1 février 2016

Localiser ses enfants

Des applications permettent désormais aux parents de suivre à la trace leur progéniture et même de contrôler à distance le contenu de leur téléphone.

loclaiser ses enfants sur son téléphone
L’application «Familiy Locator» (Sygic) localise les enfants en temps réel. (Photo: istock)

Elle était là il y a moins d’une seconde. Mais voilà que la petite tête blonde a disparu dans les allées du supermarché. Panique. Même si ce genre d’énigme a tendance à très vite se résoudre (ouf, elle était au rayon jouets), les parents se montrent toujours plus intéressés par les outils de surveillance électronique.

Prenons le cas où les enfants sont déjà équipés d’un smartphone. De nombreuses applications, à installer sur leur appareil et sur celui d’un parent, permettent de suivre chacun de leurs mouvements. C’est le cas de «Family Locator» de Sygic, gratuit, qui fonctionne aussi bien sur les systèmes Android que sur iOS. Facile d’utilisation, le petit logiciel permet de localiser tous les membres de la famille sur une même carte. Il est en outre possible de définir des zones sûres et d’autres dangereuses, et de recevoir des notifications lorsque votre rejeton pénètre ou quitte l’un de ces lieux. Pratique pour savoir si son enfant est bien arrivé à la maison après l’école, ou s’il n’a pas respecté les consignes pour se diriger vers un quartier malfamé…

Avec ou sans téléphone

Chez Apple, un système aux fonctionnalités quasi similaires est installé de base sur les appareils de dernière génération. «Localiser mes amis» permet de repérer sur une carte les déplacements des contacts consentants. Sous Android, «Trouver mes amis» a en plus l’avantage de pouvoir géolocaliser des téléphones qui ne seraient pas reliés à internet. Défaut de ces deux outils: tous les membres de la famille devront utiliser le même système d’exploitation.

Des solutions existent pour les enfants qui n’ont pas de téléphone portable. Il y a notamment la micro-balise GPS intelligente «Trax» qui fonctionne en Suisse. Le boîtier permet de tracker toutes les trois secondes l’emplacement de son enfant. Comme pour les applications présentées plus haut, l’outil peut être paramétré de manière à ce que le parent reçoive des notifications lorsque son enfant change de zone. Il est possible de détecter des mouvements trop rapides pour un déplacement à pied, comme lors d’enlèvement. L’achat du boîtier (environ Fr. 150.-) inclut un abonnement de 24 mois. Ensuite, le service coûte Fr. 5.- par mois.

D’autres appareils, plus perfectionnés encore, font leur apparition à l’étranger. A l’exemple de la montre intelligente «Filip» , pour l’instant uniquement disponible aux Etats-Unis. En plus des fonctionnalités précédemment citées, le petit appareil permet à l’enfant de passer et recevoir des appels à cinq numéros de téléphone prédéfinis. Ce qui implique bien sûr de s’acquitter d’un abonnement mensuel.

Dans une catégorie plus extrême, on trouve les véritables systèmes d’espionnage. Ces applications invisibles permettent aux parents (ou aux conjoints…) de consulter à distance toutes les communications (SMS, messages Whatsapp, réseaux sociaux...) et même d’écouter les conversations téléphoniques! Le plus célèbre d’entre eux, c’est «mSpy» , pour lequel il est obligatoire de contracter un abonnement à 30 euros par mois. Reste que ce type de logiciel n’est pas légal s’il est installé à l’insu du propriétaire du téléphone... On vous aura prévenus!

Texte: © Migros Magazine – Alexandre Willemin

Auteur: Alexandre Willemin

Benutzer-Kommentare