1 septembre 2018

Nos amies les araignées

Ces bestioles qui nous effraient tant ne représentent en réalité aucun danger pour l’homme. Et rendent de sacrés services dans la maison en chassant les autres insectes.

araignées
Les araignées, telles que cette tégénaire,se nourrissent d’insectes qui sont souvent des hôtes indésirables de nos foyers. (Photos: Getty Images)

Prenez garde, non pas un, mais huit yeux vous regardent. Et pourtant, les araignées sont nos amies. Même et surtout celles qui hantent nos maisons, appartements, caves et greniers. Toutes les espèces d’araignées en effet sont «prédatrices», comme l’explique Anne Freitag, conservatrice du Musée cantonal vaudois de zoologie: «Celles qui vivent dans les maisons doivent, comme n’importe quel organisme, se nourrir. Ainsi, elles vont s’attaquer à d’autres bêtes comme des insectes, des petits invertébrés en balade.»

Bref, de véritables ménagères sur pattes. Davantage d’araignées au plafond, cela équivaudra à moins de mouches, moustiques, puces, voire cafards dans la maison: «Pour les espèces qui font des toiles, on peut observer tout ce qu’elles capturent.» Toutes ne s’attaquent pas aux mêmes proies: «Celles qui ont des toiles vont s’attaquer aux insectes volants les plus communs qui se trouvent dans les habitations.» D’autres chassent plutôt à l’affût: «Elles se terrent dans un coin et se précipitent sur une proie qui passe à proximité, elles s’attaquent donc à ce qui marche, par exemple les cloportes.»


Il est aussi «plausible» que les araignées s’attaquent aux cafards, même si elles ne sont «pas la solution miracle, un prédateur naturel dans un milieu aussi artificiel qu’un appartement, ça paraît difficile à envisager». Ainsi qu’aux moustiques «qui volent dans tous les sens et donc se prendront dans les toiles d’araignées». Bien que la prolifération de moustiques dans une habitation dépende surtout de «milieux de reproduction» autour de la maison, à savoir «des zones d’eau stagnante». En résumé les araignées «font du nettoyage», mais ce n’est évidemment «jamais du 100%».

Les araignées tombées dans un lavabo s’y retrouvent souvent piégées, leurs pattes glissant sur les surfaces lisses.

Un animal souvent inoffensif

En plus, elles ne sont pas dangereuses. Les araignées certes sont toutes venimeuses, mais seules une quinzaine représentent une vraie menace pour l’homme, dont aucune vivant sous nos bienheureuses latitudes. Elles ne piquent pas, elles mordent: elles n’ont pas de dards, mais seulement des mandibules dont elles se servent pour attraper des proies. «De toute façon, précise Anne Freitag, aucune araignée ne s’attaque à l’homme. Ce n’est pas une bête comme le moustique qui viendrait vers vous pour se nourrir de votre sang.» S’agissant de celles qu’on trouve en Suisse, elles ont «soit des crochets venimeux trop petits pour simplement percer la peau humaine, soit des venins qui ne sont pas dangereux». Une morsure d’araignées pourra donc être «désagréable», mais s’estompera très vite et se résumera «juste à une petite mauvaise expérience, pas plus grave par exemple que de se faire griffer par son chat».

Une mauvaise réputation injustifiée

À cet égard, l’araignée est largement victime d’un délit de faciès: «Étonnamment, de nombreuses personnes témoignent qu’elles se sont fait mordre par une araignée. Or, une étude menée par un professeur de l’Institut d’écologie et d’évolution de l’Université de Berne a montré que le nombre de morsures réellement avérées était plus faible qu’on ne le pensait.» Ce qui se passe souvent, c’est que nous associons à des morsures d’araignées des piqûres dues en réalité à d’autres insectes.

«On a vu une araignée, puis on constate une blessure et on fait le lien entre les deux. Sauf que l’insecte qui vous a piqué – une puce, un moustique, une punaise de lit – n’est souvent plus là au moment où vous constatez les dégâts, alors que l’araignée est restée sur le mur ou coincée dans le lit.» Les espèces d’araignées présentes dans nos habitations sont un peu toujours les mêmes: «L’intérieur des maisons est un milieu très sec, et malgré tout pas si riche en nourriture que cela, il n’est donc pas évident pour un organisme vivant de s’y installer. Seules quelques espèces se satisfont parfaitement de ces conditions-là, au point qu’on ne les observe presque plus que dans les maisons.»

Terminons sur une mauvaise nouvelle pour les arachnophobes. Anne Freitag ne voit pas comment on pourrait empêcher des araignées de s’installer dans un appartement, ou une maison: «Pour cela, il faudrait fermer tous les accès, calfeutrer portes et fenêtres, ce ne serait pas une vie.»

Benutzer-Kommentare