26 février 2018

Elsa Frémont, créatrice de liens culturels

Donner l’envie de la culture romande, c’est le leitmotiv d’Elsa Frémont. La jeune Lausannoise a cofondé dans ce but deux associations de promotion d’artistes locaux.

Elsa Frémont
Elsa Frémont aime à se dire «créatrice de lien», entre les artistes, les lieux de culture et le public.

La main aux Paniers

Ce qui lui plaît, c’est de dresser des passerelles entre différents arts en suivant l’offre culturelle locale. Cofondatrice de deux associations animatrices de culture, Elsa Frémont aime à se dire «créatrice de lien», entre les artistes, les lieux de culture et le public. Avec Anouck Hoyois, également médiatrice culturelle, la jeune Lausannoise de 32 ans issue des Sciences politiques de l’UNIL a d’abord créé Les Hybrides, en 2014. L’association sans but lucratif promeut la culture romande avec une volonté de rendre le public actif et ouvert.

Il y a un peu plus d’un an, s’est superposée aux Hybrides l’association Le Panier culturel, rapidement forte de cinq membres. Elle propose des Paniers culturels conçus dans le même esprit que les paniers de fruits et légumes favorisant la consommation locale. «On peut les goûter à l’unité ou s’abonner pour quatre paniers par an proposant une transversalité entre les genres et les lieux.» Sur mesure et conçue en collaboration avec chaque lieu ou artiste, l’offre existe pour l’instant entre les villes partenaires de Lausanne, Vevey, Morges et Yverdon-les-Bains, mais va vraisemblablement s’étendre. «Notre première année a été un succès, reconnaît Elsa Frémont. Nous avons distribué quatre fois 130 paniers. Par ailleurs, il y a eu de belles rencontres et nous recevons d’ailleurs de plus en plus de demandes de partenariats.»

Une journée avec Elsa Frémont

8h00 Hobby«À côté de mes mandats de médiatrice culturelle indépendante, je travaille le cuir pour fabriquer des bijoux. J’adore aussi la couture avec notamment la réalisation de ces sacs à partir de tissus africains.»

10h00 Café L’Assise«L’endroit, très sympa, n’est pas loin de chez moi. J’y suis souvent avec mon ordinateur pour m’occuper de l’administration: je relève notamment les mails, et je prends des rendez-vous avec nos différents partenaires.»

Panier culturel«Chaque nouveau Panier culturel doit à la fois séduire et surprendre, et du coup nous prenons le temps de bien équilibrer chaque contenu. Chacun est designé par un artiste local, et contient des «activités insolites», sorties à deux pour un spectacle ou une découverte par exemple d’impro­visation théâtrale, ainsi qu’une «œuvre exclusive», soit un livre, une gravure, un vinyle, réalisée par un artiste partenaire comme Stéphane Block. Et quatre fois par an, on se retrouve pour le remplissage.»

13h00 Partenaires culturels«La rencontre avec les artistes partenaires pour de futurs projets constitue évidemment l’un des éléments essentiels de nos projets de médiation culturelle. Ici, je suis à Sévelin dans l’atelier de Simon Depierraz, un artiste contemporain.»

15h00 Un travail d’équipe«Les Paniers culturels sont vraiment l’œuvre d’un groupe. Dans la mesure du possible, chaque membre de notre petit comité garde le vendredi pour s’y consacrer. Ici, je suis avec Anouck Hoyois, co-fondatrice, et David Prego, graphiste et administra­teur (ainsi que seul salarié) pour Le Panier culturel.»

19h00 Moment lecture«J’adore lire et j’ai plein de bouquins chez moi. Alors forcément, les soirées de lecture sont un vrai plaisir.»

Benutzer-Kommentare

Articles liés

Exposition en plein air «Des murs et des hommes» de la photographe Monika Flückiger

«Des murs et des hommes»

Informationen zum Author

La troupe au complet pose devant une roulotte

Quand le cirque tutoie les cimes

Informationen zum Author

Ivan Larson Ndengue

Ivan Larson Ndengue, l’ambassadeur de la danse urbaine

Dans cette deuxième saison de «13 Reasons Why», Clay (Dylan Minette), dévasté par la mort d'Hannah (Katherine Langford), est hanté par son souvenir. (Photo Netflix)

«13 Reasons Why», ou l’adolescence écorchée