28 mars 2018

Mort de honte

En 2018, Johnny meurt tous les jours. Une tournée mondiale mortuaire. Ça doit être fatigant de ne pas reposer en paix.

Fred Valet
Fred Valet, journaliste, auteur et chroniqueur

Ce papa laisse un répertoire à ses fans, des sous à sa femme, un sale goût à ses gosses et des lecteurs aux tabloïds. Et en laissant, évidemment, il délaisse. Putain de testament. De la scène du Stade de France à la scène de ménage, en héros d’un perpétuel divertissement,

Hallyday n’a jamais existé autant depuis qu’il n’est plus.

Fred Valet

Un héritage, même pour un dur à cuire hollywoodien, c’est un morceau de papier, une signature, une bataille et quelques lignes qui bouleversent des vies. Une loterie funèbre qui fait couler les larmes et le sang sur une même joue, dans un cocktail aussi explosif qu’invariablement injuste et profondément déplacé.

Autant vous l’avouer, je ne suis pas Johnny. Et Progéniture n’est pas Laura Smet. Moi, j’ai eu la chance de naître sur la paille. Financièrement, je veux dire. Pas pauvre, mais surtout pas riche. Pas riche, mais surtout pas pauvre. Sorte de neutralité sociale où tout a toujours été admirablement moyen. Mon éducation, ma scolarité, mon argent de poche, mes conquêtes amoureuses, mes exploits sportifs.

Même la nuit, je rêvais dans la moyenne.

Fred Valet

Bref, tout est allé plutôt bien sans risque d’aller mieux. C’est plutôt rassurant de savoir qu’on n’a pas à craindre une embellie. Naître en mode bof, c’est échapper à l’angoisse de l’opulence. Pauvres riches, contraints d’agoniser sur des liasses, entourés d’une famille intérieurement en liesse.

Sauf qu’on lègue tous une partie de nos vies moyennes. Celles qu’on s’est longtemps efforcé de dissimuler. Du jour au lendemain, ma famille va hériter de mon historique de navigation et de mes recherches Google. De mes notes d’Iphone où dorment des mantras ridicules, des listes de courses de célibataire, des objectifs de vie, des brouillons de chroniques, des lettres de rupture.

Note à moi-même: trouver le moyen de devenir riche.

Fred Valet

À ma mort, je n’aurai évidemment pas eu le temps d’effacer les photos compromettantes. On fouillera dans les tiroirs à la recherche d’une tirelire. Dans mon appartement, pas d’œuvres d’art. Juste des chaussettes sales roulées sur elles-mêmes dans le salon, un reste de pizza surgelée dans l’évier et quelques mouchoirs au bord de mon lit en témoins d’une vie sexuelle à l’agonie. Ça se chamaillera peut-être pour quelques bouquins, la guitare à cinq cordes et le chien.

Au fond, pour reposer en paix, il suffit parfois de ne léguer que ses plus grandes hontes.

Fred Valet

Nos chroniqueurs sont nos hôtes. Leurs opinions ne reflètent pas forcément celles de la rédaction.

Benutzer-Kommentare

Articles liés

préadolescence

Le passage délicat de l'enfance à l'adolescence

Charlotte, 6 ans

Ils dorment comment les oiseaux?

Dina, 7 ans

Est-ce que les voeux qu'on fait se réalisent?

Zoé

Une forme bien mystérieuse