31 août 2018

Troubles menstruels à ne pas sous-estimer

Certaines femmes éprouvent de fortes douleurs avant et pendant les règles. Ces symptômes sont souvent ceux d’une endométriose.

endométriose
En cas d’endométriose, de la muqueuse s’installe hors de l’utérus. (Photo: Michael Heim / EyeEm/ Getty Images)

Une femme sur dix souffre de violentes douleurs avant et pendant les règles, souvent associées à des nausées et des vertiges. Il arrive qu’une patiente consulte son/sa gynécologue de nombreuses fois, et pendant des années, sans que personne n’identifie la cause de ses problèmes. Il faut attendre en moyenne six ans avant que le diagnostic ne soit posé: l’endométriose.

Un problème aux conséquences sociales

L’utérus contient une muqueuse qui croît pendant le cycle féminin pour être évacuée lors des règles. En cas d’endométriose, de la muqueuse utérine s’installe hors de l’utérus, par exemple dans la cavité abdominale, sur la paroi de la vessie ou sur l’intestin. Cette muqueuse mal placée va réagir à la stimulation hormonale exactement comme celle située dans l’utérus: elle croît mais ne peut pas être évacuée. C’est ce qui engendre de fortes douleurs avant et pendant les règles.

Les symptômes les plus courants incluent des douleurs persistantes dans le bas du ventre et des relations sexuelles douloureuses. Parfois des kystes se forment sur les ovaires. L’endométriose peut entraîner une infertilité. Les douleurs sont telles que la qualité de vie est diminuée. Des activités sportives, un après-midi shopping ou un simple verre avec des amis deviennent souvent impossibles. Toute la vie sociale se trouve entravée. Les femmes concernées souffrent très souvent aussi sur le plan psychologique.

Différents types de traitements

Il n’existe malheureusement aucun traitement pour guérir complètement l’endométriose. Mais il existe de nombreuses possibilités pour soulager les symptômes et améliorer la qualité de vie des patientes. C’est pourquoi il faut encourager toutes les femmes concernées à se faire aider par un professionnel. Le premier pas à faire est de consulter un/e gynécologue pour un entretien et un examen. Des mesures adaptées à chaque patiente seront ensuite discutées. Les options thérapeutiques incluent des antalgiques spécifiques, la prise d’hormones, voire une intervention chirurgicale. Ces traitements ne guérissent certes pas complètement ce trouble, mais permettent de mieux vivre au quotidien avec sa maladie.

Dipl. med. Kati Vogt, gynécologue au Medbase Bern Zentrum

Benutzer-Kommentare