14 mars 2019

La danse, comme une évidence

Chrystel Stoky est à la fois directrice de l’école Krysdanse à Renens, mais aussi chorégraphe et meneuse de revue de la compagnie ArtistiKbaret. Son quotidien? Un tourbillon de pas, de rythmes, de chorégraphies, de costumes et de paillettes…

Chrystel Stoky rêve d'ouvrir un cabaret, où elle proposerait des repas-spectacles.
Chrystel Stoky rêve d'ouvrir un cabaret, où elle proposerait des repas-spectacles.
Temps de lecture 3 minutes

Plumes, paillettes et strass: des mots qui allument des étoiles dans les yeux de Chrystel Stoky, directrice d’une école de danse à Renens , mais aussi chorégraphe et meneuse de revue de la compagnie ArtistiKbaret . «La danse est mon oxygène, souligne la jeune femme avec enthousiasme. J’ai une formation classique, obligatoire pour avoir une bonne tenue du corps, mais j’adore les danses moderne et jazz, qui correspondent à mon tempérament, car j’aime tout ce qui dégage de l’énergie!».

Alors qu’elle vient de terminer de présenter sa revue music-hall «Fatales» à Moudon – accompagnée d’une violoniste, car elle cherche toujours à «mélanger les styles et créer la surprise» -, Chrystel Stoky est déjà en train de penser à la suite : «Je dois chercher un peu partout à vendre ce spectacle pour des mandats privés ou publics. La prochaine représentation est fixée au 6 avril à Savigny. En parallèle, je prépare le spectacle de l’école, qui aura lieu les 24, 25 et 26 mai au Théâtre Barnabé, à Servion. Et puis, je viens d’acheter à un transformiste un sublime casque en plumes noires. C’est une pièce unique, qui m’inspire déjà des idées de costumes pour mon prochain spectacle de music-hall… » Avant de partir d’un pas pressé à un autre rendez-vous, elle nous confie son rêve ultime: «Acheter une vieille bâtisse, et ouvrir un cabaret où je proposerai des repas-spectacles! Car la Suisse manque un peu de faste et de glamour, vous ne trouvez pas?».

8h: moment en trio

«Etant donné que je rentre chaque soir vers 22h, c’est toujours moi qui amène ma fille Sathyne, 12 ans, et mon fils Jordann, 9 ans, à l’école le matin. J’aime pouvoir prendre un peu de temps pour eux, et discuter de tout et de rien dans la voiture. C’est notre petit moment rien qu’à nous…»

9h: des matinées bien chargées

«Beaucoup de gens pensent que je ne fais rien de mes matinées, mais ils se trompent: c’est là que je m’occupe entre autres de tout l’administratif, que je fixe mes rendez-vous, que je recherche et commande les costumes et m’occupe du montage des créations musicales.»

L'objet indispensable

«J’aime me sentir élégante et je ne sors jamais de chez moi le matin sans avoir mis mes bijoux et sans m’être coiffée et maquillée, même lorsque je suis en vêtements de sport pour la danse. Quand on fait un métier artistique comme le mien, on a besoin d’être élégante dans la vie quotidienne.»

14h: organisation des cours

«Après avoir partagé le repas de midi avec mes enfants, je pars pour mon école de danse. Avant l’arrivée des élèves, je prépare mes cours et en profite aussi souvent pour ranger la salle.»

15h: cascade de costumes

«Avec ma compagnie ArtistiKbaret, nous venons de donner notre quatrième Revue à Moudon, et je dois encore finir de ranger les costumes en plumes de paon que nous avons utilisés. Je ne me sépare jamais de mes costumes, j’en ai d’ailleurs deux salles pleines et je sais toujours exactement où se situe quel élément, au point que cela stupéfie mon entourage!».

16h: d’un spectacle à l’autre

«Je donne des cours à de nombreux élèves, âgés de trois ans à… tout âge! Je suis entourée de huit professeurs et nous sommes en train de travailler d’arrache-pied, car nous préparons notre prochain spectacle avec plus de deux cents élèves. Il tournera autour du thème des quatre éléments….»

22h: un repos bien mérité

«Lorsque je rentre à la maison après mon dernier cours, je regarde mes mails, je me douche, je mange avec mon mari, puis au lit! En général, je ne me couche jamais avant minuit, car je dois d’abord attendre que mon taux d’adrénaline baisse.»

Benutzer-Kommentare

Articles liés

«On peut cacher beaucoup de choses par une grande gueule»

«Les égocentriques ne font pas de bons solistes»

Philippe Gabilliet est un fervent partisan du développement de soi axé sur l’optimisme et l’audace (photo: Julien Benhamou).

«Pour que la vie soit intéressante, il faut qu’elle soit risquée»

Rosita Fibbi est sociologue et chercheuse au Forum suisse pour l’étude de la migration et de la population de l’Université de Neuchâtel (photo: Guillaume Mégévand).

«De nos jours, les Italiens jouissent d’une bonne réputation»