12 octobre 2017

Les fantômes du Panama

Un but inexistant pour se qualifier, un joueur assassiné pendant les éliminatoires: la coupe du monde de foot en Russie accueillera un néophyte vraiment pas comme les autres.

Un Torrès après l'autre, le Panama au paradis
Un Torrès après l'autre, le Panama au paradis

Evidemment une coupe du monde sans le Chili d’Alexis Sanchez et les Pays-Bas d’Arjen Robben, c’est un peu comme un Noël sans orange ou un apéro sans pisco. Mais bon il y aura le Panama, inattendu et truculent néophyte. La République du canal ne sera certes pas la seule nation à disputer en Russie la première coupe du monde de son histoire. Les Islandais sont dans le même cas. Mais les Vikings on les a tellement vus, célébrés, entendus et applaudis lors du dernier Euro en France, qu’ils font désormais partie de la famille.

Pour les Panaméens c’est autre chose. Hormis les trois pelés et les deux tondus qui remplissent régulièrement les travées de la Pontaise, qui connaissait l’attaquant Gabriel Torres? Sans parler de son homonyme Roman, tout aussi Torres ? La paire gagnante pourtant d’un double miracle. Pour atteindre le Graal russe il fallait en effet, lors la dernière journée de la zone CONCACAF, que les Etats-Unis s’inclinent contre la très modeste sélection de Trinité-et-Tobago et que le Panama batte à domicile le Costa-Rica.

Banco, grâce à deux événements hautement improbables. Un but d'abord qui a fait le tour du monde: la pseudo égalisation de Gabriel Torres à 1 à 1 contre le Costa-Rica. Couché par terre devant la ligne de but, le Lausannois voit le ballon heurter le poteau, rebondir sur son crâne et ricocher une deuxième fois contre le poteau, sans jamais, semble-t-il franchir la ligne. Un but fantôme à l’ère de la goal line technologie, a-t-on idée?

Dans le même temps, le défenseur étasunien Omar Gonzalez veut dégager un centre adverse, manoeuvre qui se transforme inexplicablement en une reprise de volée aussi somptueuse que mortelle, lobant le gardien. Un autogoal digne de vidéo gag et qui précipite la défaite des Etats-Unis contre Trinité-et-Tobago (2 à 1). ll ne restait plus à l’autre Torres, Roman, qu'à inscrire le but de la victoire contre le Costa-Rica, à trois minutes de la fin, synonyme de qualification.

Le Panama est aussi la seule sélection dont un des joueurs a été assassiné durant ces éliminatoires. Le 15 avril dernier Amilcar Henriquez succombe en pleine rue, dans sa ville natale de Colon, fauché par une rafale tirée d’une voiture. Mais il était dit que rien, ni les balles, ni les règles du jeu, n’arrêterait le Panama sur son chemin de Moscou.

Benutzer-Kommentare

Articles liés

Contribution de lecteur

Des vélos pour changer des vies!

Informationen zum Author

Maxime Delorais

Maxime Delorais, le catcheur heureux

Avant de partir, je me suis amusé à faire un collage avec les principaux ponts de New York. Contribution de lecteur

J’ai bien avancé dans mes recherches sur New York

Nadir Laguerre et Frédéric Boy croient tous deux en l'avenir de leur discipline.

L'e-sport gagne du terrain