28 novembre 2019

Genève voit grand

Genève inaugurera le 15 décembre 2019 le Léman Express. Permettant de relier rapidement les différents points névralgiques de l’agglomération, ce RER transfrontalier va remodeler toute une région, non sans poser plusieurs questions en termes de mobilité, d’identité et de santé urbaine notamment.

Avec ses 45 gares et ses 230 km de lignes, le RER franco-valdo-genevois fait fit des frontières (illustration: Blindsalida).
Avec ses 45 gares et ses 230 km de lignes, le RER franco-valdo-genevois fait fit des frontières (illustration: Blindsalida).

Le 15 décembre 2019, un train roulera pour la première fois entre la gare de Coppet (VD) et celle d’Annemasse (F). Ce faisant, le convoi marquera l’inauguration du ­Léman Express, le nouveau RER franco-valdo-genevois. Reliant Évian, Saint-Gervais, Annecy, Bellegarde, Coppet et Genève entre elles, cet entrelacs de lignes ne sera rien d’autre que le plus grand réseau ferroviaire transfrontalier d’Europe.

À bord de la rame inaugurale, Mario Werren fera assurément partie des passagers. Directeur de Lémanis SA, la société détenue par les CFF et la SNCF qui exploitera le réseau, l’homme ne cache pas sa joie à quelques jours de l’inauguration. «Les discussions entre la France et la Suisse ont duré plus de cent ans, les travaux neuf ans. L’attente des futurs clients est donc grande de voir rouler enfin les trains.» Surtout que les convois circuleront à une cadence telle – jusqu’à six par heure entre Cornavin et Annemasse – que les passagers ne devraient quasiment plus se soucier des horaires. Par ailleurs, la construction de plusieurs gares au cœur de l’agglomération genevoise, la modernisation d’une partie des haltes et des lignes en Haute-Savoie ainsi que le réaménagement de nombreuses lignes de bus qui œuvreront comme rabattement vers ces nouveaux hubs de mobilité vont considérablement modifier – et améliorer – le quotidien des usagers. Bref, d’un jour à l’autre, l’offre en transports en commun va faire un saut quantitatif et qualitatif considérable pour tout le Grand Genève.

Le casse-tête de l’unification

Cela étant, le défi technique de construire sous le tissu urbain des lignes de chemin de fer n’est rien par rapport aux nombreux casse-tête que constitue une frontière entre deux pays. «En exagérant un peu, on pourrait dire que l’écartement des voies était le seul point commun entre les réseaux suisse et français», reconnait Mario Werren. Ainsi, il a fallu considérer une foule de points comme la puissance électrique qui n’est pas la même des deux côtés de la frontière et la billetterie qui est le fait de différents prestataires et qui devait être unifiée pour garantir le confort des passagers. Et puis il a fallu régler les questions de l’exploitation ferroviaire commune avec du matériel roulant neuf dédié au Léman Express. «Le personnel opérationnel suisse est sous contrat avec les CFF et les collaborateurs français avec la SNCF», précise Mario Werren, avant de poursuivre: «Les jours fériés ont également fait l’objet de discussions lors de l’élaboration des horaires. Fallait-il par exemple considérer la Toussaint comme un dimanche ou non?» Une question somme toute simple, mais dont la réponse diverge selon que l’on soit à Genève ou en Savoie… Et qu’il a fallu trancher. Résultat: le Léman Express roulera le 1er novembre comme n’importe quel jour de la semaine.

Aujourd’hui, l’essentiel des points noirs se sont transformés en signaux verts. Bien sûr, il restera ici et là des problèmes à régler au fur et à mesure des expériences accumulées lors des premiers mois d’exploitation. Pourtant, Mario Werren croit fermement au succès du Léman Express. «Dans le secteur des transports publics, la loi veut que l’offre crée la demande. De plus, il est dans l’air du temps de trouver des solutions de mobilité intelligentes qui offrent une alternative aux transports individuels, un mode de locomotion particulièrement problématique actuellement à Genève. Bref, il y a urgence à repenser la mobilité.» Et le Léman Express de répondre à cette urgence, malgré sa centaine d’années de retard...

Benutzer-Kommentare

Articles liés

Malgré un climat général tendu, le premier magasin Migros de Genève ouvre ses portes en 1945 à la rue du Port.enève ouvre ses portes en 1945.

L’arrivée de Migros en terres romandes

Chaque lundi, «Migros Magazine» est distribué dans vos boîtes aux lettres. Nous retraçons ici les étapes clés de son élaboration au fil de la semaine qui précède sa parution.

Portes ouvertes chez MM

Informationen zum Author

Nul besoin de fêter trois quarts de siècle pour se lancer dans la confection de ce gâteau d’anniversaire à la crème de mangue imaginé par Migusto pour «Migros Magazine».

Des papilles en fête

Informationen zum Author

Il était une fois... «Migros Magazine»

Informationen zum Author