30 mars 2015

Notre enfant nous a surpris au lit!

Comment réagir si votre progéniture vous aperçoit en pleins ébats amoureux? Plutôt que de culpabiliser, le médecin-psychiatre Juliette Buffat conseille d’en parler.

Un enfant ouvre la porte de la chambre de ses parents et les surprend en train de se faire un "gros câlin"
Temps de lecture 4 minutes

Toutes les excuses sont bonnes pour venir se blottir dans le lit de ses parents au beau milieu de la nuit. «Maman, il y a un monstre sous mon lit!», «Papa, je ne retrouve plus mon doudou!» Il peut arriver parfois que la petite tête blonde fasse irruption au mauvais moment dans la chambre conjugale. Précisément à l’instant où papa et maman avaient décidé de se faire un «gros câlin»...

Juliette Buffat, sexologue.
Juliette Buffat, sexologue.

Un sentiment de gêne envahit alors le couple qui, dans le feu de l’action, sait rarement comment réagir. «Rien ne sert de culpabiliser», rassure Juliette Buffat, médecin-psychiatre à Genève. Il s’agit d’un acte naturel et d’une belle preuve d’amour! Il est très sain pour le couple de conserver une vie sexuelle active.» Car à force de craindre d’être surpris par ses enfants, certains couples ont tendance à diminuer drastiquement le nombre de rapports intimes. «C’est souvent la femme qui angoisse le plus à l’idée d’être surprise par ses enfants, affirme la sexologue. Mais des hommes peuvent aussi éprouver des blocages.»

Pas de quoi traumatiser un enfant

Comment expliquer ce sentiment de gêne ressenti chez les parents pris en flagrant délit, et parfois même du côté des enfants? «Il est lié au tabou de l’inceste, répond la psy.

Comme on n’a pas le droit de coucher avec les gens de sa famille, on ne se permet pas non plus d’imaginer leur vie sexuelle.»

Mais qu’on se rassure: «Jamais au cours de ma carrière je n’ai reçu un seul patient qui m’ait confessé avoir été traumatisé par une scène de sexe entre ses parents!»

S’il est difficile sur le moment de mesurer la réaction de son enfant, il peut valoir la peine de mettre des mots sur sa découverte après coup: «S’il fait irruption dans la chambre dans un moment actif et sonore, l’enfant peut avoir l’impression qu’il s’agit d’une scène violente», poursuit la sexologue. Les cris de plaisir et de douleur se ressemblent beaucoup et l’enfant peut penser à tort que son papa fait du mal à sa maman.

Il faut rassurer l’enfant, en lui expliquant qu’il s’agit d’un acte d’amour et de plaisir. Et pourquoi ne pas en profiter pour lui raconter que c’est ainsi qu’il a été conçu?»

La situation est différente avec les adolescents, qui en connaissent un peu plus niveau sexe. «Le jeune garçon ou la jeune fille, qui commence à ressentir des pulsions sexuelles, peut se sentir très gêné. Et il peut arriver qu’il fasse une remarque désagréable à ses parents...» Une réaction que les adultes ne devraient pas laisser passer… «Nous avons aujourd’hui une plus grande tolérance envers la sexualité des jeunes, qui ont souvent la permission de passer la nuit avec leur partenaire dans le logement familial. Alors qu’à l’inverse, certains couples se sentent obligés de cacher leur vie sexuelle à leurs enfants. C’est le monde à l’envers!»

Aux parents donc d’aborder le sujet avec leurs ados. «Il est bon de leur rappeler que papa et maman ont encore le droit d’avoir une sexualité active. Une nouvelle qui peut même se révéler rassurante… dans une société marquée par un taux élevé de divorces!» Et pourquoi ne pas profiter de cette discussion pour rappeler la distinction entre une sexualité amoureuse et celle des films pornographiques, «sans aucune tendresse et trop souvent prise comme référence par les adolescents».

Le sexe paraît plus naturel avec un tiers

Il y a encore le cas des familles recomposées, toujours plus nombreuses. Comment réagit un enfant en découvrant au lit son père ou sa mère avec un nouveau partenaire? «Bien mieux que s’il ne s’agissait de ses deux parents, rassure Juliette Buffat. Comme les enfants ne sont pas confrontés au tabou de l’inceste, le sexe paraît plus naturel avec un tiers. D’ailleurs même les adultes se sentent ainsi plus libres de vivre leur sexualité!» 

Texte © Migros Magazine – Alexandre Willemin

Texte: Alexandre Willemin

Illustration: Andrea Caprez

Benutzer-Kommentare