11 mars 2018

L’ice cross, un hobby qui demande du courage

Née au Canada en 2001, cette discipline consistant à dévaler une rampe verglacée en patins a tout de suite séduit Davy Vuilleumier, 11 ans.

Davy Vuilleumier, 11 ans.
Davy Vuilleumier, un peu craintif à ses débuts, apprécie désormais les sensations ressenties lors de la descente de la pente. (Photo: Isabelle Favre)

«L’ice cross downhill, j’ai commencé à en faire l’année passée. Dès que j’ai vu qu’ils ont construit cette rampe, je me suis dit, il faut que j’essaie ça une fois. Je ne pensais pas réussir à arriver en bas, mais ça s’est bien passé et, du coup, j’ai voulu continuer. J’adore les sports avec le patin: en plus du foot, je fais aussi du hockey. Avec l’ice cross, ce qui est vraiment bien, c’est la sensation de descendre la rampe. Je n’ai plus trop peur maintenant, mais au début un peu quand même. Surtout qu’en sautant je partais assis, alors qu’il faut bien se pencher, mettre un pied avant l’autre, celui qu’on préfère.

Quand on va vite et qu’on retombe d’un coup, ça fait assez bizarre. Je chute rarement. Je viens de faire ma première vraie course et j’ai fini sur le podium. Faire du hockey est un avantage, on maîtrise déjà le patin, la vitesse, le freinage. Mais ce qu’il faut surtout pour pratiquer l’ice cross, c’est du courage.» 

L’équipement est en partie identique à celui nécessaire pour la pratique du hockey sur glace.

Benutzer-Kommentare

Articles liés

Emmanuelle, 51 ans, infirmière de formation, Sion

A la recherche de ses parents biologiques

Gabriel, 8 ans

Pourquoi dit-on que ça sent le fromage lorsqu'on transpire des pieds?

Émilie

Le sel et l'huile, ces briseurs de ménage

Un bébé en train de faire de la physiothérapie avec une spécialiste

Physiothérapie pour enfants

Informationen zum Author