8 juin 2018

Le foot emporte tout

L'éditorial de Steve Gaspoz, directeur de la rédaction.

Steve Gaspoz
Steve Gaspoz, directeur de la rédaction.
Temps de lecture 2 minutes

Cette semaine, nous ouvrons sur les participations de la Suisse aux Coupes du monde de football et leurs moments forts. En ces semaines où le ballon rond va occuper le devant de la scène, difficile de faire l’impasse sur le phénomène. Et ce, même si j’aurais été bien tenté de le faire, par un manque de passion quasi obsessionnel pour cet objet de culte. Mais cela n’est pas le sujet.

Durant un mois (il est permis d’espérer), la Nati se battra pour décrocher la lune. Et si elle n’y parvient pas, qu’à cela ne tienne, elle aura fait rêver une bonne partie du pays. Car au final, nous pouvons penser ce que l’on veut du sport et du business qui l’accompagne, mais nous sommes obligés de constater qu’il est un excellent vecteur d’émotions, mais aussi de rapprochement entre les humains.

La Nati se battra pour décrocher la lune. Et si elle n’y parvient pas, qu’à cela ne tienne, elle aura fait rêver une bonne partie du pays

Steve Gaspoz

Je me souviens d’une rencontre avec Adolf Ogi, alors conseiller spécial de Kofi Annan pour le sport. Comme à son habitude, il débordait d’enthousiasme pour son sujet, convaincu qu’il était que le sport en général et le football en particulier étaient la meilleure école de vie. À force d’exemple aux quatre coins du globe, il a réussi sans peine à m’imposer sa vision. Le sport semblait bien être le puissant outil de paix qu’il promouvait.

Et ce, même si, quand on regarde ce qui se passe autour des stades, on peine parfois à le croire. Quand il y a ferveur, il y a parfois aussi débordements. Mais cet aspect ne peut occulter le principal: la liesse partagée que suscitent à chaque édition les Coupes du monde de football. Où que l’on regarde dans le monde, les émotions sont similaires lorsque son équipe nationale entre sur le terrain. Dimanche, ce sera à notre Nati d’enfiler les crampons. Bonne chance à elle, et à toutes les autres aussi!


A lire aussi: Savoir lâcher son «bébé»

Benutzer-Kommentare