14 juillet 2017

La passion avant la raison

Steve Gaspoz, rédacteur en chef de Migros Magazine.

Par Steve Gaspoz, rédacteur en chef de Migros Magazine.

Cette semaine, nous consacrons notre article principal aux petits avions. Ou plutôt à leurs pilotes et la passion qui les nourrit. En soufflant ce sujet à notre rédaction, je souhaitais comprendre le plaisir de ces «pilotes du dimanche». Entendez par là que je n’ai jamais bien réussi à imaginer la raison qui pousse les pilotes amateurs dans les airs les week-ends ensoleillés, juste pour faire un tour et revenir à leur point de départ. La conquête des airs a rejoint depuis belle lurette les livres d’histoire. Pour moi, l’avion constitue un moyen de transport pour aller vite et loin, pas de balade. On pourrait dire la même chose de la voiture ou de la moto.

Ce à quoi s’ajoute un autre aspect: les nuisances sonores. A une époque où tout est prescrit, voire interdit, comment se fait-il que l’on permette une nuisance inutile qui puisse incommoder en même temps des milliers de personnes? Une automobile bruyante disparaît en quelques secondes, tandis qu’un petit avion mettra plusieurs minutes avant de s’éloigner suffisamment pour rendre au ciel son calme. Autant dire une vision bien noire de ce que l’on peut qualifier de loisir, tout exclusif qu’il est.

A la rencontre des pilotes, on découvre de vérita­bles passionnés. Le vol n’est pas un plaisir solitaire, mais sérieux, qui demande de la motivation et de l’engagement. D’ailleurs, comme on peut s’en douter, les réglementations ne manquent pas, principalement justement en ce qui concerne les nuisances. Voler ne demande pas seulement d’investir, mais de s’investir et de respecter des consignes toujours plus nombreuses. Car les airs ne sont plus ce qu’ils étaient. Comme sur la terre ferme, le nombre d’engins volants est en nette croissance, les drones par exemple, et la saturation guette.

Toutes ces contraintes influencent le nombre de licences, en chute libre ces dernières années. Les pilotes sont de moins en moins nombreux. En d’autres mots, seuls les plus motivés restent et constituent, bien malgré eux, une espèce en voie de lente extinction.

Benutzer-Kommentare

Plus sur ce thème

Patrick ­Hagmann pilote un Robin DR401 au-dessus  de la région des Trois-Lacs