Contribution de lecteur
31 juillet 2017

Guerre des monnaies

Les banques centrales s'évertuent à faire baisser leur monnaie et la RBA va probablement nous délivrer un discours des plus dovish mardi prochain. Les mauvais CPI australiens justifieront ce pessimisme. La devise pourrait toutefois redevenir à nouveau intéressante après le Statement de Philip Lowe. Au Canada, Justin Trudeau a clairement dit qu'il était opposé à la prochaine montée des taux avancée par la Bank of Canada. Donald Trump fait tout depuis le début de son mandat pour que le dollar se déprécie à tel point que Pimco a récemment salué son action. Les japonais ont bloqué leur taux à 10 ans à 0 % pour une durée indéterminée. La Chine est accusé par les USA de manipuler sa devise pour défendre sa compétitivité à l'international. Mario Draghi est toujours plus dovish lors de ses conférences alors que l’Europe donne tous les signes d'un retour de la croissance.

Le protectionnisme de Trump a donc fait école. Plus aucune banque centrale ne veut monter ses taux en justifiant cette réticence par l'insuffisance des perspectives d'inflation mondiale. Ce refus de resserrer la politique monétaire laisse ouvertes les vannes du crédit. Il accroit la production de monnaie dans un environnement de croissance qui justifierait de créer peut être plus de marge de manœuvre lors des récessions à venir. J'ai déjà donné plusieurs fois mon avis sur le sujet. La seule monnaie qui s'appréciera contre toutes les autres sera l'or. Il est actuellement à nouveau sur le fil de son oblique en mensuel.

Benutzer-Kommentare