2 novembre 2017

Mbappé ne marque plus? Qu’il se taise!

Présenté comme un futur ballon d’or, le surdoué du PSG, 18 ans, est sous le feu de la critique après une petite baisse de régime. Même sa rafraîchissante facilité d’élocution se retourne contre lui.

Futur Pelé un jour, sale gosse prétentieux le lendemain: Mbappé découvre la versatilité des footeux.
Futur Pelé un jour, sale gosse prétentieux le lendemain: Mbappé découvre la versatilité des footeux.

«Kylian bâté?» Impensable il y a encore quelques jours, la question posée par le magazine So foot montre combien la vie de footballeur peut être compliquée. Consacré en six petits mois à Monaco comme le nouveau génie du ballon rond, un futur Thierry Henry, transféré dans la foulée au PSG pour le pactole hors norme de 180 millions, Kylian Mbappé,18 ans, avait déjà la planète entière à ses pieds.

Puis patatras en trois matchs ratés en ligue 1, et une prestation en demi-teinte en ligue des champions, le voilà vilipendé, moqué, soupçonné. Y compris sur sa façon de s’exprimer. Car Mbappé, ce n’est pas que des déboulés irrésistibles laissant sur le cul les défenseurs les plus affutés, c’est aussi une manière bluffante de causer devant les caméras, qui tranche sérieusement avec les pauvres usages du milieu. Analyses claires et étoffées, dans un français impeccable, une syntaxe maîtrisée, le tout sans langue de bois. Quand ses pairs, qui ont parfois deux fois son âge, en sont encore à ânonner péniblement toujours les mêmes banalités, avec un vocabulaire largement réduit à l’onomatopée et au grognement.

La facilité d’expression du petit jeune de Bondy se retourne ainsi contre lui. «Il est passé en quelques semaines du jeune homme bien sous tous rapports à un ado rattrapé par la grosse tête. Il y a une forme d’arrogance, de suffisance chez lui» juge ainsi le journaliste Pascal Praud. Les supporters, via les réseaux sociaux, lui reprochent, eux, de «faire des diatribes de 15 minutes sur le pourquoi du comment, la pédagogie du corps arbitral ou la fourberie du jardinier...»

Comme si un footballeur, surtout issu des quartiers, n’avait le droit que d’être une racaille inculte et sans cervelle. Comme si l’assurance, la maîtrise de la langue, la bonne éducation étaient désormais devenues choses méprisables. On comprend certes que l’excellence, dans un milieu de brutes médiocres et de tâcherons, soit ressentie comme une forme d’insulte. Les caves du gazon se rebiffent et glapissent en chœur: Mbappé ne marque plus? Qu’il se taise!

Benutzer-Kommentare

Articles liés

De Rossi: c'est là que ça se passe.

Romontada!

Steve Gaspoz

L’argent, ce détonateur

carte des sites olympiques

Les Jeux sont loin d’être faits

Anaïs Vieira lors d'un combat de nunchaku

Une grâce martiale