1 mai 2017

Les youtubeurs suisses tissent leur toile

Ils cumulent souvent des millions de vues sur le web mais ne sont pas toujours connus du grand public. Il s'agit de cette nouvelle génération de créatifs qui affolent les compteurs de Youtube. Un événement inédit en Suisse leur déroulera le tapis rouge.

L'Yverdonnoise Clémence, 16 ans, s'est déjà fait un nom sur Youtube.
L'Yverdonnoise Clémence, 16 ans, s'est déjà fait un nom sur Youtube.
Temps de lecture 10 minutes

Youtubeur. Pour certains, il s’agit d’un simple hobby alors que pour d’autres, c’est un véritable métier. De l’humour aux conseils beauté en passant par la musique, chacun son univers. Et ça marche. En Suisse, certains d’entre eux atteignent le million d’abonnés sur Youtube. Des chiffres à faire pâlir les taux d’audience des médias traditionnels et pour cause. Depuis ces dernières années, le réseau social ne cesse de grandir pour atteindre aujourd’hui plus d’un milliard d’utilisateurs, soit près d’un tiers des internautes du monde entier.

Les rois d’un week-end

Conscient du phénomène, un événement baptisé Le Royaume du web surfe sur la tendance à Genève. Il aura lieu les 6 et 7 mai 2017 à Palexpo et réunira plus de 40 stars du web. Une première en Suisse. Le but? Créer une passerelle entre la bulle d’internet et la réalité mais aussi promouvoir l’activité prolifique de cette génération de créatifs.

Au programme: shows inédits et rencontre avec le public. Le tout parrainé par Mc Fly et Carlito, du duo français comique Golden Moustache qui compte près de trois millions d’abonnés sur Youtube. «On est très heureux d’encadrer cet événement, lancent les deux complices. C’est l’occasion de promouvoir les youtubeurs mais aussi d’ancrer ces choses virtuelles dans la réalité». Un ancrage qui avait d’ailleurs fait fureur à Paris lors du premier événement du genre en 2015. «C’était la cohue, il y avait des émeutes dans le public, s’enthousiasme Mc Fly. C’est la preuve que derrière les chiffres, il y a un public bien présent. On sent que les gens ont vraiment envie de ces contenus alternatifs».

Véritable espace destiné à l’inventivité, Youtube offre une plateforme ouverte à tous. «L’une des forces de ce réseau social, c’est cette liberté qu’il entraîne et qu’on retrouve moins dans les médias traditionnels», précisent-ils.

Les gens ont besoin d’un peu d’audace et d’insolence».

Deux ingrédients dont nos youtubeurs suisses sont remplis. Pour cette manifestation, pas moins d’une quinzaine d’entre eux seront de la partie. «Ils sont tous très dynamiques, souligne le duo comique. Dans la liste des grands noms présents, il y aura le Grand JD, le saint patron des youtubeurs suisses, ou encore Dear Caroline.» Des pseudonymes de personnalités parfois mal connues du grand public mais qui, au pays du web, sont des stars incontestées.

TALENT

Le Grand JD, la star des youtubeurs suisses.
Le Grand JD, la star des youtubeurs suisses.

Chaîne Youtube: Le Grand JDAbonnés: 1 million

Il est sans nul doute la star incontestée des youtubeurs suisses. A 30 ans, Le Grand JD compte plus d’un million d’abonnés sur sa chaîne Youtube. Son succès, il le doit certainement à son audace et à sa créativité. Ce Genevois touche à tous les sujets, au point qu’il est difficile de définir son travail. «Mon problème, c’est que j’aime trop de choses, lance-t-il. Je pars dans tous les sens. C’est pourquoi j’ai plusieurs émissions sur ma chaîne. Il y a un fil conducteur pour chaque concept». Il suffit donc de dérouler sa page Youtube pour prendre toute la mesure de l’étendue de ses talents.

Un clic sur une vidéo et on le découvre en train de chasser des fantômes dans une forêt hantée au Japon, un autre clic et voilà qu’il réalise des expériences scientifiques chez lui, un dernier et nous débarquons avec lui à Mossoul, en pleine guerre d’Irak. Le Grand JD est un véritable ovni du web. Une originalité qui lui réussit plutôt bien, puisque chacune des ses vidéos est un événement. La RTS l’a même repéré pour réaliser une web-série intitulée Animalis.

Vidéo: Dans les zones radioactives de Fukushima. Source: Youtube/legrandJD

En plus d’avoir un goût prononcé pour l’aventure, Le Grand JD est à l’origine un passionné de vidéo. «Depuis tout petit, je bricole avec des magnétos, poursuit-il. Puis très tôt, j’ai fait de la vidéo mon métier. J’ai travaillé quelques années dans une boîte d’audiovisuel où j’ai acquis une solide formation en la matière. La dimension de l’image, c’est donc quelque chose de très important dans mon travail actuel. Je mets beaucoup l’accent sur les décors, les ambiances, les costumes étranges.»

Celui qui poste des vidéos depuis six ans sur Youtube commence tout juste à récolter les fruits de son travail. «Aujourd’hui je réussis de plus en plus à vivre de ce que je fais, explique-t-il. Youtube est une vitrine qui me permet ensuite d’obtenir des contrats. Mais pendant longtemps, j’ai refusé des accords avec des marques et sans ça, c’est dur de gagner sa vie sur Youtube, surtout quand tes vidéos te coûtent quelque chose. J’espère un jour pouvoir vivre correctement de cette passion.»

TALENT

Chaîne Youtube: ClémenceAbonnés: 26 000

Clémence est une adolescente d’une maturité sidérante. En deux ans, pas moins de 26 000 abonnés suivent la chaîne sobrement baptisée de son prénom. «A 14 ans, quand j’ai commencé, ça n’allait pas très bien avec les autres à l’école, explique Clémence. Je me sentais seule. J’avais envie de voir ce que ça faisait que d’avoir une communauté et Youtube est devenu un refuge».

Les premières vidéos réalisées dans sa chambre parlent de beauté. «Je me maquillais beaucoup, puis ça m’a saoulé, lance Clémence. Tout le monde fait ça. J’avais envie de faire des choses créatives et profondes. Petit à petit, je me suis orientée vers des sujets plus personnels en abordant mes problèmes.»

L’un de ses thèmes favoris est «le regard des autres». Une façon de parler à sa génération des soucis ayant trait à l’adolescence. Pour Clémence, c’est une véritable mise à nue. «On m’a aussi critiquée mais je me suis fait une carapace, développe la youtubeuse. J’ai fait le tri dans mes amis».

Vidéo: 15 astuces qui changent la vie pour étudier Source: Youtube/Clémence

Une expérience qui lui a permis de se construire. «Youtube m’a fait grandir et réfléchir à ce que je veux montrer et propager, affirme l’Yverdonnoise. Je ne l’utilise pas pour faire des jaloux et je trouve dommage quand les réseaux sociaux donnent l’illusion de devenir quelqu’un. Moi, je suis quelqu’un auprès des gens réels. Le reste n’est que de l’image». Quant à son avenir, son activité sur le web n’est qu’un «à côté». Mais elle en est sûre: «Je ne ferai pas comme tout le monde».

TALENT

Chaîne Youtube: Dans la vie de Carmine Abonnés: 60 000

A seulement 24 ans, il peut déjà se targuer d’avoir plus de 60 000 abonnés sur sa chaîne Youtube. Depuis près de quatre ans, il poste religieusement des vidéos humoristiques qui durent en moyenne, entre cinq et dix minutes. Chacune d’entre elles est réglée comme du papier à musique. De l’écriture au montage en passant par le scénario, tout est réalisé par ses soins.

«Le résultat c’est cinq minutes de plaisir mais derrière, ce sont des heures de travail», confie-t-il. C’est pourquoi depuis environ six mois, Carmine se consacre principalement à la vidéo. «Mes parents me soutiennent financièrement et parfois je fais des petits boulots».

Pour l’instant, il ne peut pas vivre de son statut de Youtubeur. Mais pas de quoi le décourager: «Après mon apprentissage de logisticien, je travaillais à la chaîne. C’était insupportable. J’ai choisi d’arrêter contre l’avis de mes parents pour saisir ma chance et créer quelque chose».

Vidéo: Les coiffeurs Source: Youtube/danslaviedecarmine

Hyperactif sur les réseaux sociaux et très curieux, Carmine multiplie les expériences dans le domaine de l’humour. Celui qui tient pour modèle Gad Elmaleh, fait aussi du stand-up, soit de l’humour seul sur scène.

«Bientôt, je ferai la première partie du célèbre humoriste Ilyes Djadel au Théâtre de la Madeleine à Genève, précise le Vaudois. J’aimerais monter sur scène plus souvent.» Sa source d’inspiration se niche dans son quotidien.

J’analyse beaucoup le monde qui m’entoure.»

«Je m’inspire de mon vécu et quand je le peux j’essaie de délivrer un message à la fin de mes vidéos. Ça donne du sens à mon travail».

TALENT

Kiliane s'est spécialisée dans les vidéos lifestyle.
Kiliane s'est spécialisée dans les vidéos lifestyle.

Chaîne Youtube: BeautifulKAbonnés: 2000

Kiliane aborde le monde de Youtube avec légèreté et bonne humeur. Cette Genevoise de 18 ans s’est spécialisée dans les vidéos lifestyle. Sur sa chaîne «BeautiulK», elle partage avec fraîcheur des conseils maquillage ou encore des bons plans voyage. «J’ai commencé il y a trois ans alors que je regardais pas mal de choses sur le net, raconte la Genevoise. Ça m’a inspirée et je m’y suis mise aussi. Je voulais également découvrir le monde du montage vidéo.» Pour elle, Youtube est davantage un passe-temps qu’un véritable projet professionnel. «C’est devenu un hobby qui m’a apporté de nombreuses rencontres.Le Royaume du Web a aussi été l’occasion de beaucoup de partages.»

Vidéo: Mes coups de cœur Source: Youtube/BeautifulK

La jeune fille qui est en 4e année du collège confie qu’il est difficile de conjuguer son activité sur le web avec ses études. «C’est compliqué de suivre le rythme mais j’essaie quand même de poster une vidéo toutes les deux semaines. C’est important d’être régulier.»

En plus de cet emploi du temps chargé vient s’ajouter sa passion première: la danse. «Je fais du Street Jazz, du contemporain et du classique depuis dix ans. Je voyage aussi parfois dans le cadre de la danse, notamment à New York, une ville que j’aime beaucoup.»

L’une de ses vidéos est d’ailleurs consacrée à la Grande Pomme. Mais devant l’objectif de sa caméra, sur le web, la youtubeuse aime explorer d’autres horizons. Son inspiration, elle la trouve dans son quotidien et ses expériences personnelles. «Dans l’ensemble, je n’ai eu que des retours positifs sur mes vidéos, s’enthousiasme Kiliane. Même si je ne compte pas faire de cette activité mon métier, j’ai l’intention de continuer.»

Textes © Migros Magazine / Nadia Barth

Photographe: Guillaume Megevand

Benutzer-Kommentare