15 août 2017

Impolitiquement correct (bis)

La chronique de Martina Chyba, journaliste à la RTS.

Martina Chyba
Martina Chyba, journaliste à la RTS.
Temps de lecture 2 minutes

Je voue un amour déraisonnable aux périphrases du langage politiquement correct. Par exemple, je savais qu’à plus de 50 ans, je n’étais désormais ni vieille, ni personne âgée, ni aînée, ni du troisième âge, qui sont tous des termes proscrits, mais «senior».

Eh bien il y a mieux! Grâce à une pub vantant une croisière pour les 50+ (autant dire que je préfère me noyer direct), j’apprends que je suis désormais «best ager». Oui en anglais… ça doit vouloir dire «meilleur âge». C’est sûrement un mec de largement moins de 50 ans qui a inventé cette nazerie et quand il aura son andropause, ses cheveux qui tombent, son ventre qui grossit et le reste qui ramollit, ses grands ados ou jeunes adultes à gérer («gérer» incluant le financement), ses parents et ses artères qui vieillissent, son entreprise qui lui propose une préretraite, sa mémoire qui fout le camp et sa femme également, il se rendra compte que le «best age», c’était bien avant.

Nan d’accord, je caricature. En fait je me réjouis à mort de vieillir… pardon «d’avancer en âge», pour finir dans un «lieu de vie», expression désormais placardée sur la porte des EMS. Bon c’est vrai que si on mettait «lieu où on va mourir» ce serait moins attrayant. Et après je demanderai à mon «aidant» une euthanasie, pardon une «limitation des thérapies actives» pour pouvoir mourir tranquille… pardon «partir». Comme si j’allais revenir.

Certes, je n’en suis pas encore là. A l’heure actuelle je suis employée, mais en fait le mot «employé» doit avoir quelque chose d’humiliant alors on parle désormais d’«expérience-salarié». Ne riez pas c’est vrai. Et si vous travaillez à l’accueil ou au guichet par exemple, vous faites une «expérience-salarié» comme «ambassadeur de la relation». Oui aujourd’hui tout ce que vous faites est «relation», et tout ce que vous faites bien est devenu «pépite». C’est délirant. Il y a une entreprise que je ne citerai pas par charité, qui dans le cadre de son «challenge des métiers», décerne le prix de «La pépite d’or de la Relation Attentionnée». Cinglé.

Je vous laisse, il faut que j’aille faire mes courses… je ne suis plus ménagère de plus ou moins de 50 ans mais «RDA» pour «Responsable des Achats» et je vais taper dans l’«entrée de gamme», les produits pas chers pour les bouseux, contrairement à ceux qui «montent en gamme», autrement dit ceux qu’on ne peut plus se payer. Enfin je ne vais pas me plaindre je ne suis pas au chômage, qui est désormais «l’évolution du nombre de demandes d’emplois non satisfaites»!

On n’est pas dans la «déjection canine» je vous dis. Je vous laisse traduire.

Benutzer-Kommentare

Articles liés

Tom le Jardinier

Bouturer un Saintpaulia

Informationen zum Author

une carte de jeux.

Le clitoris ou le droit de jouir

Steve Gaspoz

Après la fin, le renouveau

fred valet

Un père et manque(s)

Informationen zum Author