16 mars 2018

Éclosion artistique

Gagnante de la Demotape Clinic 2017, le concours de la relève pop du festival «m4music», Meimuna a pris en 2018 son envol.

Meimuna
Auteure-compositrice-interprète, la Valaisanne Cyrielle Formaz, alias Meimuna, crée dans sa ville d'adoption, Bruxelles (photo: Ezequiel Scagnetti).

En 2017, Cyrielle Formaz remportait, avec son projet artistique Meimuna, deux prix lors de la Demotape Clinic, le concours de la relève musicale suisse organisé par le festival pop du Pour-cent culturel Migros «m4music»: celui du meilleur titre dans la catégorie pop et celui de la meilleure demo de l’année, toutes catégories confondues. Grâce à des lignes mélodiques subtiles mêlant les influences pop, rock et folk et grâce à des paroles qui à elles seules relèvent du poème, la jeune artiste de 23 ans a su se distinguer devant sept cent cinquante autres chansons.

«Lors de la finale, je me suis dit que je n’avais pas beaucoup de chances de gagner, se souvient Cyrielle Formaz. Certains participants avaient enregistré leur titre dans de grands studios de manière très professionnelle. Moi, j’ai tout fait dans ma chambre, seule. C’était du homemade.» Pourtant, le jury est conquis et tombe sous le charme de l’univers de Meimuna.

Moins de douze mois après cette victoire, la Valaisanne tire un bilan plus que satisfaisant de l’année écoulée. «Ces deux prix m’ont offert une grande visibilité. Les managers de Radicalis m’ont remarquée, et nous avons entamé une belle collaboration. Grâce à eux, j’ai pu faire de nombreuses scènes, notamment en Suisse alémanique.»

Quant à la compilation de la Demotape Clinic regroupant les meilleurs titres, elle a permis à Meimuna de passer régulièrement en radio – des deux côtés de la Sarine.

Sur cette lancée, l’artiste a réuni sur un EP numérique, sorti en mars 2018 et disponible sur les principales plateformes de streaming musical, ses trois premiers titres.

➜ A lire aussi: KT Gorique, la rappeuse aussi polyvalente qu’un couteau suisse

Aujourd’hui, Cyrielle Formaz vit à Bruxelles où elle étudie à l’École supérieure des arts de Saint-Luc. «Mon but est de pouvoir mêler le plus possible ma musique à un visuel propre», explique celle qui dessine aussi ses pochettes et réalise ses clips vidéos.

En Belgique, l’écriture des textes et des musiques se déroule chez elle, tout simplement. «De plus en plus, Erik Bonerfält, mon compagnon, participe au processus créatif. «Il est certes plus compliqué de composer à deux, mais nos recherches nous emportent parfois où l’on ne pensait pas aller. C’est très enrichissant.» Le résultat sera à découvrir dans un album prévu pour fin 2018.

D’ici là, pour les plus impatients, quelques nouvelles mises en bouche ainsi que les titres déjà connus de Meimuna seront présentés aux festivals Voix de fête de Genève et «m4music» de Zurich (lire ci-dessous).

Benutzer-Kommentare

Articles liés

Steps

Steps: la danse pour tous les goûts

Lorenz Joss

Un inconditionnel des journées «slowUp»

coureur.

Extra Course

Informationen zum Author

Jean-Claude Maret, à la retraite depuis trois ans, combine à sa façon sa passion pour les hélicoptères et la photographie.

Le boom des drones à tout faire