8 mars 2018

Laurent de Martin, le roi du freeski

Qu’il dévale les pentes enneigées de son Valais natal ou surfe sur les rampes d’escaliers à Moscou, rien ne résiste à Laurent de Martin. À 26 ans, le «freeskier» de Troistorrents (VS) est au sommet de son art.

Laurent de Martin en train de dévaler une piste
Laurent de Martin s'éclate sur les pentes des Crosets où il a fait ses premiers sauts quand il était ado (photo: Dom Smaz).

De la poudre. Immaculée, sans traces. La drogue de Laurent de Martin vaut de l’or. Surtout depuis que la neige fait des infidélités à l’hiver. Mais cette saison, le «freeskier» de Troistorrents à la gueule d’ange a le sourire.

Pas besoin de s’exiler à l’autre bout de la planète pour trouver de quoi glisser. Il s’éclate sur les pentes des Crosets, là où il a fait ses premiers sauts alors qu’il était ado. À 26 ans, «LdM», comme on le nomme dans le petit monde du ski freeride, est plus que jamais avide de sensations fortes.

L’ancien champion de freestyle a délaissé les half-pipes et les slides des snowparks pour le hors-piste qu’il pratique avec la virtuosité et la créativité des tout grands et il développe son art de la glisse en milieu urbain comme en montagne.

Le producteur de films de ski américain Level 1 ne s’y est pas trompé en l’intégrant il y a trois saisons à sa prestigieuse équipe de freeriders. Dans les rues de Moscou (voir la vidéo) ou se rendant à ski à la HES-SO Valais (vidéo ci-dessous) pour les besoins d’un clip qui a fait le buzz avec plus d’un million de vues sur internet, Laurent de Martin se joue avec la même insolente facilité des obstacles. La liberté chevillée aux skis.

Une journée avec Laurent de Martin

8 h 00: repérage (photo: Dom Smaz)

8 h 00: repérage «Tous les matins, je monte faire de la peau de phoque. J’y vais notamment pour repérer les zones d’un futur tournage de ski back country, du ski freestyle hors piste où l’on saute sur des tremplins plus ou moins naturels. Je regarde comment le vent a soufflé la neige, si l’endroit est sautable, et qu’il n’y ait pas encore de traces.»

11 h 00: «Back to the roots» (photo: Dom Smaz)

11 h 00: «Back to the roots» «C’est ici, au snowpark des Crosets, que j’ai réalisé mes premiers sauts. Je connais tous les shapers et je leur donne souvent des conseils pour les installations. Je teste les nouveautés, les modules de barres de slides, etc.»

13 h 00: adrénaline (photo: Dom Smaz)

13 h 00: adrénaline «Difficile de résister quand je vois un saut. Même si je ne fais plus de freestyle en compétition, j’ai toujours du plaisir à m’envoler dans un snowpark.

L’adrénaline est toujours là.

Laurent de Martin
14 h 00: retour sur images (photo: Dom Smaz)

14 h 00: retour sur images «Tourner des films est essentiel pour vivre dans le monde du freeride. Trouver de nouveaux angles, faire de nouvelles figures, c’est cette créativité que j’aime par-dessus tout. Mais je suis aussi très perfectionniste et il peut m’arriver de refaire une scène des dizaines de fois avant d’être satisfait du résultat.»

15 h 00: le bon ski (photo: Dom Smaz)

15 h 00: le bon ski «J’utilise six ou sept paires de skis par hiver. Je les aime polyvalents et amusants, c’est-à-dire ni trop larges ni trop étroits, souples sur l’arrière et le devant. Movement, une marque suisse, me sponsorise depuis cinq ans. J’aime pouvoir développer mes futurs skis avec un fabricant local.»

18 h 00: Bière «freestyle» (photo: Dom Smaz)

18 h 00: bière «freestyle»

«Depuis trois ans, nous organisons avec la brasserie 7Peaks le Riverstyle à Morgins, une compétition freestyle internationale qui se déroulera les 30 et 31 mars prochains. Ce sont des potes et j’aime l’idée de faire vivre la station avec ce type d’événements.»

Ces bagues ont été échangées contre des skis (photo: Dom Smaz).

Une anecdote: bagues contre skis «Ces bagues me tiennent particulièrement à cœur, car je les ai reçues en échange d’une paire de skis l’an passé en Inde. Nous étions près de la frontière pakistanaise et l’un des guides nous accompagnant a cassé ses skis. Je lui ai laissé une de mes paires et, ayant vu que je portais des bagues, il m’en a offert tout un sac pour me remercier.»

Benutzer-Kommentare

Articles liés

Pascal «Zubi» Zuberbühler

Les dix plus grands moments du Mondial

Rafael Nadal

La photo de la semaine de Pat Burgener

Anaïs Vieira lors d'un combat de nunchaku

Une grâce martiale

Roxane Gilliand en train de faire le grand écart dans la nature

Roxane Gilliand, une acrobate de haut vol