28 novembre 2017

Toubib or not toubib

La chronique de Martina Chyba, journaliste RTS.

Martina Chyba
Martina Chyba, journaliste RTS.

J’adore les médecins et les hôpitaux. A 11 ans, je regardais tous les jours Le Chirurgien de Saint-Chad, avec la jolie infirmière amoureuse du beau médecin et la méchante cheffe-infirmière jalouse. Bien plus tard, j’ai enquillé les 15 saisons d’Urgences et j’ai pleuré quand le docteur Greene est mort d’une tumeur au cerveau. Ensuite, j’ai enchaîné avec les 8 saisons de Dr House et, soyons clairs, même handicapé et odieux, celui-là peut me prendre la température quand il veut.

Je précise également que tous les médecins qui s’occupent régulièrement de ma santé chancelante sont adorables et compétents. Mais il y en a qui poussent mémé franchement. Mémé en l’occurrence, c’était ma voisine de lit il y a un mois. J’ai subi une mini-opération ambulatoire et passé deux heures dans une chambre avec une dame charmante. Sans avoir de détails, j’ai cru comprendre que son histoire ne se passait pas très bien et que son médecin était en vacances. Il fallait en faire venir un autre. Qui est arrivé alors que j’avais une poche à glace sur le visage donc je ne l’ai pas vu. Ni bonjour, ni oui, ni merde, il a instantanément commencé à parler à la patiente comme à une débile mentale. «Alors Madame biip, vous avez besoin de voir un médecin? Mais vous savez, tout le monde veut voir un médecin… donc c’est un effort que je fais de venir vous voir, qu’est-ce qui se passe?» Une soignante arrive et lui glisse à l’oreille «Docteur biiip, les (là j’ai mal entendu mais ça finissait par -ologues) peuvent passer vous donner un coup de main sur le cas si vous voulez». Réponse du Monsieur: «Non, ils sont nuls et ne travaillent qu’avec des gens qui n’ont plus d’anus.» Authentique. Du coup, j’ai mieux compris où se situait le problème de ma voisine. «Alors montrez-moi ça Madame biiip… oh oui c’est moche… ça fait combien? Huit jours que vous êtes là? Moi mes patients ils rentrent après un jour… Bon, ça peut arriver en cas d’hémorroïdectomie.» Il te déclamait ça au milieu de la pièce comme s’il jouait dans Le Malade Imaginaire, merci pour la patiente, plus humiliant on peut pas. Malgré ma poche à glace, je bouillonnais.

Mais attendez c’est pas fini. «Bon, je vous laisse, car j’ai un VIP libyen qui m’attend pour un bon de sortie, vous comprenez il a un jet privé prêt à décoller alors…» Son portable sonne. «Ah ben c’est justement Monsieur biiip» et il se tire en parlant au téléphone. Donc je sais que Monsieur biiip, dignitaire libyen, souffre d’hémorroïdes ou d’un truc dans le coin. Secret médical merci. Et je sais aussi que son toubib est, pour rester dans la spécialité, un vrai trouduc.

Amis blouses blanches, faudrait quand même faire un peu attention, nous aussi on a nos blues, on se saigne pour payer nos assurances-maladie. Et par les temps qui courent, un hashtag #monmedecinestunmalade est si vite arrivé.

Benutzer-Kommentare

Articles liés

Tom le Jardinier

Bouturer un Saintpaulia

Informationen zum Author

une carte de jeux.

Le clitoris ou le droit de jouir

Steve Gaspoz

Après la fin, le renouveau

fred valet

Un père et manque(s)

Informationen zum Author