5 juin 2018

La coccinelle, porte-bonheur à points

Les insectes en dégoûtent plus d’un. Mais curieusement, ce n’est pas le cas des coccinelles. Quel est donc le secret de ces adorables bestioles?

coccinelles
Une coccinelle femelle pond quelques centaines d’œufs sur des plantes porteuses de pucerons. (Illustration: Bunterhund)
Temps de lecture 2 minutes

Il existe plus de 6000 espèces de coccinelles, mais la plus connue chez nous est la coccinelle à sept points.

Au printemps, les femelles pondent environ 400 œufs sous des feuilles sur lesquelles vivent des pucerons. Les larves éclosent rapidement et se nourrissent de ces insectes. Elles ne ressemblent alors en rien aux coccinelles adultes. Beaucoup de personnes ignorent d’ailleurs qu’il ne s’agit pas d’une espèce propre mais de bébés coccinelles.

Leur grand appétit pour les pucerons est une des raisons pour lesquelles ces petits insectes sont appréciés. Ils sont même considérés comme des porte-bonheur. Leur surnom de «bête à bon Dieu» est dû à une légende: un homme aurait été gracié juste avant d’être guillotiné grâce à une coccinelle qui se serait posée sur son cou au moment où le bourreau allait lui porter le coup fatal.

Quand les larves ont suffisamment mangé, elles deviennent nymphes. Elles se transforment en coccinelles dans leur chrysalide et éclosent au bout d’un à deux mois.

Pour découvrir tout cela toi-même, tu peux commander un élevage de coccinelles sur internet. Après quelques semaines, tu pourras les déposer sur tes plantes. Si tu les touches, elles sont susceptibles d’expulser un liquide toxique, entre autres pour les fourmis, qui protègent, elles, les pucerons. Mais nous t’en dirons plus une prochaine fois!

Ses ennemis

Le principal prédateur de la coccinelle à sept points est l’homme: il a introduit chez nous la coccinelle asiatique afin qu’elle mange d’autres insectes. Malheureusement, celle-ci évince de plus en plus la coccinelle à sept points. De plus, l’homme pulvérise des insecticides qui nuisent aussi aux coccinelles.

Leur autre grand ennemi est le «Dinocampus coccinellae», qui pond ses œufs dans les coccinelles: quand ils éclosent, elles sont ­dévorées de l’intérieur.

Les oiseaux mangent les larves de coccinelles, mais épargnent souvent les adultes, qui sont toxiques pour eux.

Source: wsl.ch (Institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage)

Benutzer-Kommentare