11 décembre 2017

Égayer le quotidien

Le service de visite de Pro Senectute permet à des seniors de rencontrer régulièrement des bénévoles et ainsi de sortir de leur solitude. De ces tandems naissent parfois de véritables amitiés.

Georges Odin (en fauteuil) aime tout particulièrement les sorties avec son nouvel ami: Rudolf Schmid.
Georges Odin (en fauteuil) aime tout particulièrement les sorties avec son nouvel ami: Rudolf Schmid.
Temps de lecture 4 minutes

Une bière et une eau minérale», annonce la serveuse. Elle pose son plateau et place les deux verres devant les clients attablés près de la fenêtre. Georges Odin, 77 ans, a les yeux qui brillent: «J’ai attendu ce moment toute la semaine.» Il trinque avec Rudolf Schmid, 71 ans, avant de prendre une belle gorgée. Auparavant, le vieil homme venait souvent dans ce petit bistrot situé non loin de chez lui, dans le quartier résidentiel de Seen, à Winterthour. Si Georges a espacé ses sorties depuis que ses jambes refusent de le porter, le soutien du dynamique Rudolf lui a permis de ne pas y renoncer totalement.

Les deux hommes bavardent et rient de bon cœur comme des amis de toujours. Pourtant, ils ne se sont rencontrés qu’il y a dix-huit mois via le service de visite de Pro Senectute . Depuis, Rudolf, qui habite à Schlatt (ZH), vient tous les vendredis à Winterthour pour passer un moment avec Georges.

Ensemble, on est plus fort

Le service de visite repose sur le bénévolat. «En proposant des rencontres individuelles aux seniors, nous entendons casser leur routine et lutter contre la solitude dont souffrent beaucoup d’entre eux», explique Astrid Schöni. Responsable du service de visite de Winterthour pour Pro Senectute Zurich, cette dernière est notamment chargée de la constitution des tandems.

Au printemps dernier, Rudolf l’a contactée. «Certains jours, je me sentais un peu seul», confie-t-il. Ayant œuvré durant plus de vingt ans dans les cuisines d’une maison de retraite, c’est tout naturellement que Rudolf a eu l’idée d’une activité avec des personnes âgées. En faisant des recherches, il est tombé sur le site internet de Pro Senectute Zurich consacré au service de visite et s’est dit que cela pourrait lui convenir.

À peu près à la même période, la femme de Georges a contacté Pro Senectute en précisant que son mari souhaitait recevoir des visites. Ancien menuisier, celui-ci avait toujours eu une vie sociale bien remplie: il était membre de plusieurs associations et avait notamment pris la tête d’un groupe de randonnée. «Lorsque j’ai été contraint d’abandonner ces activités pour des raisons de santé, mon quotidien est devenu un peu morne», explique-t-il. Pour lui qui aimait marcher, c’est surtout le fait de ne plus pouvoir se déplacer qu’avec un déambulateur ou en fauteuil roulant, et donc de passer beaucoup de temps à la maison, qui a été difficile à accepter.

L’art de former les bons duos

Former des tandems susceptibles de bien s’entendre n’a rien d’une science exacte. Astrid, qui accomplit cette mission depuis des années, est bien placée pour le savoir: «Quand quelqu’un me fait part de son désir d’effectuer ou de recevoir des visites, je compte notamment sur mon intuition.» La responsable organise une rencontre pour cerner les souhaits de la personne, puis elle se fie à son expérience. Le hasard joue aussi un rôle, vu que la plupart du temps, la demande est supérieure à l’offre. «On ne trouve pas toujours de duo harmonieux», reconnaît Astrid.

Dans le cas de Rudolf et Georges cependant, les deux hommes se sont tout de suite trouvé des atomes crochus.

«On ne se laisse pas abattre: on sillonne le quartier, on fait parfois des excursions dans la vallée de la Töss et on devise de Dieu et de l’univers», raconte Rudolf. Georges acquiesce. Lui qui n’avait pas d’attentes particulières affirme qu’«une véritable amitié est née».

Plus sur ce thème

Les projets d’entraide permettent de vaincre l’isolement: les jardins familiaux de l’EPER, la ligne téléphonique de Pro Juventute, le conseil en désendettement de Caritas, les fêtes de Noël du Secours d’hiver et le service de visite de Pro Senectute.
La famille R., d’Afghanistan, travaille un terrain à Therwil (BL). Ici, elle reçoit de l’aide d’une employée de l’EPER, Inge Banovic (troisième à partir de la gauche)
Le service Dettes Conseils de Caritas aide les personnes à sortir de la spirale de l’endettement. Grâce à ce soutien personnalisé, Carole Schmid a pu prendre un nouveau départ dans la vie.
Laurence Zbinden
Georges Odin (en fauteuil) aime tout particulièrement les sorties avec son nouvel ami: Rudolf Schmid.
Margrit Clement 
(à g.) et Laura Davi préparent dans 
la bonne humeur 
la fête de Noël du 
Secours d’hiver.

Articles liés

une carte de jeux.

Le clitoris ou le droit de jouir

Alain Portner et sa squatteuse aux dents longues. (Photo: Yago Hernandez)

Le chat-chat à son pépère

free hugs

Et la tendresse alors?

Martina Chyba

Mon mex à moi