19 juin 2017

Gianni Maselli, le troubadour des seniors

Gianni Maselli est chanteur de variétés. Du Parc Pré Vert au Casino de Montreux, de soirées musicales en thés dansants, il charme son auditoire avec des airs actuels ou d’autrefois.

Il suffit à Gianni Maselli d’écouter trois fois une mélodie pour pouvoir la jouer.
Temps de lecture 3 minutes

Des notes plein la tête

Quatre mille mélodies, toutes interprétées par cœur. C’est le répertoire de Gianni Maselli, chanteur de variétés particulièrement apprécié des amateurs de thés dansants. Si prisé, même, que des participants fidèles le suivent au gré de ses tournées, entre Monthey, où il habite, Renens, Martigny ou encore le Parc Pré-Vert, au Signal de Bougy.

Arrivé d’Italie en 1977, il a joué, entre autres, au Casino de Montreux et dans de nombreuses boîtes à jazz. Il a aussi passé de sa toute première guitare à la flûte traversière, la mandoline, la clarinette, puis le clavier électronique. «J’ai de la chance: il me suffit d’écouter trois fois une mélodie pour pouvoir la jouer. Je peux ainsi proposer des interprétations très diversifiées.»

Son métier lui a permis de rencontrer les plus grands – Les Shadows, Joe Pass, Al Grey et bien d’autres encore –, mais ce qu’il préfère, c’est le contact avec son auditoire. Ainsi, durant les thés dansants, il tient à faire plaisir aux participants: «Les gens viennent avec une vieille cassette, des partitions… cela me permet à la fois d’apprendre de nouvelles chansons et de rendre la personne heureuse.» Les airs les plus en vogue? Ceux d’Alain Morisod, «Rock around the clock» et les morceaux de cha-cha-cha. Et quand les danseurs sont à bout de souffle, Gianni Maselli leur interprète le slow «I just called to say I love you»…

Une journée avec Gianni Maselli

10h00 Paroles, paroles, paroles…«Les gens aiment me demander d’interpréter certaines chansons, alors je me prépare un aide-mémoire pour me rappeler tous les titres. Puis j’imprime et je répète les paroles pour être au point le soir..»

11h00 Sur son trente et un«J’ai plusieurs costumes que je porte en tournus. Lorsque j’ai eu un thé dansant le jour d’avant, je change afin que la clientèle me découvre sous plusieurs facettes!»

12h00 Un petit air de mandoline«Juste avant de partir, j’aime prendre ma mandoline et jouer encore une fois certains morceaux pour me les remémorer. C’est un instrument que je garde toujours avec moi, car les gens apprécient sa sonorité très douce et me demandent fréquemment d’en jouer.»

13h00 Organisation sans faille«En général, je charge déjà le véhicule le jour d’avant. Je possède tout le matériel et les instruments à double, voire à triple! J’aime être bien organisé, afin d’éviter les problèmes en cas de panne ou d’oubli d’un élément. Sur place, je compte une petite heure pour décharger le matériel et le monter.»

La pièce aux trésors«J’ai un petit studio chez moi, dans lequel je répète et où je garde mes costumes et tous mes instruments. J’y conserve aussi précieusement la guitare que m’a offerte mon père lorsque j’ai quitté la maison,
à 22 ans.»

14h00 Attentif à tous«Au Parc Pré Vert, les thés dansants durent trois heures, avec une petite pause. Durant celle-ci, je passe d’une table à l’autre, de manière à ce que personne ne se sente mis à l’écart. Cela me permet ainsi de rester bien en forme!»

17h00 A bâtons rompus«A la fin du thé dansant, je vais boire quelque chose avec les participants et je discute avec eux. Je trouve que l’accueil et l’accompagnement des gens devraient être le fondement de toutes ces rencontres musicales.»

20h00 Entre famille et amis«En rentrant chez moi, je passe souvent au bar-dancing L’Insolite, à Monthey, partager l’apéro avec la famille Carvalho: elle a été mon premier employeur et j’y joue encore régulièrement. Puis je rentre à la maison, où nous mangeons en famille et où chacun raconte sa journée.»

Texte:© Migros Magazine / Véronique Kipfer

Auteur: Véronique Kipfer

Photographe: Mathieu Rod

Benutzer-Kommentare