2 juillet 2018

Ivan Larson Ndengue, l’ambassadeur de la danse urbaine

Danseur, chorégraphe et enseignant, Ivan Larson Ndengue veut promouvoir le hip-hop à tout prix. En plus de dix ans, le Genevois est devenu l’un des porte-drapeaux de l’art urbain.

Ivan Larson Ndengue
(Photos:Nicolas Righetti)

Ivan Larson Ndengue est de cette nouvelle génération de créatifs hyperconnectés et bien dans leurs baskets. Sur Instagram comme sur son site internet, ce danseur, chorégraphe et enseignant au Conservatoire populaire de Genève dévoile son univers aussi rythmé que coloré. À 26 ans, il cumule les projets comme les casquettes, mais n’a qu’un seul mot d’ordre: promouvoir le hip-hop à tout prix.

Intrépide et déterminé, le Genevois d’origine camerounaise n’hésite pas à parcourir le globe afin de s’adonner à sa passion. L’été passé,
il s’est rendu à Abidjan dans le cadre des Jeux de la francophonie pour représenter la Suisse dans la catégorie «danse de création». «C’était une expérience extraordinaire avec plein de rencontres», lance-t-il, un sourire infaillible aux lèvres. Son rôle d’enseignant l’emmène aussi jusqu’en Asie où il enchaîne les stages: «C’était très intense. En Chine, je donnais près de cinq heures de cours par jour. Là-bas, le hip-hop prend de plus en plus d’ampleur.»

Les artistes urbains galèrent plus que les autres à être reconnus

Ivan Larson Ndengue

En Suisse, par contre, la discipline peine à trouver sa place: «Les artistes urbains galèrent plus que les autres à être reconnus.» Une réalité qui se ressent dans la programmation culturelle plutôt frileuse face à la scène hip-hop locale. Pourtant, malgré les obstacles, il en faudra davantage pour décourager celui dont le dernier spectacle a été baptisé «Debout». Tout est dit.

Une journée avec Ivan Larson Ndengue

Benutzer-Kommentare