8 septembre 2017

Raconte-moi une histoire

Moteurs pour l’imagination ou facilitateurs de lecture en cas de troubles du langage ou de l’écriture, les livres audio se révèlent une précieuse aide. Et pas seulement lors des longs trajets en voiture.

livre audio
Le livre audio est une très bonne approche de la lecture puisqu’elle est associée au plaisir. (Photo: iStock)

Ah, les livres audio! Bonheur des parents qui doivent occuper les enfants sur l’interminable route des vacances. Ça se chamaille à l’arrière de la voiture? Ça ne veut pas écouter pour la cent quatorzième fois La petite Charlotte d’Henri Dès? Et hop, une histoire dans le lecteur CD! Soudain, le calme. On écoute, on se concentre, on se repose.

Si les livres sonores sauvent la mise des adultes lors des huis clos motorisés, ils ont aussi leur carte à jouer au quotidien. Chez les enfants qui ne sont pas encore en âge de lire, ils sont un précieux vecteur d’émotions, stimulateur de l’imaginaire et même d’approche à la lecture. Les milieux de l’enfance le savent bien, eux qui y recourent régulièrement, non pas pour calmer les esprits, mais parce que les petits adorent ça. «La plupart du temps, la demande d’écouter un livre audio vient des enfants, confirme Cécile Haldimann, éducatrice de l’enfance à Lausanne. C’est devenu une sorte de rituel. Ils se retrouvent en petits groupes de deux ou quatre sur le canapé et c’est un moment à eux lors duquel ils peuvent se ressourcer, entrer dans une histoire par l’imaginaire, se familiariser avec les sons, le phrasé et le support qu’est le livre. C’est une très bonne approche à la lecture puisqu’elle est associée au plaisir.»

Les ados aussi

A quelques pas de là, le livre audio connaît aussi un certain succès. Pas de crèche ou de structure parascolaire, mais un cabinet de logopédie, celui de Minh-Kha Hoang, installé à Ouchy depuis plusieurs années. Chez lui le support est utilisé pour les ados. Car lors d’un trouble spécifique de l’apprentissage de la lecture, les écrits sonores peuvent être une aide précieuse, explique-t-il: «Un adolescent dyslexique qui doit par exemple étudier un grand classique de la littérature mettra beaucoup de temps à venir à bout du texte et cela lui demandera un effort important qui pourrait l’épuiser et le décourager. Dans ce cas, le livre audio lui amènera un gain de temps et d’énergie qui lui permettra de se concentrer sur le travail de compréhension et d’analyse.»

Une bonne introduction à la lecture

Le livre sonore n’est donc pas seulement adressé aux tout-petits. Même s’il reste une valeur sûre. D’ailleurs, certains se demandent s’il ne sera pas appelé à remplacer les parents lors de la lecture de l’histoire du soir... «Peu de risques, assure Minh-Kha Hoang, une voix ne pourra jamais remplacer le lien qui unit le parent ou l’adulte à l’enfant, ni lui permettre de rebondir ou de poser des questions.» L’intérêt du livre audio est ailleurs, estime- t-il, dans le lien qu’il permet à l’enfant de faire entre langage oral et écrit: «C’est une bonne introduction à la lecture, car un enfant qui a du plaisir à entendre une histoire associera ce plaisir à l’objet qu’est le livre. Et cela peut aussi être une façon de prolonger un moment de lecture avec un adulte.»

Benutzer-Kommentare