Contribution de lecteur
29 octobre 2017

Le bitcoin n'est pas une monnaie mais une matière première

Les bitcoins sont probablement la crypto-monnaie la plus connue et font encore couler beaucoup d'encre, leur valeur ne cessant de croître. Ils ont récemment dépassé la barre des USD 5'000 et brièvement franchi celle des USD 6'000. Mais sont-ils vraiment adaptés au placement?

Le bitcoin est probablement l'exemple le plus connu parmi toutes les crypto-monnaies à croissance rapide. Il s'agit de monnaies digitales, qui sont «exploitées» (par analogie à l'extraction de l'or) et conservées électroniquement. Leur principale caractéristique, cependant, est leur caractère décentralisé: en effet, elles ne sont ni émises, ni contrôlées par une banque centrale. Au contraire: elles reposent sur un réseau autonome: bien que les transactions soient diffusées publiquement, les crypto-monnaies sont (encore) totalement anonymes. Un autre avantage est que les frais de transactions sont presque inexistants. La technologie sous-jacente des crypto-monnaies est connue sous le nom de «blockchain» et suscite actuellement un très vif intérêt.

Les crypto-monnaies ont vu leur réputation souffrir depuis leur lancement. D'une part, la liste des scandales autour du bitcoin se rallonge huit ans après, d'autre part, elles décèlent de nombreux défis encore irrésolus, dont, par exemple, la réglementation (légalité, imposition, etc.), encore à ses débuts. Enfin, fort de leur caractère anonyme, elles sont souvent utilisées pour financer des activités illégales. Les crypto-monnaies, en général, et le bitcoin, en particulier, peuvent déjà être utilisés comme moyen de paiement à certains endroits. Mais est-ce vraiment une monnaie à proprement parler?

En principe, une monnaie acceptée doit remplir trois fonctions: être un moyen d'échange et de paiement, une unité de calcul et un moyen de conservation de la valeur. Selon un comparatif entre or, CHF et bitcoin (mais valant également pour toutes les autres crypto-monnaies), aucun argument économique ne permet de classer le bitcoin comme monnaie.

La «Commodity Futures Trading Commissions» américaine a donc décidé, dès 2015 déjà, de classer les crypto-monnaies comme des «matières premières».

Le buzz autour des crypto-monnaies, en général, et du bitcoin, en particulier, en ce second semestre 2017, ne devrait toutefois pas induire les investisseurs dans l'erreur qu'ils remplaceront un jour nous monnaies.

Le bitcoin devrait, tel qu'on le connaît actuellement, rester un phénomène de niche à l'avenir également.

Résumons du point de vue de l'investisseur: le bitcoin ne constitue en aucun cas un placement - la crypto-monnaie est un instrument purement spéculatif (comportant le risque d'une perte totale), et devrait être traitée comme telle dans le contexte d'un portefeuille.

Or, les crypto-monnaies risqueront bien de rester un sujet de discussion à l'avenir, car la technologie du «blockchain», sous-jacente aux crypto-monnaies, en est encore à ses débuts et pourrait bien bouleverser la chaîne de création de valeur de l'ensemble des secteurs économiques au cours des prochaines décennies. La technologie est donc comparable aux débuts d'Internet dans les années 1990 - il suffit de penser à l'omniprésence de Google et d'Amazon aujourd'hui. L'avenir nous dira si des crypto-monnaies légales et/ou réglementées feront leur apparition et réussiront peut-être à s'imposer.

Benutzer-Kommentare