12 novembre 2018

Abou d’amis

La chronique de Martina Chyba, journaliste RTS.

martina chyba
Martina Chyba, journaliste RTS.
Temps de lecture 3 minutes

J’ai dû foirer un truc dans ma vie. Là, par exemple, les finances étant ce qu’elles sont, je n’ai rien prévu pour les vacances de Noël… Un peu de ski peut-être. Ah non, zut flûte crotte, c’est ce qui coûte le plus cher le ski, entre l’essence, le prix du logement, la location du matériel, l'abonnement et l’assiette valaisanne à 30 francs, même si on rince tout ça avec un vin chaud coupé à l’eau et pas très chaud à 6 francs, ça reste en travers de la gorge. Bref. Mais ce que j’ai foiré, c’est que je n’ai pas d’ami susceptible de me payer un voyage. J’ai des amis, sympas, drôles, intelligents, normalement névrosés, fidèles et généreux, mais aucun ne m’a jamais proposé, par exemple, de me financer des vacances à Abou Dhabi ou une place pour voir un prix de Formule 1 ou les deux.

Parce que ça a l’air assez répandu comme truc. Peut-être que si j’avais réussi et été élue quelque part, j’aurais des amis, ou plutôt des amis d’amis, qui me paieraient des hôtels de luxe, des vols en business et des loges pour assister à des compétitions automobiles. Et pas que pour moi, mais aussi pour mes gosses. Oui, ils ont toujours rêvé de voir tourner en boucle des tas de ferraille qui atteignent 300 km/h en 8 secondes 45, et qui grillent inutilement de l’essence. Manifestement les politiciens adorent ça, peut-être parce que ça coûte cher, ça fait du bruit et ça sert à rien et qu’ils s’y reconnaissent, je ne sais pas.

Oui j’ai plus de 50 ans et pas de Rolex et mes amis sont plutôt hôtel Formule 1 que Grand Prix de Formule 1…

Martina Chyba

Bon, ce qui est rigolo, c’est que le Grand Prix de Hongrie par exemple, tout le monde s’en fout; celui qui attire les foules, c’est celui des Émirats, on se demande bien pourquoi. Enfin non justement, on ne se demande pas pourquoi, on sait. Il suffit d’agiter 3 francs 6 sous (ouais bon un peu plus) sous leur nez et ils sont prêts à s’asseoir dans des loges VIP et accessoirement sur les droits de l’homme, la liberté d’expression, l’égalité hommes-femmes, le respect des homosexuels et autres fondamentaux qu’ils se sont engagés la main sur le cœur à protéger de toutes leurs forces ici.

Ah oui autre chose… moi j’ai fait beaucoup de voyages privés (en payant mes billets en classe éco je précise) mais jamais il ne m’est arrivé de rencontrer par hasard une personne du gouvernement local pour boire un verre et plus si entente (on parle d’argent là hein, pas de cul). Par exemple quand je suis allée voir ma sœur qui habite à Hawaii, je n’ai pas vu Obama, et à Oman je n’ai même pas croisé le sultan dans un hall d’hôtel. C’est ballot non? À part un fabricant qui m’avait envoyé des blocs de foie gras gratuits en 94 pour une émission, et que j’ai renvoyés, personne n’a jamais essayé de me corrompre, pfff, j’ai foiré je vous dis. Oui j’ai plus de 50 ans et pas de Rolex et mes amis sont plutôt hôtel Formule 1 que Grand Prix de Formule 1… les chambres ne sont pas très grandes, mais on y dort avec la conscience tranquille. Et ça, ça n’a pas de prix.

➜ Suivez Martina Chyba pour être informé(e) de ses prochaines chroniques.

Benutzer-Kommentare

Afficher tous les commentaires