19 septembre 2019

Une voie millénaire

Sites naturels époustouflants, héritage culturel remarquable et bains minéraux apaisants sont au programme de cette randonnée entre Thusis et Andeer (GR), le long du premier tronçon de la Via Spluga.

La superbe vue des gorges de la Via Mala n’est pas recommandée aux personnes sujettes au vertige.
La superbe vue des gorges de la Via Mala n’est pas recommandée aux personnes sujettes au vertige (photo DR).

Une ascension pour remonter le temps

Au départ de la gare de Thusis, la randonnée le long de la Via Spluga ne paie pas de mine. On quittera donc rapidement le quartier résidentiel de la bourgade pour traverser une première fois le Rhin postérieur. De l’autre côté, Sils im Domleschg offre déjà un visage plus avenant avec son beau palais rococo et ses coquettes maisons.

Dès la sortie du village, une puissante montée à travers la forêt attend le marcheur. Deux cent cinquante mètres plus haut, voici Hohen Rätien, le premier temps fort de notre marche. Surplombant littéralement Thusis et fermant la vallée, ce site posé sur un piton rocheux voit depuis l’âge du bronze passer des hommes transportant des marchandises entre Coire et l’Italie. Bien que le site soit une propriété privée, il est accessible à tout un chacun. En téléchargeant sur son smartphone un guide – en français – à l’aide d’un code QR, le visiteur pourra en savoir plus sur les zones religieuses et résidentielles de cet ensemble qui, malgré des fouilles récentes, garde des parts de mystère.

Posé sur un piton rocheux, le site de Hohen Rätien surplombe Thusis (photo: DR).

On ne manquera notamment pas d’admirer le baptistère datant du Ve siècle et de gravir la tour du XIIe siècle qui offre un sublime panorama sur toute la région et sur la stupéfiante entrée des gorges de la Via Mala, notre prochaine étape.

Dans les airs et dans la terre

La Via Spluga remonte maintenant le Rhin, qui coule quelque 300 mètres plus bas. Le chemin frôlant le sommet des gorges offre des coups d’œil prodigieux sur l’échancrure naturelle. La succession de forêts d’épicéas est ici rythmée par des ruisseaux déboulant en cascade du haut des cimes et se jetant, sous nos yeux, dans le vide pour rejoindre le fleuve.

Une expérience à vivre une fois dans sa vie: emprunter un escalier suspendu (photo: DR).

Le passage de l’un de ceux-ci est particulièrement spectaculaire puisqu’il se fait sur un escalier suspendu, le Traversina Steg. Long de 56 mètres et avalant un dénivelé de 22 mètres, cet élégant ouvrage d’art offre une expérience rare: l’impression de descendre ou de monter en flottant dans les airs. Les personnes sujettes au vertige éviteront toutefois de regarder à travers les marches le filet d’eau qui coule 70 mètres plus bas.

Moins de deux kilomètres plus loin, on parvient sur le site proprement dit des gorges de la Via Mala (site en allemand) dont le nom – «mauvais chemin» en français – n’est pas sans ­rappeler les difficultés qu’ont eues les Romains à construire une voie à travers les gorges et à l’entretenir.

Le centre des visiteurs des gorges de la Via Mala accueille aussi un petit bar doté d'une spectaculaire terrasse (photo: DR).

Au cœur de ce site d’exception, le centre des visiteurs et sa construction contemporaine en béton lisse tranche avec les parois de schiste rugueux culminant à près de 300 mètres. À mesure que les escaliers s’enfoncent dans les entrailles de la terre, les températures baissent et la luminosité faiblit. Les deux versants des gorges ne sont ici éloignés que de quelques mètres et des galeries creusées dans ces murs de pierre permettent de ressentir au mieux les pulsations de la terre. Dans cet univers minéral et hostile, qui ne manque pas de fasciner les visiteurs depuis des siècles, l’homme ne peut que se sentir petit – au propre comme au figuré.

La Sixtine des Alpes

En quittant le centre des visiteurs, le chemin se poursuit durant quelques centaines de mètres sur la route principale. Peu après avoir traversé les ponts Wildener, desquels l’étroite faille percée par l’eau au fil des millénaires est également bien visible, nous quittons le bitume pour nous retrouver au niveau du fleuve. Peu après, une jolie passerelle, nommée Punt da Suransuns, permet d’enjamber encore une fois le Rhin et de le quitter pour un certain temps, la Via Spluga grimpant alors dans une forêt. Au sortir du bois, voici la douce et large vallée de Schams qui offre un contraste saisissant avec l’étroite et sombre Via Mala.

D’un bon pas – le chemin est plat maintenant –, on arrive rapidement au village de Zillis, dont l’église mérite absolument une halte. Surnommée la Sixtine des Alpes (site en allemand), elle doit sa célébrité à son plafond peint datant du XIIe siècle, une merveille composée de 153 panneaux de bois peints relatant la vie de Jésus et de saint Martin. Assis sur un banc, à l’aide de petits miroirs mis à disposition, on lira – sans risque de torticolis – cette BD médiévale incroyablement bien préservée avec autant de respect que d’émotion.

Le plafond de l'église se compose de 153 panneaux de bois peints incroyablement bien préservés (photo: DR).

Au sortir de l’église, le dernier tronçon du jour nous mène à travers bois et champs jusqu’à Andeer. Ce village dont le centre est considéré comme bien culturel suisse d’importance nationale séduit avec ses vieilles maisons dont la Chasa Padrun, entièrement recouverte de sgraffites du XVIe siècles sur trois de ses façades. Après 17 kilomètres de marche, ce sont toutefois les bains minéraux (site en allemand) qui aimanteront le randonneur. Pulsée à 34 degrés par les buses des bassins extérieur et intérieur, l’eau riche en sulfate de calcium et en fer masse alors divinement les muscles fatigués des marcheurs.

Benutzer-Kommentare

Articles liés

Tout comme Roger Federer, Emil fait l'unanimité et est apprécié aussi bien des Alémaniques que des Romands (photo: DR).

Les 27 raisons d’aimer les Alémaniques

Informationen zum Author

Vertigineux: le barrage mesure 148 mètres et est le cinquième plus haut de Suisse romande (photo: Valais Wallis Promotion).

Moiry: entre splendeur et intemporalité

Plusieurs équipes venant de toute l’Europe sont invitées à imaginer à Rorschach des sculptures de sable éphémères (photo: DR).

Des merveilles peu connues

Directeur des restaurants du Gurten, Patrick Vogel aime aller au contact des clients et aider ses collaborateurs au service.

Là-haut sur la colline bernoise...