8 août 2017

Maudit gazon

La chronique de Marie-Thérèse Porchet, née Bertholet. Cette semaine: le football féminin.

Marie-Thérèse Porchet.
Marie-Thérèse Porchet, née Bertholet
Temps de lecture 2 minutes

Les affreux misogynes qui de tout temps ont proclamé qu’en football les femmes n’arriveraient jamais à la cheville des hommes n’ont plus qu’à se la coincer. Il y a quelques semaines, l’équipe suisse féminine de football, qui participait au championnat d’Europe, n’a même pas réussi à passer le premier tour. Eliminée! Une belle façon de démontrer que, dans ce milieu pourtant réputé sexiste du ballon rond, les femmes ont aujourd’hui atteint le même niveau que les hommes!

Dans le football masculin, j’ai toujours eu un faible pour les buts marqués de la tête. C’est quand même une des rares occasions où un homme fait quelque chose d’intelligent avec sa tête! Souvent, après avoir marqué, il retourne son maillot sur son visage, et court sur le terrain, torse nu. Ce qui est beaucoup plus rare dans le foot féminin!

Ce qui est bien aussi, quand les femmes jouent au foot, c’est qu’à la fin, c’est pas toujours l’Allemagne qui gagne. Les machos n’ont pas manqué de relever qu’avec les joueuses, la phase finale reste une phase de poules! Et un des consultants de la RTS l’a relevé avec finesse: «Quel plaisir de voir des filles qui savent la mettre au fond.» C’est vrai qu’habituellement, c’est plutôt une qualité masculine!

En revanche, il y a quand même eu pas mal de désillusions. Les Portugaises ont été éliminées dès le départ, du coup ma concierge, la Lopez du cinquième – qui n’a toujours pas fait de régime – faisait de tels bonds dans son salon qu’à la fin du match, c’était devenu la Lopez du quatrième! Quant aux Françaises, j’ai lu qu’elles avaient déçu tout le monde. En tout cas pas en Suisse. L’Eurofoot, c’est comme l’Eurovision, on sait que la Suisse finit dernière, mais on regarde surtout pour voir perdre la France!

Tout le monde est d’accord aussi pour dire que les gardiennes étaient particulièrement nulles. Surtout à cause de multiples fautes de mains. C’est là que j’ai appris qu’un gardien de but, c’est pas comme un curé: il y a des cas où le règlement lui interdit de mettre la main!

Finalement, dans cet Eurofoot, seul le résultat final a été une vraie surprise. D’ailleurs, quand j’ai lu «Victoire pour la Hollande», j’ai d’abord cru que Julie Gayet avait gagné un César!

Benutzer-Kommentare