31 janvier 2019

Genève, cité millénaire

Se balader au cœur du vieux Genève, c’est prendre le pouls de 2000 ans d’histoire entre édifices religieux, musées ou encore magasins d’art et d’antiquités. En plus d’offrir un décor pittoresque, la Vieille-Ville bat un record: celui d’accueillir le plus long banc du monde.

Après la séparation de l’Église et de l’État en 1907 à Genève, la cathédrale Saint-Pierre est devenue la propriété de l’Église protestante de la ville.

La cathédrale Saint-Pierre

Elle s’affiche sur les cartes postales, surplombe Genève depuis la colline de la Vieille-Ville et fait office d’emblème de la ville du bout du lac. Il s’agit de la cathédrale Saint-Pierre, un monument remarquable qui lui vaut bien toutes les faveurs. Ce lieu niché au cœur du vieux Genève, que l’on découvre au détour d’une rue pavée, quelque part entre les canons de l’Ancien Arsenal et la place du Bourg-de-Four, renferme des trésors archéologiques de la préhistoire au Moyen Âge. Son architecture, un mélange réussi entre styles roman, gothique et néo­classique, est à l’image des multiples transformations qu’elle a connues au fil des siècles. L’actuelle cathédrale date du XIIe siècle, mais la présence d’un tel édifice sur le site de Saint-Pierre est attestée depuis le IVe siècle de notre ère. La construction du monument religieux que l’on peut admirer encore de nos jours a quant à elle été initiée par le premier prince-évêque de Genève, Arducius de Faucigny.

Devenu symbole du rayonnement de la Rome protestante, l’édifice prend, dès 1535, le nom officiel de temple de Saint-Pierre. En effet, c’est à cette date que la messe est abolie à Genève et que la cathédrale est affectée au culte protestant. Il suffit d’en visiter l’intérieur pour comprendre que tout rime là avec l’esprit calviniste synonyme de dépouillement, tourné vers l’écoute de la parole plutôt que vers l’image. Au fil des siècles, le lieu a toutefois été ­davantage qu’un lieu de culte, puisqu’il a par exemple rempli des fonctions civiles. Aujourd’hui encore, il accueille la prestation de serment du gouvernement de la République et canton de ­Genève. La visite de cet édifice ­exceptionnel est plus que vivement recommandée, et si l’ascension des 157 marches qui mènent au sommet de la tour nord ne vous fait pas peur, vous pourrez alors admirer un sublime pano­rama sur la ville et sur le lac.

La Maison Tavel et ses mystères

Il s’agit de la plus ancienne demeure privée genevoise. La Maison Tavel, qui date du XIVe siècle, est un exemple remarquable d’architecture médiévale civile en Suisse. Dès 1986, elle devient le Musée de l’histoire urbaine et de la vie quotidienne et accueille dans ses salles d’exposition permanentes peintures, gravures, cartes, maquettes ou encore mobiliers témoignant du passé de Genève, du Moyen Âge au XIXe siècle. Le lieu abrite également le relief Magnin, le plus grand relief historique de Suisse, qui donne au visiteur une vue d’ensem­ble de Genève avant la destruction de ses fortifications en 1850. Mais c’est sur la façade de ce bâtiment patrimonial aux airs de petit château agrémenté de tourelles que les badauds pourront admirer quelques éléments de décor pour le moins surprenants: dix têtes sculptées en molasse ornent son mur extérieur.

Les têtes d’origine inconnue ont été restaurées et remplacées par des copies. Les originaux sont exposés à l’intérieur de la maison. Parmi les visages accrochés en hauteur, il est possible de distinguer des personnages tels un roi, des princesses, un monstre ou encore un chien. Et leur signification sur cette maison forte reste encore à ce jour… un mystère.

Le plus long banc du monde

Quel plus bel endroit pour flâner que la Promenade de la Treille? Non seulement elle offre une superbe vue sur Genève puisqu’elle se déploie le long des remparts, en surplomb du parc des Bastions, mais elle permet aussi aux visiteurs comme aux Genevois de prendre une petite pause. En effet, ce lieu est bordé par le plus long banc en bois du monde, qui mesure 120,21 mètres de long. Une prouesse! Que dis-je, un record! Composé de 180 planches qui reposent sur 61 pieds, cet ouvrage fait partie du patrimoine historique de la Cité de Calvin. Installé au milieu du XVIIIe siècle sous les fenêtres du Parlement genevois, il a bénéficié en 2017 d’un coup de neuf puisque l’intégralité de ses dossiers et de ses assises ont été changés. Plus de deux siècles et demi d’existence valaient bien une petite rénovation.

Benutzer-Kommentare

Articles liés

Directeur des restaurants du Gurten, Patrick Vogel aime aller au contact des clients et aider ses collaborateurs au service.

Là-haut sur la colline bernoise...

Eric Ribstein prend soin des plantes et des visiteurs depuis de nombreuses années.

Le poumon de Bâle

Aussi instructif qu'agréable, le sentier "Nature en ville" est jalonné de onze postes didactiques.

Neuchâtel de haut en bas

Dans le village de pêcheurs de Tarrafal, le temps semble s’être arrêté.

Cap sur le Cap-Vert