28 février 2019

En Avants sur vos raquettes!

Cap sur les hauteurs de Montreux pour une balade hivernale un poil soutenue mais aux nombreux attraits, entre vues imprenables sur le Léman et sommets enneigés.

La sérénité qui se dégage de ce paysage ressourcera les plus stressés des promeneurs. (Photo: Tania Araman)

À deux pas de la Riviera

Premier attrait de cet itinéraire en raquettes : sa facilité d’accès. Situé à une vingtaine de minutes en voiture de Montreux, il se rejoint tout aussi aisément en transports publics. L’avantage d’opter pour ces derniers? Vous aurez le plaisir d’emprunter la prestigieuse ligne Goldenpass qui relie Montreux à Gstaad. Avec peut-être la chance de tomber sur un train Belle Époque, qui aura le mérite de vous faire voyager dans le temps…

Arrêt prévu aux Avants. De là, il suffit de traverser la voie pour rejoindre le funiculaire qui relie – de manière vertigineuse! – la station au sommet de la colline de Sonloup. Avis aux amateurs de luge: une piste de 2,5 km de long vous y attend, avec possibilité de louer le matériel au départ du funiculaire. Pour les autres, ne vous reste plus qu’à rejoindre le départ du sentier, à un kilomètre de là. Pourquoi ne pas déjà chausser vos raquettes: vous aurez le choix entre suivre tranquillement la route enneigée ou couper à travers champs, sur une jolie pente.

Si, une fois arrivés en haut, l’envie vous prend de vous sustenter avant d’attaquer l’itinéraire, vous vous arrêterez peut-être à l’auberge de la Cergniaulaz, abritée dans un charmant petit chalet. Vous n’aurez plus ensuite qu’à vous diriger vers la forêt et suivre les panneaux roses pour entamer la boucle que constitue cette balade.

La ligne Goldenpass traverse des paysages grandioses. (Photo: GoldenPass.ch)

Magie hivernale

Pour peu que vous ayez opté pour un jour ensoleillé – quoique quelques nuages rajoutent toujours un petit plus à un paysage – vous ne pourrez qu’être séduits par le cadre féerique de cette balade. Un véritable paradis enneigé!

Dans une poudreuse scintillant de mille feux sous les rayons d’Hélios, vous évoluerez entre clairières élégamment vallonnées, forêts de conifères parsemés d’or blanc et majestueux sommets. À commencer par la Dent-de-Jaman, qui pointera rapidement le bout de son nez, avec en arrière-plan les Rochers-de-Naye. Puis ce sera au tour de la chaîne des Verraux de se découper (au scalpel!) sur un ciel bleu roi à faire pâlir d’envie la plus belle des journées d’été. Bref, tout au long du parcours, les Préalpes vaudoises et fribourgeoises vous offriront un spectaculaire décor de carte postale.

Et surtout, n’oubliez pas de jeter régulièrement un coup d’œil derrière vous, en contrebas: vous aurez peut-être la chance de deviner au loin le Léman, caché sous un léger brouillard cotonneux et surplombé par les montagnes de Haute-Savoie.

Clairières, collines et forêts: la balade traverse des espaces très variés. (Photo: Tania Araman)

Un itinéraire diversifié

Point de monotonie dans ce parcours! Chemins damés, virées dans la poudreuse, vastes étendues dégagées, incursions dans la forêt: il y en a pour tous les goûts, pas de quoi se lasser… Idem pour les efforts à fournir: après un début tout en douceur depuis l’auberge de la Cergniaulaz et un sentier balisé à flanc de coteau, place à une raide montée pour atteindre le col de Soladier (l’occasion de se muscler les mollets!), où une pause au soleil sera bien méritée.

Car il s’agira d’avaler encore quelques dénivelés jusqu’au point culminant de cette randonnée, à 1645 mètres d’altitude, avant de redescendre jusqu’au Chalet de la Forcla. De là, les plus courageux (ou les plus motivés qui ne seront pas rebutés par une nouvelle grimpée) décideront peut-être de prolonger la balade jusqu’au sommet du Molard (alt. 1751 m). Le défi ne vous tente guère? Qu’à cela ne tienne: une pente douce vous mènera, sur un peu plus de deux kilomètres, jusqu’à votre point de départ.

Sans compter l’aller-retour entre Sonloup et l’auberge de la Cergniaulaz, l’itinéraire vous prendra entre trois heures et trois heures et demie. Une belle balade loin d’être de tout repos, certes, mais dont les splendides panoramas en valent largement la peine!

Benutzer-Kommentare

Articles liés

Une femme aux commandes

Bulle, la pétillante

Le Signal de Bougy offre une vue splendide sur le Léman.

Un parc avec vue

Directeur des restaurants du Gurten, Patrick Vogel aime aller au contact des clients et aider ses collaborateurs au service.

Là-haut sur la colline bernoise...