa maman. Et le fait d’être porté ventre contre ventre peut atténuer grandement ses possibles coliques.

Voici une explication en vidéo pour porter son bébé en écharpe de manière sûre et confortable:

2) Favoriser les promenades en poussette

Il n’arrête pas de pleurer, trop épuisé ou énervé pour dormir? Allez le promener en poussette – ou en écharpe. Les vibrations et le rythme de vos pas le détendront, et la promenade vous fera aussi beaucoup de bien, ce qui vous permettra de transmettre votre sérénité à votre bout de chou. À noter: outre la poussette, certains parents ne jurent, eux, que par une balade en voiture…

3) Le tenir en position fœtale

Pour atténuer chez son bébé la peur engendrée par le réflexe de Moro (ses bras s’écartent d’un coup durant son sommeil et le réveillent en sursaut): le tenir en position fœtale, une main sous les fesses et l’autre derrière la tête. Le bercer, se promener ainsi avec lui ou s’asseoir sur un canapé ou un ballon et faire de légers rebonds.

4) L’emmailloter un moment

Dans la même idée, l’emmaillotage fonctionne très bien avec les bébés jusqu’à 5-6 mois. Utiliser ainsi une petite couverture ou un petit drap, et emmailloter son enfant, bras le long du corps mais légèrement repliés au niveau du coude. Plier un côté du drap tout contre le corps, rabattre le bas sur le bébé, puis replier l’autre côté, de manière à créer un cocon étroit. L’enfant sera très réconforté de se sentir contenu. On peut le porter ainsi dans les bras, ou alors le laisser un moment dans son berceau si l’on est à bout.

5) Se concentrer sur sa respiration

S’étendre sur son lit ou sur le canapé, coucher son bébé sur soi et se concentrer sur sa respiration. Cela permet de déstresser aussi bien le parent que l’enfant, et il y a toutes les chances que vous vous endormiez soudain les deux, bien au chaud l’un contre l’autre!

6) Lui fredonner des chansons

Chanter en berçant son enfant, ou alors simplement fredonner doucement des chansons qu’on aime. La voix et les vibrations que le chant provoque calmeront en principe rapidement le bébé.

7) Préserver une petite vie sociale

Pour avoir un bébé zen, il faut se sentir zen soi-même – et donc se permettre de petits plaisirs et préserver un semblant de vie sociale. Ainsi, il est vivement conseillé d’inviter régulièrement des personnes que vous aimez à la maison pour un apéro, un goûter, un repas – qu’elles amèneront, ce qui vous permettra à la fois de vous reposer et de savourer un moment de partage entre adultes.

8) Privilégier les massages

Masser son bébé le réconforte et l’apaise. C’est aussi un moment de partage magique, qui permet de transmettre à son enfant tout son amour au travers de ses caresses. Éviter toutefois de masser bébé lorsqu’il est fatigué ou qu’il vient de manger.

La vidéo ci-dessous vous montre comment faire si masser votre bébé est un terrain encore inconnu pour vous:

9) Se baigner ensemble

Prendre un bain tiède avec son enfant peut faire beaucoup de bien à tous les deux. Ne pas forcément utiliser de produits de soin, de manière à protéger aussi bien la maman (si c’est elle qui se baigne) que la peau fragile du bébé.

10) Ne pas rester seul(e) dans son coin

On a peine à le croire lorsqu’on se retrouve seul(e) face à son bébé qui hurle, mais il existe beaucoup de professionnels pour aider parents et enfants. Ne pas hésiter à faire appel à eux – ostéopathes, doulas, sages-femmes, pédiatres, psychologues et autres – plutôt que de désespérer dans son coin. On peut aussi faire appel à une amie, sa maman ou toute autre personne de confiance, qui saura nous rassurer et nous soutenir.

11) Prendre quelques minutes pour soi

Malgré tout, il y a hélas des fois où aucune méthode ne fonctionne, et où on se sent complètement dépassé. Dans ce cas-là, il est fortement recommandé de laisser le bébé sous la surveillance de quelqu’un d’autre, bien en sécurité dans son berceau. Et de prendre de la distance durant un petit moment, le temps d’une douche, d’un morceau de chocolat ou simplement d’amples respirations sur le balcon, porte-fenêtre fermée.

12) Ne pas culpabiliser

Surtout ne PAS culpabiliser! Lorsqu’on sait qu’on a tout fait pour son enfant, il s’agit de ne pas s’en vouloir. Comme Rachel Nerny le conclut: «Il y a tant d’éléments qui peuvent le pousser à pleurer! C’est sa manière à lui de communiquer, et

le simple fait de lui accorder de l’attention et de lui donner beaucoup d’amour lui fera ressentir confiance et bien-être.

Rachel Nerny

Benutzer-Kommentare

Articles liés

ados

Comment arriver à comprendre les ados

école

«J’veux pas retourner en classe!»

marche avec son psy

Une petite marche avec son psy

narcisse

Soyez narcissique!