6 juillet 2017

Estival de travers

La chronique de Marie-Thérèse Porchet.

Marie-Thérèse Porchet.
Temps de lecture 2 minutes

Il y a quelques semaines, on lisait partout: «Genève et Neuchâtel frappés de plein fouet par le gel et la grêle, la vigne est partiellement détruite, la production de vin sera quasiment nulle cette année.» Comme quoi il y a toujours un côté positif!

Autre coup dur pour les Neuchâtelois, ça y est, c’est officiel, Didier Burkhalter va quitter le Conseil fédéral. Beaucoup de parlementaires ont été très surpris par cette nouvelle. Probablement parce qu’ils n’avaient pas encore remarqué que Burkhalter était entré au Conseil fédéral! Je sais, je suis cruelle, mais je ne risque rien, il n’est pas dangereux. Burkhalter, tu le jettes dans un coin, il prend la forme du coin... Par curiosité, j’ai consulté l’horoscope de Didier Burkhalter la semaine où il a annoncé son départ, dans trois quotidiens et magazines: «Période calme et sereine.» «Grande stabilité dans votre activité professionnelle.» Et la plus drôle: «Vos collègues apprécient votre indéfectible fidélité et vous soutiennent en toutes circonstances.» J’ai toujours pensé que les astrologues devraient pouvoir se recycler facilement dans des carrières bancaires. Ne dit-on pas: mentir comme un arracheur de dents?

La seule fois où mon horoscope a vu juste, c’est il y a dix ans, quand j’ai lu:– Travail: voyage à l’étranger en terre inconnue.– Amour: période sombre et difficile pour la communication.– Santé: vos nerfs seront mis à rude épreuve.Et le jour même, j’apprenais que je partais jouer mon spectacle en Suisse alémanique.

Rien à voir: à la prison genevoise de Champ-Dollon, les détenus qui ne peuvent pas travailler dans les ateliers à cause du manque de place sont indemnisés environ vingt francs par jour. Certains députés crient au scandale. Pourtant, payer des prisonniers pour ne rien faire, c’est faciliter leur réinsertion, ils pourront beaucoup plus facilement entrer dans la fonction publique...

Et pour terminer, un scoop animalier: le pacu, un poisson d’Amérique du Sud, cousin du célèbre piranha, a été signalé sur les côtes suédoises. Les naturistes ont été priés d’aller se rhabiller, car le pacu s’attaque aux testicules des baigneurs. En revanche, on en a lâché quelques-uns dans le jacuzzi du Conseil fédéral, ils sont rentrés bredouilles… 

Nos chroniqueurs sont nos hôtes. Leurs opinions ne reflètent pas forcément celles de la rédaction.

Benutzer-Kommentare