27 décembre 2018

Chères clientes, chers clients, chères coopératrices, chers coopérateurs

L'éditorial de Fabrice Zumbrunnen, président de la Direction générale de la Fédération des coopératives Migros.

Fabrice Zumbrunnen
Fabrice Zumbrunnen, président de la Direction générale de la Fédération des coopératives Migros. (Photo: Véronique Hoegger )

Le dernier jour de l’an, nombre d’entre nous se demandent si le monde va changer l’année prochaine et comment. Les crises économiques durables qui touchent même des pays européens proches de nous, les attentats terroristes à répétition, la problématique de l’immigration et la numérisation fulgurante de la société génèrent non seulement de la peur et de l’insécurité, mais aussi un besoin de solutions rapides et définitives.

La vitesse incroyable à laquelle notre quotidien se transforme a également des conséquences sur la cohabitation entre les États et les individus: très souvent, on rechigne à chercher ensemble des solutions, préférant la voie du blocage. L’accent est mis sur ce qui divise plutôt que
sur ce qui unit. La politique mondiale actuelle et les commentaires haineux déversés sur les réseaux sociaux montrent bien à quoi cette évolution aboutit. On oublie trop souvent que la complexité croissante de notre quotidien nécessite de vivre les uns avec les autres plutôt que les uns à côté des autres.

Lorsque Gottlieb Duttweiler a jeté les fondements de l’actuelle Migros, en 1941, en transformant la société anonyme de l’époque en coopérative et en faisant don de ses parts à ses clients, il a précisément fait le choix du «vivre ensemble». Intégrer plutôt que séparer, telle était sa devise. Il considérait les clients non seulement comme des consommateurs, mais aussi comme des citoyens et des hommes portés par des aspirations et des besoins sociaux et culturels qu’il fallait prendre en compte. Ses réflexions et les quinze thèses qu’il en a tirées sont à l’origine de la philosophie Migros. Celle-ci repose sur un engagement de tous les instants pour satisfaire les besoins des consommateurs et sur un investissement volontaire fort pour maintenir la cohésion sociale. Même si cette idée fondatrice est peut-être un peu moins visible aujourd’hui, elle n’a rien perdu de sa force.

Nous ne devons toutefois jamais mettre les acquis en péril par des décisions prises à la légère. Car c’est la cohésion entre les régions, les cultures et les individus, rendue possible par l’esprit unificateur de la coopérative, qui a fait notre force

Fabrice Zumbrunnen

Pour Migros, il s’agit donc non pas de se demander si elle peut rester fidèle à ses principes, mais comment elle peut le faire et ce qu’elle doit entreprendre pour demeurer sur la voie du succès. En effet, la concurrence croissante de prestataires internationaux, les nouvelles technologies et les changements incessants que l’on observe sur le front de l’offre et de la demande obligent Migros à produire, à distribuer et à vendre elle aussi plus rapidement et plus efficacement. Elle ne pourra le faire que si elle s’ouvre et se montre plus dynamique pour créer les conditions qui lui permettront de proposer sans cesse des produits et services novateurs au meilleur rapport qualité-prix. Cela signifie que certaines choses vont changer à Migros ces prochaines années. Nous ne devons toutefois jamais mettre les acquis en péril par des décisions prises à la légère. Car c’est la cohésion entre les régions, les cultures et les individus, rendue possible par l’esprit unificateur de la coopérative, qui a fait notre force.

Une Migros économiquement saine et qui réussit doit être en mesure, à l’avenir également, d’assumer pleinement ses responsabilités vis-à-vis de son personnel, de la société et de l’environnement. Les chiffres et résultats actuels nous confortent dans nos choix: en 2018, Migros a investi plus de 122,4 millions de francs rien que dans la formation, la culture et les loisirs, permettant ainsi à des milliers de Suissesses et de Suisses de bénéficier d’offres de cours ainsi que d’activités culturelles, sociales et sportives. Cette année, Migros a aussi été récompensée par les titres
d’entreprise suisse jouissant de la meilleure réputation et de détaillant le plus durable du monde. Ces distinctions, chères clientes, chers clients, n’auraient pas été possibles sans vous et sans la confiance que vous nous renouvelez chaque jour, à nous et aux plus de 100 000 collaborateurs
de l’entreprise.

Je tiens donc à vous remercier de votre fidélité et de votre loyauté. Je vous souhaite de tout cœur une bonne et heureuse année,
à toutes et à tous. Puissiez-vous trouver un épanouissement aussi bien dans les grandes joies de la vie que dans les petits bonheurs du quotidien.

Fabrice Zumbrunnen, président de la Direction générale de la Fédération des coopératives Migros

Benutzer-Kommentare

Articles liés

Témoin à charge

Faut-il se déchausser lorsqu’on est invité?

Sandrine Viglino

Top 5 des résolutions et séries Netflix

martina chyba

On perd Noël