1 septembre 2017

Une mobilité, des moyens

L'éditorial de Steve Gaspoz, rédacteur en chef de «Migros Magazine».

Steve Gaspoz
Steve Gaspoz, rédacteur en chef de «Migros Magazine».

Quelle sera ou quelle devrait être la mobilité du futur? Belle question qui occupe tant les spécialistes que les politiques, mais aussi nous, les simples citoyens-utilisateurs. On nous prédit l’avènement des transports automatisés, individuels et collectifs, tandis que dans un même temps, on réfléchit à comment limiter le nombre des déplacements de chacun. On nous explique que la technologie permettra une meilleure individualisation et donc efficacité des déplacements, alors que l’on continue à opposer les mobilités collectives et individuelles et les moyens de transport entre eux.

Dans ce domaine comme tant d’autres, les idéologies bloquent la recherche de solutions novatrices. Le résultat? Des décisions qui fâchent et qui finalement ne conviennent à personne. Prenons le moyen de déplacement le plus simple: le vélo. Chacun s’accorde à lui trouver toutes les qualités pour les trajets dans les centres urbains saturés de trafic. Pourtant, on ne peut pas dire qu’il bénéficie de beaucoup d’avantages. Au contraire, même. Lors de l’installation de chicanes en tout genre dans nos localités, ses utilisateurs semblent totalement négligés.

Prenons la mode actuelle de la diminution de la largeur des routes pour ralentir le trafic. Cela fonctionne très bien avec les voitures, mais du coup la place manque pour les vélos et, il va sans dire, pour les scooters et autres motos qui dépassent par la gauche. Résultat: une inutile mise en danger de tous, même des piétons qui se retrouvent à devoir partager leur espace. Que l’automobiliste peste, c’est dans l’ordre des choses. Mais mettre en danger les cyclistes pour encourager la pratique du vélo, voilà une bien étrange manière de procéder.

Benutzer-Kommentare