5 novembre 2017

L’avantage du collectif

L'éditorial de Steve Gaspoz, rédacteur en chef de «Migros Magazine».

Steve Gaspoz
Steve Gaspoz, rédacteur en chef de «Migros Magazine».

La technologie permet de libérer nombre de travailleurs. Non parce qu’ils sont remplacés par des machines, mais plutôt parce qu’ils ne sont plus bloqués sur le siège de leur bureau en attendant que les choses et le temps passent. Grâce à l’internet et l’ensemble des applications qui en découlent, quasi toutes les personnes actives face à un bureau pourraient réaliser la même chose depuis chez elles, le milieu de la forêt, le bistrot d’à côté ou une plage paradisiaque à l’autre bout du monde.

Pour beaucoup d’entre nous, une telle situation demeure de l’ordre du rêve. Car pour s’affranchir de toute structure, il faut soit être son propre chef, soit en avoir un qui sache accorder sa confiance à ses collaborateurs et un métier qui se prête au vagabondage. Bref, même en 2017, cela reste «compliqué». Partant de là, il est d’autant plus intéressant de voir le succès des espaces de travail partagés, ou de «coworking» (à lire en page 12). Depuis quelques années, ils ont fleuri un peu partout et il en existe de toute sorte. De la pièce dépouillée où trône une table commune aux bureaux calqués sur ceux des entreprises de la Silicon Valley.

La clientèle de ces lieux? Beaucoup d’indépendants, mais aussi d’employés. Tous cherchent la même chose: l’émulation et les rencontres créatives. Ce qui ne signifie rien d’autre que les échanges, les rapports humains, restent capitaux dans le développement d’idées et de projets, et que les structures de bureaux classiques répondent de moins en moins à ce besoin. L’open space, si cher à nombre d’entreprises, ne serait pas une mauvaise idée s’il ne cantonnait pas en même temps les employés à un bureau fixe, si les heures de présence obligatoire ne ruinaient pas le gain offert par le décloisonnement, si l’échange était davantage considéré.

Tout cela, les entreprises s’en sont rendu compte. Beaucoup d’entre elles suivent désormais avec attention les nouvelles formes de travail, les nouvelles manières de collaborer, même si rares sont encore celles qui osent le grand saut. Quand bien même nous parlons actuellement beaucoup de l’intelligence artificielle et de ses conséquences, nous négligeons en même temps le fait que plusieurs individus sont plus performants à travailler ensemble que chacun dans leur coin. L’avenir est assurément au coworking.

Ecrivez à Steve Gaspoz: steve.gaspoz@mediasmigros.ch

Benutzer-Kommentare

Articles liés

Sandrine Viglino

Le Japon, c’est pas chinois!

Tom le Jardinier plante des pommes de terre.

Planter des pommes de terre

Informationen zum Author

Steve Gaspoz

Proche et loin tout à la fois

Et si on se faisait une toile ce week-end?